La maison du bonheur

Page 12 sur 15 Précédent  1 ... 7 ... 11, 12, 13, 14, 15  Suivant

Aller en bas

Re: La maison du bonheur

Message  nathaloche le Lun 3 Déc - 20:04

2love2 2love2 2love2 2love2 2love2 2love2 2love2 2love2

roo trop merci !!! cyclops cyclops cyclops vite vite j'attends !!!
avatar
nathaloche
Directeur Adjoint

Féminin Nombre de messages : 3996
Age : 44
Localisation : dans les bras d'enrique
Date d'inscription : 15/03/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://enriquemurcianoandnath.com/cariboost1/index.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: La maison du bonheur

Message  sandy le Lun 3 Déc - 23:48

affraid affraid affraid affraid mon martyyyyyyyyyyyyyyyyyy !!! Je n'y crois pas !!!!! affraid affraid pccrash pccrash pccrash Tu vas me le ramener à la réalité car aussi non rgrrr rgrrr rgrrr rgrrr rgrrr

Et pourquoi pas Sam à la rescousse ??? Et après, un sublime happy end 2love2 2love2 2love2 et ainsi byebye Mr le bi rolles rolles
avatar
sandy
Elève à Quantico

Nombre de messages : 255
Age : 44
Date d'inscription : 09/09/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La maison du bonheur

Message  Hio-Tin-Vho le Mar 4 Déc - 14:05

sandy a écrit:affraid affraid affraid affraid mon martyyyyyyyyyyyyyyyyyy !!! Je n'y crois pas !!!!! affraid affraid pccrash pccrash pccrash Tu vas me le ramener à la réalité car aussi non rgrrr rgrrr rgrrr rgrrr rgrrr

Et pourquoi pas Sam à la rescousse ??? Et après, un sublime happy end 2love2 2love2 2love2 et ainsi byebye Mr le bi rolles rolles

Tu l'aimes pas mon Viking ? Il est bien pourtant. Bon je vous charge tout cela et je vous envoie la suite d'ici cinq à dix minutes.
avatar
Hio-Tin-Vho
Directeur Adjoint

Masculin Nombre de messages : 3564
Age : 33
Localisation : Sous le saule pleureur
Date d'inscription : 12/04/2006

Voir le profil de l'utilisateur http://echo.levillage.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: La maison du bonheur

Message  Hio-Tin-Vho le Mar 4 Déc - 14:10

Voici donc la suite. La plus courte que j'ai faite jusque là. Mais promis je ferais bien plus long par la suite.


Samedi 22 Juin New-York, Federal Plaza, Service des personnes disparues

Elles n'avaient pas arrêté de l'observer. Depuis une heure qu'elle était là, Viviane et Elena ne la quittait pas des yeux. Elles se savaient par expérience quand Van Doren est dans les parages ce n'est jamais bon signe. Et là c'était pire. Elle attendait dans le bureau de Jack. Au seul moment qu'il avait pris pour aller cherche quelque chose à manger et prendre une douche il fallait qu'elle débarque. Comme les filles il avait été là toute la nuit su le pont. Et pourtant elle n'était pas venue une seule fois. On aurait dit qu'elle avait fait exprès d'attendre le départ de Jack Enfin pas trop car cette attente semblait l'énerver au plus haut point.

Au départ bien évidemment Elena et Viviane en avait parlé, elles s'interrogeaient, montaient toutes les hypothèses. Et puis au final elles s'étaient rendu compte que toutes leurs suppositions ne servaient à rien, que de toute manière le fin mot de l'histoire arriverait. Le tout était de s'attendre au pire.

Vers 7 heures du matin Jack revint avec les croissants et les petits pains à la main, dans un sac en papier. Il se dirigeait vers l'Open Space. Il n'avait pas du voir sa patronne. Et pourtant il était déjà fatigué, anxieux et sur les nerfs.

Il posa les viennoiseries sur la table, ainsi que son manteau. Il allait commencer à parler quand Viviane l'interrompit.

- « Jack elle est là.
- Qui ça ?
- Van Doren. Elle est dans ton bureau. »

Il se tourna alors et l'aperçut. Il souffla un grand coup. Une mauvaise nouvelle de plus.

- « Oh non pas ça. Il fallait qu'elle débarque elle. Vraiment ils m'auront tout fait. »

Il repris son manteau et attrapa un croissant. Il était affamé et commença donc à le manger. Van Doren ou pas. Il poussa la porte de son bureau et retira son croissant de la bouche pour lui parler. Malgré tout il avait encore la bouche pleine.

- « Bonjour.
- Bonjour Jack.
- Je supposes que si vous prenez le temps de vous déplacer ici ce n'est pas pour m'annoncer une bonne nouvelle.
-Je le crains.
- Chouette. Alors allons-y directement j'ai horreur des faux semblants.
- Jack !
- Je veux savoir la vérité. »

Il posa son manteau sur son fauteuil et s'y assis. Même s'il était tiraillé par sa fin il abandonna le reste de son croissant sur son bureau. Il préféra tout de même le cacher pour ne pas que durant toute la conversation ils aient cela devant eux.

- « J'ai reçu Philippe Carver dans mon bureau durant toute l'après-midi d'hier.
- Il n'a pas traîné.
- Jack vous le prenez à la légère !
- Que vous a-t-il dit alors ?
- Il était très en colère. J'ai essayé de le raisonner mais il menace de vous poursuivre en justice pour violation de la vie privée.
- Je vous rappelle que nous avions un mandat.
- La question n'est pas là.
- Alors elle est où ?
- Votre agent s'est montrée brusque et agressive à son égard.
- Viviane s'est excusée hier. Les choses auraient dû rentrer dans l'ordre.
- Et bien apparemment cela n'a pas suffit. Je ne voudrais pas qu'une poursuite soit engagée.
- Oui en fait c'est cela votre problème. Vous ne souhaitez pas qu'une poursuite judiciaire entache le fonctionnement du bureau. Rien de plus rien de moins. Peu vous importe où en est notre enquête.
- Jack ! Je vous rappelle tout de même que vous revenez d'une poursuite des affaires internes et je ne voudrais pas qu'une nouvelle fois une de mes équipes se retrouve sous les feux des projecteurs dans la catégorie faits divers.
- Alors c'est quoi votre solution ?
- Où en êtes vous dans votre enquête ?
- Nous avançons.
- C'est-à-dire ?
- C'est-à-dire que nous avançons.
- Jack si vous me disiez clairement que vous n'avez pas retrouver votre disparue nous irions plus vite.
- Nous allons la retrouver.
- Cela fait trois ans qu'elle a disparue. Déjà lorsque vous m'avez parler de reprendre cette enquête j'ai émis de gros doutes et encore plus lorsque vous avez parler d'envoyer un de vos agents sous couverture.
- Et maintenant ?
- Et maintenant vous risquez une poursuite en justice et votre enquête ne mène à rien.
- Où vous voulez vous en venir ?
- Reconnaissez qu'il faut arrêter les dégâts. Enfin en terminer.
- Je veux que vous me disiez sur-le-champ ce que vous voulez ! Je n'ai pas de temps à perdre !
- Ne me donnez pas d'ordre Jack ! Mais puisque vous le prenez ainsi. »

Elle se leva alors. Elle se préparait à s'en aller et même temps elle le voyait de haut.

- « Je vous retire l'enquête et la transmet aux services appropriés. Ceci n'est plus du ressort du service des personnes disparues. Quand à votre agent il est considéré comme en disponibilité à présent. Cela n'a que trop durer.
- Je vous rappelle qu'il est sûr le terrain en ce moment même. Mais cela vous ait sûrement insignifiant.
- Jack ne me considérez pas comme responsable de cet état de fait. C'est vous qui avez entraîner votre équipe dans cette situation délicate et c'est à vous de les en sortir. Je n'ai cessez de tout faire pour vous en empêcher.
- Et je fais comment pour sortir mon agent de ce lieu ?
- Ça ne doit pas être trop difficile. Ce n'est pas une prison non plus.
- J'ai l'impression que vous n'avez même pas l'air de vous rendre compte de la situation.
- Suffit ! Si vous ne vous calmez pas sur l'insubordination je le ferais moi-même.
- Très bien. C'est tout ce que vous aviez à me dire ?
- Oui je penses.
- Alors je ne vous retiens pas la porte est grande ouverte. »

Il ne reconduisit même pas Van Doren qui ne se retourna pas. Elle jeta juste un regard aux filles dans l'Open Space. Aux éclats de voix qu'elles avaient entendu et aux gestes qu'ils avaient eut elles savaient que cela c'était mal passé. Alors toute deux, comme unies par la même force elle lui envoyèrent le regard le plus noir qu'elles purent. Elle se souviendrait du séjour c'était déjà ça.

Jack quand à lui n'avait pas quitté son bureau. Il contenait sa colère mais ce n'était guère évident. Il en pouvait plus. Il ne comprenait pas comment un agent aussi expérimenté pouvait être aussi insouciante des réalités. Martin risquait sa vie là-bas. De rage il jeta le reste de son croissant. Il n'avait plus faim. Déjà qu'il n'avait pas mangé hier soir, cela faisait deux repas qu'il sautait.

Mais malgré tout il fallait réagir. Elle avait raison sur un seul point ? C'était lui qui avait entraîné son équipe sur cette pente sablonneuse c'était à lui de toute faire pour les en sortir. Il se leva d'un bond et sortit de son bureau. Il entra brusquement dans l'Open Space.

- « Je supposes que tu viens nous annoncer une mauvaise nouvelle ?
- Oui Van Doren nous a retiré l'enquête.
- Mais Martin est là-bas comment en va faire, s'inquiéta Elena ?
- Du calme. De toute manière je n'ai jamais eu dans l'idée de dire que tout était fini et que l'on remballait le matériel comme si rien ne c'était passé. Viviane rappelle Roanoke. Je veux être mis en conférence avec les autres dans cinq minutes. Elena appelle le cadastre et demander leur des plans de la région. Il faut sortir Martin de là. »
avatar
Hio-Tin-Vho
Directeur Adjoint

Masculin Nombre de messages : 3564
Age : 33
Localisation : Sous le saule pleureur
Date d'inscription : 12/04/2006

Voir le profil de l'utilisateur http://echo.levillage.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: La maison du bonheur

Message  milaya le Mar 4 Déc - 19:34

Alors que dire ? Jack qui refuse de parler à la psy Cool , Martin Zen qui plane et qui a des hallucinations ( et quoi il est chauve maintenant ? ptdr ) et Van Doren rgrrr rgrrr qui vient mettre son grain de sel pour tout compliquer Shit
Suites géniales cheers , même si je suis d'accord avec Nat ...ça manque de Danny lol!
avatar
milaya
Enquêtes internes

Féminin Nombre de messages : 2111
Age : 42
Localisation : le mans
Date d'inscription : 21/01/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La maison du bonheur

Message  sandy le Mar 4 Déc - 22:40

Puisque tu ne veux pas laisser mon Marty tranquille et lui apporter l'aide de Super Sam alors je vais le rejoindre na !!
Zen Zen Zen Zen Zen vive la Mae Zen Zen Zen Zen Zen Zen Zen Zen Zen Zen Zen Zen Zen Zen Zen Zen Zen Zen Zen Zen Zen Zen Zen

vite une suiteeeeeeeeeeeeeeeeee !!! Mr.Red
avatar
sandy
Elève à Quantico

Nombre de messages : 255
Age : 44
Date d'inscription : 09/09/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La maison du bonheur

Message  nathaloche le Mar 4 Déc - 22:56

super be suite avec jack !!! respect respect respect respect il va s'en mêler le père jacko et ca va saigner !!! cool !!

même si je suis d'accord avec Nat ...ça manque de Danny

+11111111100000000 Mr.Red Mr.Red Mr.Red
avatar
nathaloche
Directeur Adjoint

Féminin Nombre de messages : 3996
Age : 44
Localisation : dans les bras d'enrique
Date d'inscription : 15/03/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://enriquemurcianoandnath.com/cariboost1/index.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: La maison du bonheur

Message  Hio-Tin-Vho le Mer 5 Déc - 15:51

nathaloche a écrit:super be suite avec jack !!! respect respect respect respect il va s'en mêler le père jacko et ca va saigner !!! cool !!

même si je suis d'accord avec Nat ...ça manque de Danny

+11111111100000000 Mr.Red Mr.Red Mr.Red

Vous voulez un peu de Danny ? J'ai peut-être ça en magasin. Vous attendez cinq minutes et j'envoies ça. Par contre désolé les filles mais je serais parti de jeudi à Mardi. Je ne pourrais donc envoyer de suites sauf grande chance exceptionnelle. Mais promis vous aurez droit à une très longue suite à mon retour. Et ne vous inquiétez pas c'est loin d'être terminé. J'en ai encore plusieurs qui arrivent.
avatar
Hio-Tin-Vho
Directeur Adjoint

Masculin Nombre de messages : 3564
Age : 33
Localisation : Sous le saule pleureur
Date d'inscription : 12/04/2006

Voir le profil de l'utilisateur http://echo.levillage.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: La maison du bonheur

Message  Hio-Tin-Vho le Mer 5 Déc - 16:06

Donc voici la suite.

Du neuf, du puissant et de l'énergie.


Samedi 22 Juin, Lindenwood

Le téléphone sonna. Il était sept heures et demi du matin tout au plus. Les esprits et les corps n'avaient guère dormis. Tout juste somnoler tout au plus. La chambre ressemblait au terrain d'un champ de bataille après le conflit. Des cadavres de bouteilles, gobelets de café, sachets pour hamburger jonchaient le sol. On aurait dit que quelqu'un avait fait la fiesta en ce lieu. Mais l'ambiance n'était pas à la fête loin de là.

Sur la table ronde au centre, des cartes et des livres étaient étalées. On avait punaisé un peu partout sur les murs des tas de documents : relevé de compte, lettres,... ; les livres étaient entièrement surlignés, annotés et des feuilles volants y avait été glissées.

Immédiatement lorsque le téléphone sonna Viking décrocha. C'était bien Jack au bout du fil. Il le posa donc sur la table et enclencha le haut-parleur.

- « Jack où en sont les nouvelles ?
- < Pas vraiment bonnes. Nous sommes désormais sur la corde raide. Van Doren nous a retiré l'affaire. >
- La garce !
- < Danny je t'ai entendu ! Toujours est-il que cela ne change rien à notre affaire. Je veux que vous me trouviez Martin et que vous me le rameniez. Où en êtes vous de votre côté ? >
- Nous non plus nous avons pas de très bonnes nouvelles Jack. Nous avons travailler toute la nuit. À partir des témoignages que Elena est aller recueillir dont celui de monsieur Voronitz, des documents recueillis ainsi que du manuscrit de Annette Carver, nous avons sans doute reconstituer ce qui est arrivé à Martin hier soir.
- < Sans doute ? >
- Oui je connais Martin Jack repris Danny. Il a pas l'air comme cela mais il aurait continué cette enquête jusqu'au bout quitte à se mettre en danger.
- < Oui je crois me souvenir d'une certaine Madame Cartwhrigt. Continuez. >
- Avant que cela ne coupe il était question de savoir si oui ou non il accepterait l'initiation. On ne lui parlait plus trop car on y réfléchissait ici. Mais j'en suis certain Jack il l'a fait.
- Sauf que ce que nous savons sur cette initiation ne présage rien de bon.
- < C'est-à-dire Vichentsky ? >
- La Mae a pour habitude d'organiser cela comme une séance de Yoga. C'est censé être une banale relaxation collective. Sauf qu'elle n'est pas toute à fait prise dans les mêmes conditions. Je vais vous lire un passage d'une lettre qu'un des adeptes à envoyer à Annette Carver pour être plus explicite :
«  Tout commence par une acceptation. Le nouvel adepte doit confirmer son choix d'être initié. Puis elle nous a donné une mixture censée être une boisson sacrée qui nous protégera durant le voyage, la Clavipeps Purpera. Mais après l'avoir bue et au bout d'une demi-heure vous avez de drôles de sensations. Des palpitations, chaud, les muscles tendus, et puis tout à coup se sont des hallucinations qui vous arrivent durant plusieurs heures. J'en ai parlé à un ami Professeur de Sciences Naturelles au lycée. Il m'a dit que les effets et le nom qu'elle donne n'avait qu'une seule reponse. Elle nous avait drogué. Et pas avec n'importe quoi. Elle nous avait donné du LSD, le plus puissant hallucinogène au monde. Au début je ne l'ai pas crût. Désormais je me dis que c'était sans doute obligatoire pour pouvoir faire le chemin. Les chamans amérindiens utilisent bien la même méthode. »


Lorsqu'il s'arrêta de l'autre côté de la ligne il y eut un léger silence. Ils n'avaient pas besoin de se parler tout le monde s'était compris. Martin n'était pas en danger il risquait sa vie. Le seul objectif qu'ils pouvaient avoir désormais était de le sortir de là. Ce fut Jack qui repris le premier la conversation.

- « < Dites moi qu'au moins vous avez une bonne nouvelle ? >
- C'est possible. Il y a quelques temps la Mae organisait des pèlerinages autour de la demeure. Il semble que beaucoup de nouveau adeptes y participaient. Mais ce n'était pas systématique. Je pense que si elle veut véritablement s'assurer un contrôle sans faille sur Martin s'est ainsi qu'elle doit agir.
- < Très bien c'est déjà ça. Vichentsky je peut vous parler en privé ? >
- Bien sûr.

Il attrapa le téléphone et coupa le haut-parleur. Dès qu'il le mit à son oreille il entendit que de l'autre côté aussi la conversation se faisait plus intime. Lui s'approcha du mur. En face lui en gros plan la tête de la Mae, souriante. Il avait l'impression qu'elle l'observait et pourtant il ne put s'empêcher d'arracher le portrait et de le regarder de plus près.

- « < Vichentsky ? >
- Je vous écoutes Jack.
- < Je ne peut pas vous rejoindre et toute façon cela ferait perdre trop de temps. Alors qu'il faut aller vite. Je compte donc sur vous pour régler la situation. Moi je suis un peu désarmé. >
- Je sais Jack. Mais ne vous inquiétez pas. Si j'ai envoyé votre agent dans une telle merde je me dois de l'y en sortir. Je vous le ramènerais à la maison promis.
- < J'ai confiance en vous. >
- Et moi je ne vous décevrais pas. »


La cloche de l'entrée signala que quelqu'un venait d'entrer dans le magasin. Stan se retourna. Il vérifiait les numéros de ses fusils quand le client entra. Ce dernier se présenta devant le comptoir. Stan le salua mais il n'eut pas de réponse. Le nouveau venu se contenta de poser sur le comptoir une liasse de billet de cent dollars. Le vendeur releva donc la tête et remarqua alors la carrure qu'était ce type. Pas loin de deux mètres, plus de cent vingt kilos. Il n'avait pas l'air commode. D'autant qu'il portait une bouc et des lunettes de soleil.

- « Que puis-je avoir dans votre stock en pistolets mitrailleur, pistolets automatiques et fusil mitrailleur munitions comprises avec ceci ? »

Il n'avait pas l'air de vouloir discuter alors la commande serait rapide.


Il grimpa quatre à quatre les marches de l'escalier, un grand sac de sport à la main qui pesait lourd mais qui pour lui avait l'air anodin. Il n'attendait pas qu'on lui ouvre et entra directement dans la chambre. Sam et Danny n'avait pas eu le temps de faire grand chose, quelques recherches, quelque vérifications tout au plus. Ils s'étonnèrent de le voir arriver avec un tel attirail et avaient du mal à saisir le comment du pourquoi.

Mais ils n'eurent pas le temps de discuter que déjà ils posa le sac au sol et leur dit.

- « Qu'importe ce que vous faisiez, abandonnez le immédiatement. J'ai à vous parler. »

Éberlués par une telle réaction de l'homme qu'ils avaient trouvé si calme et si impassible jusque là ils hésitèrent à réagir. Danny surtout qui traîna la patte jusqu'au bout. Mais au final ils s'approchèrent de la table.

- « Bon très bien voilà le plan. Sam et moi nous partons pour le centre-ville loué un fourgon. Il faudra qu'il est une porte latérale mais ça ne devrait pas être difficile à trouver. Danny vous vous rendez auprès de la maison. Vous l'observez sous toutes les coutures...
- Oh là doucement du calme, interrompit Danny. C'est quoi ce plan et depuis quand vous commandez ?
- Écoutez Danny vous êtes un gars bien et un excellent agent et je suis certain que vous pouvez comprendre. Vous aimez votre ami et vous voulez qu'il sorte n'est-ce pas ?
- Bien sûr.
- Alors je ne vous demanderait qu'une seule chose, une seule durant ce week-end, d'écouter et de faire toute ce que je vous dirait. Car c'est l'unique solution qui existe pour libérer Martin. Nous n'avons plus le choix. Il faut monter une opération.
- Jack est au courant s'interrogea Sam ?
- Il m'a demande de le sortir de là et je peut vous dire que vu comment je m'en veux de l'y avoir conduit je ne laisserais pour rien au monde le soin à quiconque de l'y garder de gré ou de force. Est-ce que c'est clair pour tout le monde ?
- C'est clair.
- Danny ?
- Oui c'est clair.
- Je reprends alors. Vous vous rendez sur place comme vous voulez, en vélo, en trottinette ou en stop mais il nous faut un descriptif précis des horaires et des habitudes du lieu. Je veux savoir à quelle heure ces groupes sortent et à quelle heure ils entrent. Ce sera l'unique moment où l'on pourra intervenir. Je vous préviens. Dès à présent nous ne sommes pour personne des agents du FBI. Il faudra donc être discrets et silencieux.
- Et ça on peut savoir ce que c'est dit Danny en s'approchant du sac posé contre le mur ?
- Notre matériel. »

Sans même demander la permission Danny l'ouvrit. Il ne put qu'avoir un mouvement de sursaut lorsqu'il vit le contenu. Des armes de poings, de toute sorte y étaient rangés ainsi que les munitions. Il y avait tout un arsenal.

- « Spécial le matériel, très spécial.
- Ne vous inquiétez pas j'ai l'intention d'être prudent. »


Tout juste avaient-ils fini que Sam et Viking embarquaient dans la voiture direction Roanoke et Danny lui cavalait vers la Maison du Bonheur. Un nom qu'elle n'avait jamais aussi mal porté. Finalement il trouva bien un vélo qui traînait là. Il le remettrait à sa place lorsqu'il aurait fini. Il n'avait pas vraiment le temps de questionner son propriétaire. Il pédale aussi vite qu'il put à se faire éclater le coeur tellement le muscle cardiaque s'emballait. Il avait l'impression de retourner en arrière tout à coup. L'affaire Matthews lui revenait en pleine figure. Ce jour là ce fut son unique moyen de transport. Mais il n'eut pas le temps de s'égarer et dès qu'il fut arriver, sauta du vélo, le pousser un peu dans les bois, le jeta ensuite et retourna à sa planque. Le petit abris qu'il s'était construit n'avait pas bougé. Il retrouva même les jumelles, en assez bon état. Il s'allongea dans le trou et repris son observation. Il savait que sur un point Viking avait raison. Un opération doit se prévoir parfaitement. Il en avait déjà fait les frais. Et puis il faisait cela pour Martin et cela changeait tout.


Il avait reculer le siège à fond et pourtant ses genoux touchaient encore le volant. Il roulait à tombeau ouvert. On aurait dit qu'il voulait rattraper le temps. Sam le regarda alors qu'elle se tenait à la poignée au-dessus de la porte. Il était sans doute le plus affectée d'eux mais ne le montrait pas. Il se sentait responsable, il s'en voulait. Dans un virage il utilisa le frein à main et la voiture dérapa. Il évita de justesse le bas-côté. Il avait l'air d'avoir retenu par coeur les rues et routes de Roanoke car il se rendit immédiatement vers un loueur qui fort heureusement était garé en périphérie. Sam ne devait plus se le cacher elle avait actuellement peur de lui. Les armes, la conduite, le regard qu'il avait. Il n'était plus le même homme. Et pourtant au fond d'elle une voix la poussait à la suivre, à faire comme il disait. Était-ce la voix de la frayeur ? Était-ce aussi cette sensation qui avait poussé Danny à lui obéir ? Elle l'ignorait. Toujours est-il que à ce moment précis ils s'avançaient vers un des commerciaux. Il avait le teint bronzé, les dents blanches et le costume coloré. Le look parfait. Mais ils n'était pas là pour un défilé de mode.

- « Bien le bonjour monsieur dame. Je peux vous renseigner ?
- Oui nous recherchons un fourgon avec porte latérale en bon état, louable de suite.
- Euh oui je crois que l'on doit avoir ce modèle. »

Face à la réponse de Viking le commercial fut désarçonné. Mais il se dirigea vers le bureau pour vérifier ce qu'il avaient en location. Et effectivement il leur restait un fourgon de ce type. Sam était contente car elle se voyait mal aller faire un autre loueur dans la journée. Viking paya cash et le jeune homme ne posa aucune question. Tout juste demanda-t-il le permis du colosse pour monter le dossier.

Pour le retour Alexandre grimpa dans le fourgon laissant la voiture à Sam. Il roula tout aussi vite et arriva donc le premier. Il était déjà sur le parking en train de tirer sur les plaques d'immatriculation avec des pinces lorsqu'elle arriva.

- « Qu'est-ce que vous faites ?
- Je ne veux prendre aucun risque. On a reçu un email avec le plan de cadastre de la région; Vous pouvez vous en occuper ?
- Euh oui bien sûr. Mais vous croyez que c'était nécessaire ?
- Non mais je préfères éviter les mauvaises surprises dit-il en arrachant la plaque arrière. Quitte à perdre le prix d'une location.
- Vous avez vu sur la route ?
- Les réunions de locaux ?
- Oui. Ils ont l'air sacrément remontés.
- L'orage gronde et l'averse ne devrait pas tarder. Il faut faire vite avant d'avoir deux fronts à combattre. »
avatar
Hio-Tin-Vho
Directeur Adjoint

Masculin Nombre de messages : 3564
Age : 33
Localisation : Sous le saule pleureur
Date d'inscription : 12/04/2006

Voir le profil de l'utilisateur http://echo.levillage.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: La maison du bonheur

Message  Hio-Tin-Vho le Mer 5 Déc - 16:06

Il était très tard lorsque Danny rentra au motel. Sam travaillait à l'ordinateur. Elle avait étale de nouvelles cartes sur la table. Cette fois-ci le cadastre local et les examinaient à la loupe. Mais la vision la plus inquiétante qu'il eut fut celle de Vichentsky qui s'affairait autour des armes. Il n'avait jamais vu que ce soit au FBI ou dans l'entourage de son frère quelqu'un manipuler aussi rapidement et aussi facilement des armes que lui. De plus il s'agissait de gros calibres. Il fit plusieurs fois jouer la culasse, vérifia les chargeurs, les nettoya toutes. Il en devenait inquiétant. En tout cas dès qu'il le vit l'agent du crime organisé posa son attirail et revint vers la table. Sans autre entrée en matière il lui dit.

- « Alors Danny ?
- Alors j'ai bien vu Martin dans l'un de ces groupes. Je ne l'ai pas reconnu tout de suite, il a... changé. Il lui ont fait un coupe courte. Il n'a quasiment plus un seul cheveu sur la tête. Toujours est-il que la Mae a intensifié ce système des groupes de pèlerinage car ils tournent autour de la propriété et des terrains environnants toutes les heures le matin dès huit heures jusqu'à midi et le soir de 16 heures à 20 heures.
- Ils sont combien ?
- Pas plus d'une dizaine. Que des nouveaux adeptes je pense. Je n'ai pas reconnu une seule des têtes que nous connaissons. C'est toujours le même groupe.
- Sûrement ceux qui les ont rejoints depuis les évènements. Le souffre attire certains personnes. Montrez moi sur la carte comment se passe ce périple.
- Je les aient suivi de loin en vélo. Il tourne à droite en sortant de la Maison et reprennent vers le nord en s'éloignant de nous. Ensuite ils reviennent par derrière et reprennent la même route pour passer devant. Ils ont dû faire pas loin de dix tours aujourd'hui.
- Et ils recommenceront sûrement demain. Bon il faut prévoir une heure.
- Pour faire le tour ils mettent trois quarts d'heures. »

Viking tira vers lui la carte du cadastre. Il regarda alors attentivement les routes et direction.

- « Vous avez repéré un chemin le plus adéquat ?
- Cette seconde colline là. Il y a un chemin en terre qui la traverse de part en part.
- Oui je vois et vous avez raison c'est le plus opportun. Juste à la distance qu'il faut, il nous permettra de rejoindre la route très rapidement. À quelle heure passe-t-il à ce niveau ?
- L'après midi à 16 heures 40.
Je propose le matin à dix heures 55. Les membres du groupes seront fatigués il ne chercheront pas nous suivre et il n'y aura pas à cette heure encore trop d'activité dans le coin.
- Le temps de descendre j'ai calculé cela fait dix heures 53.
- Très bien. Votre montre Danny on peut lui faire confiance ?
- Autant qu'à moi.
- Oui mais vous cela fait longtemps que j'ai confiance, votre montre moins.
- Ne vous inquiétez pas.
- Très bien se sera vous qui donnera le top départ alors. Écoutez. Je ne connais pas aussi bien Martin que vous, mais je pense ne pas me trompez en disant qu'il est fort et résistant et que malgré tout, malgré les effets de cette foutue drogue, malgré le charisme de la Mae il n'est pas encore totalement sous sa coupe.
- Mais ?
- Pardon ?
- Je sens le Mais alors allez-y fit remarquer Sam.
- Il faut le considérer comme tel. Et de toute manière si nous organisons tout cela c'est pour ne pas qu'il se fasse repérer malgré tout. L'extraction ne doit pas se passer comme si lui voulait nous rejoindre. Il faut que l'on ait l'impression qu'on le kidnappe. Le mieux est donc que je m'en charge. Je pense pouvoir le prendre et le mettre dans le fourgon comme si on l'y jetait de force.
- Ça je n'en doute pas.
- Lequel d'entre vous sait ce servir de ceci. »

Il alla dans son stock saisir un fusil à répétition type M-16.

- « Je ne vous ferais pas la gageure de vous demander si vous savez tirer ou vous servir d'un pistolet voir d'un pistolet mitrailleur mais là il s'agit d'un arme de guerre. Danny ?
- Quoi ? Alors sous prétexte que je viens des quartiers chauds j'aurais eux entre les mains ce genre d'engins ? Vous me décevez Vichentsgy. Je suis pas ce genre de mec.
- J'ai jamais dit cela. Mais dans votre dossier il est écrit qu'à Quantico vous étiez parmi l'un des meilleurs tireur avec ces bestioles dans votre promotion. Je pense pas que vous ayez totalement perdu.
- Ah... bon... »

Danny se sentait gêné. Il avait pris pour une attaque une simple remarque de considération. Mais son égo ne le fit pas admettre et il se jeta immédiatement sur la bête et effectivement il n'avait pas tout perdu. Certes ses gestes étaient moins précis, moins assurés mais cela reviendrait bien vite.

- « Bon nous avons donc notre appui. Sam cela ne vous dérange pas de faire la conductrice ? Ne vous inquiétez pas ce n'est pas qu'un simple rôle de figuration.
- Je vais essayer.
- Très bien. Je pense que le mieux est d'opérer un demi-tour sur la route et de présenter la porte latérale devant eux. Comme cela on pourra attraper Martin et démarrer en trombe pour rejoindre le motel et sans aller d'ici sur le champ. Je pense que même les locaux ne nous aiment pas alors le mieux est de partir.
- Très bonne idée ça. J'y songeais moi aussi. C'est pas que ce pays me déplaît mais c'est qu'il est vraiment à chier.
- Oui effectivement. »

Il respira un grand coup. Il était aussi tendu que les autres mais ne voulait surtout pas le montrer. Il repris juste après.

- « Une dernière chose avant de finaliser tout cela. Les armes c'est pour nous défendre pas autre chose. Donc on ne tira qu'en cas de légitime défense et ce après sommation et tir de semonce. Vous devez chercher à les effrayer. De toute manière je pense qu'ils seront déjà assez terrorisés mais je préfères prendre les devants.
- Je crois que l'on avait saisi.
- C'est juste histoire que l'on soit tous sur la même longueur d'ondes. Très bien donc nous partirons pour la-bas pour dix heures. Il faut donc régler toutes nos affaires maintenant. On charge le sac d'armes avec les munitions dans le fourgon. Faites vos bagages et installez les plus lourdes dans la voiture, les plus légères dans cette chambre. Nous réglons le patron du motel ce soir. Ne laissez rien traîner après vous qui nous retardait dans notre départ. »

Tout le monde s'affaira alors. Plus vite qu'il n'avait fait pour les déballer Danny rangea toutes ses affaires dans ses sacs. Il les chargea ensuite dans la voiture. Viking après chargé le sac d'armes dans le fourgon, le ferma à clé et alors le patron du motel pour lui régler la note. Il revint alors dans sa chambre. Sam finissait de ranger leur matériel. Y compris le récepteur du micro. Il l'aida pour qu'elle puisse elle aussi aller chercher ses affaires personnelles. Dès qu'elle fut partie dans sa chambre il s'occupa des poubelles et alla les balancer dans le container. Il crût un instant que l'on faisait un feu de joie de l'autre côté de la vallée, car il aperçut une fort lueur. Mais il avait dû rêver. Tout les droits ils dormirent dans l'unique chambre qu'ils avaient désormais. Les garçons gentleman malgré tout avait laissé le lit à Samantha et s'était allongé sur la paillasse. On se parla par beaucoup ce soir là. L'image de Martin hantait toutes les têtes. Il était leur seul objectif. Ils s'endormirent épuisés en pensant à demain. Demain serait le jour J.
avatar
Hio-Tin-Vho
Directeur Adjoint

Masculin Nombre de messages : 3564
Age : 33
Localisation : Sous le saule pleureur
Date d'inscription : 12/04/2006

Voir le profil de l'utilisateur http://echo.levillage.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: La maison du bonheur

Message  milaya le Jeu 6 Déc - 17:00

Viking en mode " commando " ! 2love2
En tout cas je me demande comment ça va se passer cette ectraction de Martin et lui comment il va réagir ?
avatar
milaya
Enquêtes internes

Féminin Nombre de messages : 2111
Age : 42
Localisation : le mans
Date d'inscription : 21/01/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La maison du bonheur

Message  nathaloche le Jeu 6 Déc - 17:38

WAHOU !!!!!

veux bien une suite très rapidement moi ar je me emande comemnt ils vont s'en sortir de toute cette m...

afraid afraid afraid afraid
avatar
nathaloche
Directeur Adjoint

Féminin Nombre de messages : 3996
Age : 44
Localisation : dans les bras d'enrique
Date d'inscription : 15/03/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://enriquemurcianoandnath.com/cariboost1/index.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: La maison du bonheur

Message  Hio-Tin-Vho le Jeu 6 Déc - 17:50

nathaloche a écrit:WAHOU !!!!!

veux bien une suite très rapidement moi ar je me emande comemnt ils vont s'en sortir de toute cette m...

afraid afraid afraid afraid

Tu as de la chance j'ai failli ne pas l'envoyer. Mais comme tu as mis une réponse je vais le faire sur l'instant. Juste avant de partir.
avatar
Hio-Tin-Vho
Directeur Adjoint

Masculin Nombre de messages : 3564
Age : 33
Localisation : Sous le saule pleureur
Date d'inscription : 12/04/2006

Voir le profil de l'utilisateur http://echo.levillage.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: La maison du bonheur

Message  nathaloche le Jeu 6 Déc - 17:55

Tu as de la chance j'ai failli ne pas l'envoyer. Mais comme tu as mis une réponse je vais le faire sur l'instant. Juste avant de partir.
rooo c'est du chantage c'est toi qui as de la chance que j'ai pu venir !! ptdr ptdr ptdr ptdr

bon alors elle est où cette suite ?
avatar
nathaloche
Directeur Adjoint

Féminin Nombre de messages : 3996
Age : 44
Localisation : dans les bras d'enrique
Date d'inscription : 15/03/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://enriquemurcianoandnath.com/cariboost1/index.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: La maison du bonheur

Message  Hio-Tin-Vho le Jeu 6 Déc - 17:57

Voici donc la suite.

On prend le même système et on recommence. J'ai encore une fois voulu mettre une musique. Vous allez voir cela colle parfaitement à l'ambiance.

http://www.radioblogclub.fr/open/126530/princes_of_the_universe/Queen%20-%20Princes%20Of%20The%20Universe

Vous faites comme d'habitude vous ne la lancez qu'au signal. Mais là en prime elle est directement dans l'histoire. Vous serez donc totalement dedans.

Voici donc la suite.


Dimanche 23 Juin, Roanoke, Le Jour J.

Martin marchait sur la route et était ignorant de ce qui se tramait autour de lui. Il avait dégrisé depuis. Il espérait tout de même que ses amis ne l'oublient pas, même s'il se sentait bien ici. Libre. Ils allaient de nouveau passer devant la maison d'ici un quart d'heure, une nouvelle fois. Cette marche était ennuyeuse et fatiguante. Il se rappelait alors ce qu'il lui déplaisait dans ce lieu.


Dès le matin au lever du soleil l'alcool avait tourné. Au début Casey hésita à boire mais les autres l'entraînait alors elle accepta. Ils étaient encore plus nombreux qu'à la réunion. Timothy avait eut raison d'attendre. Il avait fait le bon choix. Elle finit une nouvelle bière et un coup de feu parti. Le petit Sean essayait l'un des fusils. Sans vraiment hésiter elle avait prêté leurs gilets pare-balles mais par contre elle s'était refusé à faire passer leur armement. Les autres étaient déjà assez fournis. En tout cas ils étaient tous d'accord sur un point ils allaient montrer de quel bois ils se chauffaient à ses fous furieux.


Ils attendaient. Ils étaient partis à 10 heures comme prévu. Avec tout le matériel nécessaire. Puis ils avaient grimpés sur cette colline. Le chemin en terre était sec en cette saison il ne fut pas difficile d'y accéder. Ils se faisaient tous à présent confiance. Il le fallait, un seul échec, une seule hésitation de l'un d'entre eux et ils couraient droit à la catastrophe. Même si l'ambiance n'était guère festive Danny avait apporter son vieux baladeur lecteur de CD. Il avait bien sûr un MP3 mais ses vieux disques ne passaient pas aussi facilement, alors il aimait gardé ce truc qui ne datait pas tant que cela finalement. 5 ou 6 ans tout au plus. Ah la technologie file à une vitesse, ce truc était déjà has been, et lui avec.

Une nouvelle fois Vichentsky lui tapa sur l'épaule pour savoir l'heure. Il lui fit signe que ce n'était pas encore le moment. Et de toute manière il pouvait le voir avec les jumelles qu'il avait récupéré Martin n'était même pas au bout de la route. Mais il le savait ,s'il agissait ainsi c'est parce qu'il était trop stressé pour vérifier.


Hier soir un con avait foutu le feu à un bosquet avec le barbecue. Heureusement ils avaient réagis assez vite et avaient éteint avant que les pompiers n'interviennent. Le type devait être déjà ivre mort pour agir ainsi. Merde ils ne s'étaient pas réunis pour se bourrer la gueule et pour faire la fête, ils avaient une mission. L'alcool n'était là que pour donner un peu de courage aux faibles et motiver encore plus les forts, rien de plus. Si ces gars là n'arrivaient pas à le comprendre qu'ils restent chez eux. Il allait être bientôt temps de partir. Ils avaient tout les véhicules nécessaires et de la motivation à en revendre.


Il tapa sur son épaule. Cette fois-ci il lui rendait la pareille mais Viking compris surtout qu'il s'agissait du signal. Il attrapa donc sa cagoule et Sam au volant en fit de même. Danny aussi se prépara derrière. Il avait rangé son baladeur depuis longtemps et pris son arme le long de sa jambe. Il devait être 10 heures 50 sûrement. Le silence avait imprégné le fourgon depuis un bon moment. Ce fut finalement Danny qui le rompit.

- « On va y aller. Vous les voyez ils sont en train de nous dépasser. »

Et effectivement en contrebas le groupe de Martin passait devant leur chemin. Cachés par la forêt ils ne les aperçurent même pas.

- « Mais avant je dois faire un truc. »

Étonnés Sam et Alex le virent alors allumer l'autoradio et y glisser un CD. Il sélectionna la piste 13 et appuya sur lecture. Et sur le champ se fit entendre la voix de Freddy Mercury.

- « Princes of the Universe. Ça c'est parfait pour nous motiver. »

Viking ne savait pas Danny amateur de rock mais il n'insista pas. Car déjà celui-ci déclenchait le top.

- « C'est parti. »

Le moteur tournait alors. Sam pressa à fond l'accélérateur et passa la première. Au départ ils patinèrent un peu mais très vite le fourgon démarra en trombe. Ils dévalèrent le chemin à toute vitesse. Sam savait y faire malgré tout. Elle contrôla plutôt bien l'engin dans la descente et freina à fond en arrivant. Elle braqua brusquement dès la sortie en s'aidant du frein à main. Ils étaient juste derrière le groupe de Martin. Elle continua un tout petit peu et braqua à nouveau. La porte latérale se présenta devant eux. Viking sortit par la porte avant, l'arme à la main tandis que Danny ouvrait la porte latérale et pointait la sienne.

- « Ne bougez plus ! Pas de panique ! Il ne vous sera fait aucun mal si vous ne faites rien ! »

Sans l'ombre d'une hésitation Viking se dirigea vers Martin et l'agrippa. Effectivement il avait changé mais ce qui comptait c'est qu'il vienne avec eux.

- « Toi tu viens avec nous ! Ne cherchez pas à vous y opposer ou sinon dit-il en agitant son arme ? »

Les adeptes ne firent rien. Le bruit du fourgon dévalant le chemin et arrivant brusquement derrière eux les avait suffisamment effrayé. Alors si en plus on y ajoutait les armes.

Viking savait que comme c'était un ami Danny aurait pris des gants, c'était aussi pour cela qu'il s'était proposé pour le récupérer. Il jeta donc sans ménagement l'agent sous couverture dans le fourgon. Il trouverait bien le temps plus tard pour soigner les plaies qu'il pourrait se faire. Lui recula et s'installa à la place du passager.

Sam repassa la première immédiatement. Elle accéléra pour partir le plus vite possible. Le fourgon tourna. Le demi-tour était enfin complet. Ils allaient repartir et visiblement sans encombres et sans avoir utilisé les armes.

Danny quand à lui s'apprêtait à fermer la porte latérale quand soudain des mains s'y s'agrippèrent. Il eut alors un mouvement de recul et une tête apparut. S'il avait été Martin il aurait reconnu sur le champ Abraham, enfin celui qui se prenait pour lui. Mais Martin lui tournait le dos. Il devait réagir ou se type allait se traîner tout le long de la route.

- « Putain de merde il fallait qu'un secoué nous saute dessus.
- Fils du démon vous périrez dans les flammes de l'enfer.
- Oui c'est ça et ta soeur. »

Il fallait employer les grands moyens. Danny se mit instinctivement sur le dos et donna des grands coup de pieds sur les mains du type.

- « Mais dégages toi on t'a pas invité à notre surprise partie. »

Le plus efficace fut celui qu'il envoya sur sa tête. Comme quoi il n'était pas si rouillé que cela car le gars alla se vautrer sur le bas-côté de la route alors que finalement Sam ralentissait un peu après l'avoir vu.

- « Merde c'est vrai quoi on ne rentre pas ainsi chez les gens. »

Lorsqu'il fut parti Sam réaccéléra à nouveau. Martin semblait encore sonné ou alors il n'avait pas totalement compris qui ils étaient alors Danny retira sa cagoule.

- « Ça va brother ?
- Oui enfin je crois. Je suis juste... Je suis content de vous voir vous pouvez pas savoir.
- Tu m'étonnes. Mais on n'allait pas de laisser comme ça. On est l'agence tout risques nous. Et remercie le gars devant il a assumé les rôles de Barracuda et Hannibal en même temps c'est pas de tout repos.
- Merci Viking.
- De rien mais il sera le temps des félicitations plus tard. On est pas encore sorti de l'auberge. Vous voyez là-haut sur la colline ? »

Les deux garçons à l'arrière se penchèrent et il purent voir ce que désignait Viking. Un grand convoi de voitures se dessinait serpentant sur la route. Ils devaient provenir d'une autre vallée mais ils étaient au moins une chose, annonciateurs de mauvaises nouvelles.
avatar
Hio-Tin-Vho
Directeur Adjoint

Masculin Nombre de messages : 3564
Age : 33
Localisation : Sous le saule pleureur
Date d'inscription : 12/04/2006

Voir le profil de l'utilisateur http://echo.levillage.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: La maison du bonheur

Message  Hio-Tin-Vho le Jeu 6 Déc - 17:57

Ils n'avaient que peu de temps. Sam gara le fourgon sur le parking tandis que les trois garçons descendaient. Elle laissa les armes dans l'utilitaire et le ferma à clé. Peut importe que quelqu'un ne les trouve. Et puis un jour ou l'autre un membre du bureau viendrait bien les chercher. Aujourd'hui ils devaient partir au plus vite loin d'ici. Dès qu'elle eut ferme Sam se mit à courir et entra dans la chambre. Ils étaient tous en train de prendre les dernières valises. Deux allers-retours et ce serait fait.

- « Dépêchez vous on a peu de temps.
On le sait miss répondit Danny en passant devant elle juste à la sortie de la chambre. »

Viking était déjà reparti à la voiture et Danny aussi. Il n'y avait plus que Sam et Martin dans la chambre. Martin qui lui tournait le dos et regardait au travers des stores le ciel bleu. Sam vitn à ses côtés et posa sa main sur son épaule. Mais celui-ci sursauta.

- « Désolé je ne voulais pas te faire peur.
- Excuse moi j'ai été surpris. Je...
- Ça va toi ?
- C'est pas la forme olympique mais cela ira mieux lorsque l'on sera parti. »

Les deux garçons revinrent. Il n'y avait plus que la valise de Danny. Même l'ourson en peluche qu'il lui avait offert était déjà installé dans la voiture. Danny se dirigea tout droit vers son bagage tandis que Viking allait à la deuxième fenêtre qui donnait sur Lindenwood. Il souleva le store.

- « Voilà c'est bon. Allons-y avant qu'ils débarquent les ploucs.
- Euh je crains qu'il ne soit trop tard. »

En effet lorsqu'il lâche sa valise pour venir aux côtés de Viking Danny put apercevoir le convoir qui entrait dans Lindenwood. Il ne sût pour qu'elle raison et qui en avait eut l'idée farfelue mais il semblait que toutes ses voitures se dirigeaient vers chez eux. Visiblement ils voulaient au minimum leur parler.


Dans le convoi cela chantait et cela buvait. Ils étaient pas loin de trois ou quatre par voiture. La muisque à fond, très régulièrement de la coutnry ou du rock ils parlaient fort et vidaient les fonds de cuve. N'importe qui aurait pu les voir ou les entendre à des kilomètres à la ronde. Et pourtant ils serpentaient depuis une heure sans qu'aucune personne ne s'en offusque. Timothy avait donc raison l'absence des dirigeants avait inhibés pas mal de monde. Et puis sans doute sa présence avait fait beaucoup. On la voyait comme Shériff et on se disait que tout cela devait être normal alors.

Ils étaient fins prêts. Ils allaient fondre sur cette demeure. Ils ignoraient précisément comment mais une chose était sûre ils le feraient. Rien ne pourrait leur en empêcher.

Malgré tout lorsqu'ils entrèrent dans Lindenwood la voiture de Casey Folton en tête cette dernière se dit qu'il y avait peut-être un coup à jouer, qu'il fallait leur donner une dernière chance. Elle obliqua alors vers le motel et grimpa là-haut. Les autres suivirent derrière en se demandant bien où elle allait. Elle, elle le savait. Elle avait à parlé aux agents du FBI.


Sur-le-champ Viking ferma la porte de la chambre. Il était trop tard pour qu'ils sortent tout les quatre avant qu'il n'arrivent. Ils devaient donc prévoir un plan, ou tout du moins ce qui y ressemblait.

- « On va se faire lyncher si on n'y va comme ça.
- Non vous croyez ? Pourtant à la campagne c'est toujours des gens sympas qui boivent beaucoup de bières et qui tirent sur tout ce qui se bouge.
- Danny on va sortir ensemble.
- Oh là tout doux. On peut pas boire un verre avant, discuter ?
- Sur la passerelle. N'allez pas imaginer quoi que ce soit.
- Pourquoi je ne vous plaît pas ?
- Danny !
- Bon d'accord et après ?
- Sam reste avec Martin. Il était à l'intérieur. Ils vont peut-être le reconnaître. Vous descendrez par l'autre côté le plus discrètement possible. »

Ils sortirent donc tout les deux. La plupart des voitures étaient garés sur le parking. Déjà Casey et les membres de son équipage allaient atteindre les marches de l'escalier. Le plus naturellement du monde qu'il put Alexandre Vichentsky dit alors.

- « Shériff Folton ? Que faites vous par ici ?
- La rumeur gronde messieurs. Nous nous dirigeons vers la Maison du bonheur.
- Ah ? Et en quel honneur ?
- Pour leur faire voir l'hospitalité des gens du coin rajouta Danny ?
- On ne veut pas d'eux chez nous c'est cela que nous voulons marquer.
- Et vous pensiez pas qu'une pétition et une campagne de presse aurait suffit ?
- Peuh ! Cela n'aurait rien changé. Ils auraient continuer à engrainé nos jeunes à défendre leurs idées communistes.
- Et ben c'est toujours aussi débile la campagne rumina dans sa barbe l'agent Taylor.
- Donc vous y aller pour faire quoi dit Viking sans prêter attention à la remarque du latino qu'il avait entendu ?
- Nous utiliserons les moyens nécessaires à leur encontre. Nous y entrerons de gré ou de force.
- Shériff c'est un pays de droit. Vous défendez la loi vous ne le bravez pas.
- Quand les lois sont injustes ou qu'elles protègent certains c'est du devoir du peuple d'agir.
- D'accord donc c'est une révolution que vous préparez ?
- Casey qu'est-ce qu'on fout là fit remarquer Sean accolé à l'une des voitures ? »

Dans son dos les deux hommes sentaient eux Sam et Martin sortirent et se diriger vers l'autre escalier. Il fallait surtout qu'ils attirent leur attention et qu'il ne voient pas.

- « Oui c'est vrai vous êtes là pourquoi au fait ?
- Nous sommes venus vous demander de vous joindre à nous. Nous devons unir nos forces contre ses malades.
- Shériff ce ne sont pas nos méthodes.
- Oui vous vous enquêtez pensant des semaines avec du tas de matériel et résultat qu'est-ce que l'on a ? Au fait où sont vos autres collègues ? »
- Casey c'est qui ces deux là ? »


Le jeune Sean venait de désigner Sam et Martin qui n'étaient à présent plus qu'à quelques mètres de la voiture. Ils allaient y arriver et il fit tout capoter.

- « Mais je le reconnais lui il était dans cette maison !
- C'était un des leurs. Ils nous envoient leurs espions. Attrappons le. »

Comme si ce fut le geste d'un seul homme, Danny et Vichentsky sautèrent par-dessus la balustrade de l'escalier. Il coururent alors vers Sam et Martin pour se mettre en travers de la route des agitateurs. Ils avaient sorti leurs armes et les dirigèrent vers eux.

- « On bouge plus. Il est avec nous.
- Comment ça vous le protégez c'est ça demanda Casey qui s'avançait en première vers eux.
Il est des notres et vous ne lui ferez rien.
- Des votres ? C'est un agent ? Vous voulez dire que c'est à cause de vous tout cela ? Je suis certain même que c'est vous qui avez mis le chaos dans cette ville dit-elle en s'avançant encore.
- Le chaos il était là bien avant que l'on arrive répondit Danny. Il a juste suffit d'un étincelle.
- Vous ne vous en sortirez pas comme cela. Vous allez payer vous aussi.
- N'approchez pas j'ai dit.
- Et qu'est-ce que vous me ferez, hein ?
- Je n'ai jamais frappé une femme mais je n'hésiterais pas à le faire maintenant.
- Oui c'est ça vous... »

Elle s'était avançée d'un peu trop près alors d'un mouvement de rotation Viking emplafonna son coude dans son visage et elle recula sur le choc avant de tomber au sol. Les autres eurent aussi un mouvement de recul. C'était juste ce qu'il fallait pour qu'ils s'en aillent. Sam était montée du côté passager. Visiblement par la force des choses le rôle de chauffeur lui revenait une nouvelle fois. Quand à Martin il était monté à l'avant sur le siège passager. Danny fit rapidement le tour de la voiture et toujours l'arme pointé vers la troupe Viking ouvrit la porte arrière droite et grimpa.

Ils démarrèrent en trombe. Dans leur départ une pierre vola sur le pare-brise arrière mais c'était tout. Les armes des révoltés étaient restés dans leurs véhicules.

- « Alors c'est réglé cette fois-ci s'interrogea Sam ?
- Pas encore dit Viking qui regarda par la vitre derrière. Tant que l'on aura pas atteint la ville je ne serias pas rassuré. Il va y avoir des échauffourés ici et pas qu'un peu. S'ils ne nous ont pas eu ils auront les membres de la Maison du Bonheur. On doit prendre l'avion au plus vite. »


Ils roulèrent en direction de la ville. Quand enfin ils y arrivèrent Sam ralentit et l'équipage se détendit un peu. Il était pas loin de trois heures de l'après-midi lorsqu'ils furent en approche de l'aéroport. Mais au moins ils y arrivaient tous. Finalement Danny qui força Martin à parler y arriva plutôt bien et il faut dire que ce dernier en avait vraiment besoin. Pour l'instant tout cela resta très succint mais il parlait c'était déjà ça. Raconter signifiait partager et donc il ne considérait plus les autres comme en dehors de ce qu'il avait vécu. Ils fesaient partie de son monde.

Ils laissèrent la voiture au loueur en omettant l'impact dans le pare-brise arrière. Il se démerderait tout seul. Chacun tenait une partie de leur bagage. Celles de Martin étaient resté là-bas. Mais la plupart des vêtements ne lui appartenaient pas. Ils avaient été prêtés par le bureau pour la mission. Cette fois-ci l'addition risquait d'être salée. À une des zones d'embarquement Sam tenta de parlementer avec une jeune femme qui ne cessait de lui dire que ce n'était pas ainsi qu'il fallait faire et qu'il n'avaient plus une seule place de libre.

Elle ne voulait rien savoir. Mais eux sentaient qu'ils devaient partir au plus vite. Que très bientôt les échauffourés de la périphérie atteindrait le centre et qu'alors les choses changeraient bien vite. Sam engueulait quasiment la jeune femme mais rien n'y fit. Elle alterta juste les autres membres du personnel qui commençaient à s'attrouper. Il était trop tard pour tergiverser. Viking se dit alors que tout les moyens étaient bon.

- « FBI. Nous transportons un témoin clé. »

D'un petit coup de tête il désigna Martin qui était resté en arrière et discutait avec Danny. Puis il revint vers la jeune femme.

- « Vous devez bien avoir des avions privés.
- Oui monsieur nous avons bien celui de monsieur Wakan Tanka un industriel qui est ici pour la semaine.
- Et bien très bien il ne verra pas d'inconvénients à ce qu'on le lui emprunte.
- Mais ce n'est pas possible monsieur, c'est interdit !
- Nous vous le rendrons bien vite et puis ce charmant monsieur ne verra pas d'inconvénients à servir son pays.
- Il est indien !
- Son pays d'accueil alors. »


Après avoir encore parlementé et avoir frauduleusement utilisé Danny pour faire les yeux doux à la moitié du personnel féminin le groupe fut enfin monté à bord de l'avion. Ils avaient même obtenus un équipage et quelques boissons. Avant le départ Sam appella Jack pour lui signaler que tout allait bien. Qu'ils étaient tous à bord. Par contre que Roanoke ressemblerait bien vite à un champ de bataille s'ils n'y faisaient. Elle crût l'entendre dire au bout du fil merci mon Dieu lorsqu'il sut que Martin était sain et sauf et puis il précisa qu'il allait faire le nécessaire.

L'avion décolla alors. Tous sans exception était heureux de quitter ce lieu. Ils y avaient gardé peu de bons souvenirs. Mais Martin lui regardait le sol de long moments. Il ne cessait de le quitter et se demandait ce qu'il avait vraiment vécu là-bas. Son imagination le perturbait et il mélangeait son imagination avec la réalité dans un maëlstrom difficilement déchiffrable. Une chose était sûre en tout cas. Plus rien ne serait comme avant. Quand l'avion commença à se rétablir il regarda alors Samantha et lui sourit. Malgré les difficultés, malgré la tension de tout cela elle était encore plus belle qu'avant. Ses cheveux tombaient en cascade sur sa poitrine et rien que de la voir cela lui fit du bien. Il se souvint alors pourquoi il était à leur côté. Pour eux tout simplement.
avatar
Hio-Tin-Vho
Directeur Adjoint

Masculin Nombre de messages : 3564
Age : 33
Localisation : Sous le saule pleureur
Date d'inscription : 12/04/2006

Voir le profil de l'utilisateur http://echo.levillage.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: La maison du bonheur

Message  sandy le Jeu 6 Déc - 23:06

Merci merci de m'avoir ramené mon petit Marty Mr.Red Mr.Red Mr.Red Mr.Red Et bien joué avec la musique !!! thumright thumright thumright

Maintenant même si Viking a été top sur ce coup là, tu me fais un petit rapprochement Sam / Martin 2love2 2love2 rolles rolles S' il te plaitttttttttttttttt respect respect respect respect respect respect respect respect respect
avatar
sandy
Elève à Quantico

Nombre de messages : 255
Age : 44
Date d'inscription : 09/09/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La maison du bonheur

Message  nady le Ven 7 Déc - 0:53

A y est , je viens de rattrapper mon retard!! et un sacré retard dis donc, j'en avais des passages a lire! Mais je n'ai pas pu decrocher j'ai tout lu d'une traite dako

Alors que dire...le passage de la journaliste torturée ben m'a donné des frissons dans le dos, c'etait shaking
mais le passage suivant avec Martin dans le maïs avec la petite jeune, bah ça redetends l'atmosphere ptdr ptdr
...oui oui je sais, j'avais enooormement de retard tongue

Bon sinon euhm quant a l'extraction de Martin , on se serait cru dans l'agence tous risques Mr. Green Mr. Green c'est genial!!!!! Mr. Green Mr. Green


Maintenant que je suis a jour, je peux demander une suite!!! Mr.Red
avatar
nady
Agent spécial

Féminin Nombre de messages : 1253
Age : 39
Localisation : ailleurs
Date d'inscription : 13/09/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La maison du bonheur

Message  sandy le Ven 7 Déc - 16:38

pas de suite aujourd'hui ??? Mr.Red
avatar
sandy
Elève à Quantico

Nombre de messages : 255
Age : 44
Date d'inscription : 09/09/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La maison du bonheur

Message  clara le Sam 8 Déc - 15:39

Ca y est j'ai ratrappé mon retard Mr.Red

Alors Martin qui penche vers le coté obscur de la force et toutes ces hallucinations, moi je dis ptdr ptdr ptdr ptdr , j'suis méchante avec M%artin je l'aodre, mais c'est vrai que les cheveux rasés il doit pas être top Laughing Laughing Laughing Laughing Laughing Laughing Laughing Laughing Laughing Laughing

Mais peu importe il s'en est sortit c'est le principal cheers cheers cheers cheers cheers cheers cheers cheers cheers cheers cheers

+1 avec Nat' et Milaya forcément...ça manque de Danny...même si ce n'est plus vraiment lui qui fait battre mon coeur quand on a été taylorienne, c'est pour la vie je coris ptdr ptdr ptdr ptdr ptdr

Bon je suis d'accord aussi avec Sandy, je ne suis pas contre un rapprochement Sam/Martin, ben vi si il est pas bien , elle peut arriver à lui remonter le moral Mr.Red

En tout cas moi j'aime toujours autant, et encore une fois désolée de ne pas mettre de com' à chaque fois, mais...le temps manque, et les journées n'ont QUE 24 heures I love you

Encore Mr.Red
avatar
clara
Président des USA

Féminin Nombre de messages : 8775
Age : 38
Localisation : sous la douche!
Date d'inscription : 21/08/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La maison du bonheur

Message  sandy le Lun 10 Déc - 23:55

Mais c'est as vraiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii rgrrr rgrrr elle est ou ma suite ......... surprised2 surprised2 surprised2 Déjà que ce midi je n'ai pu la lire en sirotant mon café mais là je suis Crying or Very sad Crying or Very sad Crying or Very sad

En tout cas j'espère que Mr bi a laissé nos tourtereaux tranquilles Mr.Red Mr.Red Mr.Red Mr.Red

respect respect respect respect respect respect respect
avatar
sandy
Elève à Quantico

Nombre de messages : 255
Age : 44
Date d'inscription : 09/09/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La maison du bonheur

Message  Hio-Tin-Vho le Mar 11 Déc - 18:51

sandy a écrit:Mais c'est as vraiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii rgrrr rgrrr elle est ou ma suite ......... surprised2 surprised2 surprised2 Déjà que ce midi je n'ai pu la lire en sirotant mon café mais là je suis Crying or Very sad Crying or Very sad Crying or Very sad

En tout cas j'espère que Mr bi a laissé nos tourtereaux tranquilles Mr.Red Mr.Red Mr.Red Mr.Red

respect respect respect respect respect respect respect

Désolé jeune fille mais j'avais prévenu pas d'accès à Internet jusque là.

Je travaille le lancement et j'envoies tout cela.
avatar
Hio-Tin-Vho
Directeur Adjoint

Masculin Nombre de messages : 3564
Age : 33
Localisation : Sous le saule pleureur
Date d'inscription : 12/04/2006

Voir le profil de l'utilisateur http://echo.levillage.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: La maison du bonheur

Message  Hio-Tin-Vho le Mar 11 Déc - 19:21

Voici donc la suite. Plus calme vous vous en doutez mais pas pour autant moins passionnante.

Bien à vous.

Dimanche 23 Juin au soir, Dans un avion entre Roanoke et New-York John Fitzgerald Kenndey International Airport

Ils volaient depuis une heure. L'avion était vide. Seuls eux quatre et les membres d'équipage étaient à bord. La nuit allait s'installer. Le soleil commençait à se coucher. Le silene en tout cas s'était répandu dans tout l'appareil. Tous sans exception profitait enfin du repos qui leur avait tant manqué. Martin s'étai endormi. On aurait presque dit un bébé. Mais très vite reviendrait ses réflexes d'avant c'était sûr. De son côté Vichentsky lisait un livre en ayant basculé un peu son siège. Il avait chaussé des lunettes. Ses yeux devaient être très fatigués car il le faisait très rarement.

Le voyage entre la Virginie et New-York ne serait pas long. Deux ou trois heures tout au plus. Dans très peu de temps ils se poseraient à New-York et alors...

Vichentsky était plongé dans son ouvrage lorsqu'il entendit des pas s'approcher de lui. Il vit alors Danny s'asseoir sur le siège à sa gauche. Il lui souria et il en fit de même.

- « Vous lisez quoi ? »

Le colosse lui présenta la livre.

- « Bone de Georges Chesbro. Encore ? Mais vous n'arrêtez pas.
- J'ai pas vraiment eu le temps de le continuer ces jours-ci et puis il est vraiment très bien. Je vous le prêterais si vous voulez.
- Non merci ça ira. »

Danny se mura alors dans son silence regargant alternativement le sol et l'agent du crime organisé. Au bout d'un moment ce dernier lui dit alors.

- « Vous n'êtes certainement pas venu pour que je vous fasse la lecture.
- Non... mais attendez, j'ai pas vraiment l'habitude de ce genre de truc. Je voulais juste.. vous dire merci quoi.
- Merci pour quoi ?
- Merci d'avoir tout fait pour sortir un ami de cette situation. Merci de vous êtes battu jusqu'au bout.
- Danny vous auriez été dans la même situation vous en auriez fait autant. Peut-être même vous l'auriez fait pour moi.
- Il ne faut pas charrier non plus.
- Toujours est-il que c'est moi qui est l'idée de cette infiltration et c'est moi qui est eu l'idée d'y envoyer Martin Fitzgerald. Je lui devais bien d'y sortir.
- Oui vous avez sûrement raison. »

Il se tut à nouveau. Viking le regarda alors. Puis il posa son livre et lui dit.

- « Vous êtes un excellent agent Danny et sûrement un type formidable. Mais j'ai l'impression que sans cesse votre passé vous rattrappe. Vous avez refusez de montrer vos faiblesses et résultat elles vous saignent à blanc chaque jour que Dieu fait. Pardonnez moi si j'ai été brutal à vote égard, j'ai pas vraiment été correct ce jour là. Pour une fois dans ma vie je me suis montré indélicat et surtout incorrect. Mais je connais ce milieu et ces risques et je sais aussi qu'un homme comme vous, honnête, droit, mais aussi sensible et à fleur de peau n'y aurait pas tenu longtemps. Je le sais parce que j'étais ce genre d'homme. J'ai été celui qui n'accepte pas les choses t'elles qu'elles sont, qui veut changer le monde et qui refuse que les pauvres gens sont manipulés ou martyrisés et puis il y a eu la mort de mon frère. Je ne dis pas que vous devez devenir moi non. Je dis simplement Danny que de vos faiblesses vous devez en faire des forces et non l'inverse. »

Pour une fois qu'il se livrait, qu'il parlait de lui, lui si discret, si distant même parfois, il avait fallu que ce soit à Danny qu'il le fit. Celui-ci ne sut quoi dire à la fin de tout cela. Alors comme à chaque fois Danny pris cela à la rigolade. Il se leva et lui dit.

- « Bon c'est pas demain la veille que l'on sortira en boîte ensemble, j'aurais trop peur que vous détruisiez la piste mais en tout cas j'ai été heureux de travaille à vos côtés.
- Moi de même Danny. Au fait Danny ?
- Oui ?
- Prenez soin de Martin. Je sais que vous serez capable mais il reste fragile.
- J'y manquerais pas. »

Et les deux hommes se serrèrent la main. Danny avait été bien plus troublé par cette convsersation qu'il ne voulut l'admettre. Mais comme d'habitude il se mura dans le silence et se contenta de masquer sa gène par quelques plaisanteries.


L'avion approchait. Dans un quart d'heure tout au plus ils atteriraient à New-York. Seul Danny avait profité des boissons gratuites. Martin s'était réveillé et visiblement il se sentait mieux.

Viking regardait le ciel et se demanda si finalement malgré tout cela il y avait bien quelque ou quelqu'un là-haut. Comme pouvait-il le savoir. Il s'étonnait lui même mais il se demandait pourquoi autant de personnes se battaient, se cherchaient à cause de quelques qu'ils ne pouvaient pas sentir, pas toucher. Tout cela n'était qu'immatériel, rien ne semblait réel. Et même si Dieu existait, même s'il était à l'origine de tout, qu'est-ce que cela aurait bien pu changer. Savoir cela aurait-il fait que la Terre se serait arrêtée de tourner ? Les hommes et femmes vivraient leur vie ici-bas quoi qu'il arrive. Ils seraient mauvais, bons, courageux, couards, grands, forts, faibles, comme depuis la nuit des temps. Mais les humains avaient besoin de cette idéal, ils avaient besoin de sentir que ce qu'il faisaient avait une importance, même si juste après leur mort on oublierait jusqu'à leur nom. Car vivre pour vivre ne suffisait plus. Même en plein milieu des grandes années de la contestation c'était au nom d'un idéal que l'on se batait. Et c'était encore et toujours cet idéal que l'on cherchait. Qu'il soit ici ou au-dessus de notre tête.

Puis Alex s'interrogea. Et lui que pensait-il de nous. S'il existait pourquoi de temps en temps nous aidait-il pas ? Un petit coup de main, pour éviter un raz-de-marée, une tornade, un tremblement de terre. Peut-être que la Mae avait raison sur un point finalement. Il ne faisait rien parce que les hommes avaient perdus la foi. Il n'aidait que les gens qui croyaient en lui. Ou alors il ne cessait de nous aider, il évitait des catastrophes plus terribles encore mais nous étions trop occupés à vivre nos vies que l'on ne voyait pas.

Un penseur à dit un jour. Dieu existe, ce sont les humains qui l'ont créé à leur image. En fait Dieu, qu'importe le nom qu'on lui donne c'est ce que l'on en fait. Comme l'idéal. Depuis longtemps la solution était là mais personne n'osait se l'avouer. C'était à nous et à nous seuls de trouver notre chemin, de tracer notre route et si ce chemin doit nous conduire à Dieu alors tant mieux ou tant pis. Toujours est-il qu'il ne faut jamais arrêté ne pas baisser les bras. Car c'est dans l'avenir et uniquement par lui que s'exprimer les idéeaux. La politique, le syndicalisme et les religions ont été mis à bas, mais c'est parce que pour les hommes d'aujourd'hui ces institutions ne représentaient plus leurs idéaux, un point c'est tout.

Quand à savoir pourquoi les sectes existent ? Les profiteurs de tout poil ont toujours exister et existeront toujours et il ne sert à rien d'organiser une chasse aux sorcières et de jeter le discrédit sur toutes les religions qu'elles soit d'Orient ou d'Occident. Non la véritable solution elle aussi se trouve au fond de nous. Les sectes sont dangereuses parce qu'elles cachent aux gens qui y entrent leur véritable but, leur véritable objectif. Les ordres monastiques ont toujours demander une dévotion sans faille de leurs membres. Mais au moins ils ne cachaient pas leur véritable objectif. Ils étaient clairs dès le départ sur ce qu'il fallait être. Alors pour entrer dans un secte il y a un peu de tout ça. Des gens profitent de votre faiblesses mais nous aussi on se laisse avoir, parce que l'on a crût à cet idéal, on a crût y trouver un espoir, une meilleur vie.

- « A quoi vous pensez ? »

Perdu dans ses divaguations Viking ne vit pas et n'entendit pas Sam arriver et se mettre à la même place que Danny. Il ne sût combien de temps il était resté là à réfléchir sur le monde et à le recontruire sans cesse toujours est-il que cet ange avait eu le temps de venir à côté de lui.

- « Je pensais que l'on est peut de chose en fin de compte.
- Vous devenez mystique vous aussi ?
- On l'est tous un peu finalement. Le tout est de ne pas perdre contact avec la réalité et de tout manière tout ce que l'on retiendra de nous se sera passer ici et pas ailleurs.
- J'ai vu Danny venir vous voir. Ça c'est bien passé finalement avec lui.
- Plutôt bien oui. Je crois qu'il m'aime bien.
- N'allez pas trop vite ce n'est pas encore gagné. Mais je crois que l'on vous doit tous une fière chandelle. Martin aussi.
- Arrêtez vous aller me faire rougir. Et vous ?
- Comment ça moi ?
- Je sais pas il y a quelques jours vous m'en vouliez à mort. Alors c'est fini.
- J'ai une explication. Comme quoi parfois il suffit de parler.
- Ce n'est pas toujours la solution mais ça aide.
-Oui sans nul doute.
- < Allo ici votre commandant de bord qui vous parle. Nous allons bientôt atterir à JFK. Veuillez rejoindre votre siège et attacher vos ceintures. >
- Je crois que c'est principalement pour vous.
- Oui je vais y aller. »

Elle se leva et commença à se diriger vers l'avant, puis d'un coup elle se retourna se rapprocha de lui et lui dit tout près.

- « Au fait on avait pas un diner de prévu ?
- Si ou en tout cas l'idée était là. Si vous acceptez d'être vu avec un ours comme moi je veux bien vous invitez.
- J'en ai connu d'autres et puis ce n'est qu'un diner.
- En effet. »

Elle retourna alors s'asseoir et ferma sa ceinture. Viking en fit de même. Elle était un peu juste mais il y parvint. Une dernière fois il regarda le ciel et il se dit que finalement tout les idéaux n'était que la recherche d'une seule et même chose. Aristote avait raison. L'homme est un être social. Et il ne peut vivre et se sentir bien que quand il se sent aimer de ses semblables. C'est donc malgré tout l'amour qui guide nos pas.

Il avait lui aussi apporté son baladeur. Alors quand l'avion commença à descendre il posa les écouteurs sur ses oreilles et pressa la touche play. Il entendit alors la voix de Cesaria Evora dans ses oreilles et les quelques notes de guitare. Il était bien alors il profita de l'instant car il savait que cela ne durerait pas.


http://www.megaupload.com/fr/?d=PTAJUVDJ

Petit pays je t'aime beaucoup
Petit pays je t'aime beaucoup

Petit pays j'voulais te dire deux mots,
J'te Parle en ami vu qu'on se connaît depuis l'berceau,
J't'Aue bien mais laisse moi juste te dire
Que parfois tu délires, et souvent tu fais pires.
T'as 60millions d'gosses à assumer,
Des petits anges, de petits diables,
Ca fait un paquet de monde pour dîner,
J'comprends que parfois à table tu pètes un câble.
Petit pays tout le monde te dit que tu déconnes
Quand tu les laisses dormir dehors alors que c'est tes mômes.
La Rumeur court sous les ponts et sur les trottoirs,
Il paraît qu'ils portent ton nom et qu'tu ne veux pas les voir.
Ton histoire est bien plus que celle d'une vie,
Tu ne comptes plus les erreurs que t'aimerais oublier,
Alors trop souvent tu simulesl'amnésie
Et comme mes frères et soeurs je continue de t'aimer.

Petit pays je t'aime beaucoup
Petit pays je t'aime beaucoup

Petit pays tu m'as vu pousser
Depuis 28ans, toi t'as pas vraiment changé.
A peu de choses près tu tiens les mêmes propos,
Les mêmes défauts cachés sous le même drapeau,
Tiens regarde, j'ai retrouvé de vieux clichés,
On y voit le port de Nantes en couleurs sépia,
J'te reconnais pas, qui sont ces hommes enchaînés?
Au dos de l'image cette liste c'est quoi?
Petit pays pourquoi dans ton journal intime,
Avoir déchiré des pages et effacé des lignés?
Pourquoi la main sur le coeur, cette étrange chanson "Qu'un sang
impur abreuve nos sillons" ?
Avec ta langue maternelle et celle de tes ancêtres,
Tes enfants n'en font qu'à leurs lettres.
Ils te parlent et tu restes blême
Quand ils disent " J'te kiffe" pour te dire "Je t'Aime"

Petit pays je t'aime beaucoup
Petit pays je t'aime beaucoup

Petit pays tu as du caractère,
Tu sais dire "Non" et on ne peut pas te faire faire à l'envers,
T'as des valeurs, une culture métissé, et qui sait...
Demain tu mangeras peut-être épicé.
On se lasse au bout d'un moment,
Difficile de partager l'ordinaire,
Alors du coup, toi, tous les 5ans
Tu dégottes un nouveau partenaire.
Parfois à cette occasion tu bois comme un ivrogne
Et tu te réveilles au lit avec un borgne,
Tu l'mets dehors mais comme t'es accro, tu bois trop
Et finis sous les draps d'un ecroc.
Petit pays ne le prend pas mal
Car tu sais qu'au fond je t'apprécie,
Mais il fallait que tout mon sac je te déballe,
S'il te plaît, dis-moi que tu m'aimes aussi.

Petit pays je t'aime beaucoup ...
Petit pays je t'aime beaucoup ...

Paroles et Musique de 20Syl de Hocus Pocus. Reproduit avec son aimable autorisation. N'hésitez pas à écouter ses chansons.

L'album Place 54 vient de sortir


Dernière édition par le Mer 12 Déc - 16:23, édité 1 fois
avatar
Hio-Tin-Vho
Directeur Adjoint

Masculin Nombre de messages : 3564
Age : 33
Localisation : Sous le saule pleureur
Date d'inscription : 12/04/2006

Voir le profil de l'utilisateur http://echo.levillage.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: La maison du bonheur

Message  sandy le Mer 12 Déc - 15:56

bravobom bravobom bravobom bravobom bravobom bravobom bravobom bravobom
avatar
sandy
Elève à Quantico

Nombre de messages : 255
Age : 44
Date d'inscription : 09/09/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La maison du bonheur

Message  nathaloche le Mer 12 Déc - 16:13

rooo cette suite était super smpa et puis il y avait mon dan et vicking ensemble j'aime bien moi !!! Mr.Red Mr.Red Mr.Red Mr.Red Mr.Red Mr.Red

par contre un truc dan qui boit du champagne ???? l'a pas le droit lui !!! ptdr ptdr ptdr ptdr

bon sinon toute cette tirade sur dieu bravobom bravobom bravobom

moi j'adore mais je me demande coment tou cela va continuer car je suppose que tu ne vas pas en rester là !!! affraid affraid
avatar
nathaloche
Directeur Adjoint

Féminin Nombre de messages : 3996
Age : 44
Localisation : dans les bras d'enrique
Date d'inscription : 15/03/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://enriquemurcianoandnath.com/cariboost1/index.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: La maison du bonheur

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 12 sur 15 Précédent  1 ... 7 ... 11, 12, 13, 14, 15  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum