La maison du bonheur

Page 3 sur 15 Précédent  1, 2, 3, 4 ... 9 ... 15  Suivant

Aller en bas

La maison du bonheur - Page 3 Empty Re: La maison du bonheur

Message  nathaloche le Ven 12 Oct - 16:06

mai surtout n'hésites pas à me mettre plein de danny parce que marty je l'aime bien mais danny je l'adooore, je l'adule !!! Mr.Red Mr.Red Mr.Red Mr.Red Mr.Red Mr.Red Mr.Red
nathaloche
nathaloche
Directeur Adjoint

Féminin Nombre de messages : 3996
Age : 45
Localisation : dans les bras d'enrique
Date d'inscription : 15/03/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://enriquemurcianoandnath.com/cariboost1/index.html

Revenir en haut Aller en bas

La maison du bonheur - Page 3 Empty Re: La maison du bonheur

Message  Hio-Tin-Vho le Ven 12 Oct - 16:17

Bah si quelqu'un d'autre en demande j'ai peut-être une deuxième suite pour toi. Peut-être...
Hio-Tin-Vho
Hio-Tin-Vho
Directeur Adjoint

Masculin Nombre de messages : 3564
Age : 33
Localisation : Sous le saule pleureur
Date d'inscription : 12/04/2006

Voir le profil de l'utilisateur http://echo.levillage.org

Revenir en haut Aller en bas

La maison du bonheur - Page 3 Empty Re: La maison du bonheur

Message  nathaloche le Ven 12 Oct - 16:30

oui veux bien une deuxième suite

là j'ai pris une grosse voix comme cela tu pourrais penser que c'est une deuxièe demande !!! non ? ca marche pas ?
nathaloche
nathaloche
Directeur Adjoint

Féminin Nombre de messages : 3996
Age : 45
Localisation : dans les bras d'enrique
Date d'inscription : 15/03/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://enriquemurcianoandnath.com/cariboost1/index.html

Revenir en haut Aller en bas

La maison du bonheur - Page 3 Empty Re: La maison du bonheur

Message  Hio-Tin-Vho le Ven 12 Oct - 16:38

Non, non bien tenté. Je sais pas moi. Clara ou Théana peuvent essayer. Je suis là jusqu'à 17 heures. Jusque là je peut laisser une suite... Mr. Green
Hio-Tin-Vho
Hio-Tin-Vho
Directeur Adjoint

Masculin Nombre de messages : 3564
Age : 33
Localisation : Sous le saule pleureur
Date d'inscription : 12/04/2006

Voir le profil de l'utilisateur http://echo.levillage.org

Revenir en haut Aller en bas

La maison du bonheur - Page 3 Empty Re: La maison du bonheur

Message  nathaloche le Ven 12 Oct - 16:54

oh ben non elles sont au boulot alors elle ne pourront aps te répondre !!! Sad Sad Sad Sad
nathaloche
nathaloche
Directeur Adjoint

Féminin Nombre de messages : 3996
Age : 45
Localisation : dans les bras d'enrique
Date d'inscription : 15/03/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://enriquemurcianoandnath.com/cariboost1/index.html

Revenir en haut Aller en bas

La maison du bonheur - Page 3 Empty Re: La maison du bonheur

Message  Hio-Tin-Vho le Ven 12 Oct - 17:01

Bon, bon laisse moi réfléchir un peu et je te dirais si je peut l'envoyer.
Hio-Tin-Vho
Hio-Tin-Vho
Directeur Adjoint

Masculin Nombre de messages : 3564
Age : 33
Localisation : Sous le saule pleureur
Date d'inscription : 12/04/2006

Voir le profil de l'utilisateur http://echo.levillage.org

Revenir en haut Aller en bas

La maison du bonheur - Page 3 Empty Re: La maison du bonheur

Message  nathaloche le Ven 12 Oct - 17:12

ben vite alors parce que mon petit arrive de l'école dans 10 minutes avec son papa et j'aurais plus le temps avant ce soir 21 heures !!! Sad Sad Sad Sad Sad
nathaloche
nathaloche
Directeur Adjoint

Féminin Nombre de messages : 3996
Age : 45
Localisation : dans les bras d'enrique
Date d'inscription : 15/03/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://enriquemurcianoandnath.com/cariboost1/index.html

Revenir en haut Aller en bas

La maison du bonheur - Page 3 Empty Re: La maison du bonheur

Message  Hio-Tin-Vho le Ven 12 Oct - 17:49

Bon d'accord c'est parti alors.


Samedi 9 Juin Federal Plaza, Service des personnes disparues

Une journée. L’informatique avait mis une journée pour lui trouve les numéros qu’il cherchait tant. Roald avait beau être un garçon, doué, courageux et conscencieux il n’avait rien plus faire contre la volonté farouche de l’opérateur de ne pas dévoiler ses secrets. Pourtant le propriétaire était d’accord, ils étaient des enquêteurs fédéraux mais il n’avait rien voulu savoir. Danny avait donc du attendre l’arrivée par Fax, à l’antique Fax du mandat de perquisition pour qu’enfin ils réagissent et au quart de tour. Danny s’était dit que le mieux était d’en avoir pour son argent. Alors quand l’opérateur demanda de quand il voulait le relevé de numéro il demanda le maximum 3 ans. À éplucher ce serait une éternité mais il suffisait qu’il se concentre sur les bonnes choses.

Ainsi dès qu’il eut la date de l’anniversaire de Miranda il vérifia le numéro auquel correspondait l’appel dans lequel on annonçait à Brian l’assassinat de sa femme. Il regarda ensuite où cela pouvait bien se situer. Heureux d’avoir terminé enfin cette tâche administrative il téléphone immédiatement à Jack.

- « Mon petit Jackounet.
- < Appelles moi encore une fois comme cela Danny et je te mutes à Anchorage en Alaska. >
- Je suis sûr que les filles inuits sont super sexys. Bon avant que tu m’insultes à nouveau j’ai l’information que tu me demandais.
- < Le lieu d’appel sur le portable de Cox ? >
- Oui et déjà une chose est sûre il ne s’est pas appellé tout seul. Devine d’où on l’a appeler ?
- < Je suis mauvais aux devinettes Danny tu sais. >
- Allez c’est juste parce que tu ne veux pas chercher.
- < Et bien je dirais Roanoke en Virginie. >
- Et le gagnant de notre super concours est l’agent Jack Malone. On applaudit bien fort Jack. »

Danny coinça le combiné entre son épaule et son oreille et tapa dans ses mains au plus près du téléphone.

- « < Je vous remercies très cher public et je remercies aussi beaucoup la production de m’avoir pris seulement au téléphone pour éviter que j’étrangle le présentateur. Danny quand tu auras fini tes pitreries tu iras aider Elena ? >
- Comment cela je continues les tâches administratives, je ne vais pas sur le terrain à nouveau ?
- < Et pour faire quoi ? Viviane est avec moi. Martin est parti avec Vichentsky. >
- Manque pas d’air celui-là.
- < Quand à Sam elle est partie quémander à la banque les comptes complets du couple Cox. Si tu veux tu terrain je peut t’en proposer. La circulation à un feu rouge cela te va ?>
- Comment... heup...heup... Je ne t’entends plus Jack... Je ne captes plus... Je passes sous un tunnel... Salut Jack...
- < Danny tu es nul. > »

Il raccrocha donc au nez de Jack. Il était devant l’Open Space et voyait à travers la vitre Elena trimé sur ses tas de paperasses. Depuis qu’elle était revenue un peut avant midi elle n’avait pas arrêté. Il se dit que s’il fallait en passer par là cela devait ressembler à quelque chose. Il partit donc à la machine à café, en servit deux biens remplis. Pris un plateau que quasiment personne n’utilisait. Posa les cafés dessus et mit à côté une boîte de gâteau ainsi que quelques autres lichouseries achetées dans la machine automatique à côté. Les cafés étaient encore chauds et Danny passa la porte vitrée de l’Open Space avec. Elena ne quittait toujours pas ses papiers et ne l’entendit pas arriver.

- « Café et petit gâteaux pour madame.
- Oh tu m’a fais peur.
- Je fais plein de choses aux femmes mais ça jamais.
- Danny.
- Je me suis dit que tu aurais faim avec tout cela.
- Euh j’ai pas vraiment le temps de m’arrêter. Tu verrais cette organisation c’est un vrai bordel, il n’y a pas d’autres mots. Il y a des ramifications dans tout les sens et des tas d’organismes qui se disputent la part du gâteau et pas un ne se décide à le croquer en premier.
- C’est si complexe ?
- Tu verrais. J’ai déjà vérifié nos dossiers il y a pour l’instant près de dix disparitions inexpliquées que j’ai recensé qui conduit à eux. Alors tu vois je n’ai pas vraiment le temps pour caféter.
- Bon ok je sais bien que cela m’en coûter mais si tu me promets de t’arrêter pour faire une pause café je veux bien t’aider.
- Tu ferais cela pour moi Danny ? Oh tu serais un ange.
- Eh qu’est-ce que tu veux. Il y a un garçon gentil au fond de moi. On commence par quoi ?
- Ceci d’abord. »

C’était Sam qui venait d’arriver. Elle déposa dans le dernier coin de la table qui restait libre un épais dossier avec écrit en gros banque dessus.

- « Je suppose que c’est le dossier bancaire des Cox ?
- Joli déduction Danny Taylor, tu sais que tu aurais pu être flic ?
- La bave du crapaud n’atteind pas la blanche colombe.
- Ah du café merci c’est gentil.
- Eh le deuxième c’est pour... c’était pour moi. »

Danny qui s’était retiré près de son bureau pour consulter le dossier que Samantah venait d’apporter venait de ses faire chiper son café. Il s’en voulut de s’être fait avoir ainsi.

- « Et tu as découvert quoi dedans voleuse ?
- Que madame Gooligh la mère de Miranda souhaitait que sa fille soit à l’abri du besoin. Elle avait contracté une assurance vie, 10 ans avant son décès. L’argent ainsi cumuler au fil des années abreuvait un compte au nom unique de sa fille.
- Elle n’aimait pas autant que cela son gendre finalement fit remarquer Danny.
- Bêtat à cette époque ils n’étaient pas mariés elle avait à peine plus de vingt ans. »

Samantha qui regardait les dossiers étalés sur la table ne put voir un Danny énervé qui lui tirait la langue. Elena elle qui grignotait les uns après les autres les petits gâteaux failli s’étouffer quand elle vit l’agent Taylor faire une telle grimace.

- « Et cela donne quoi en terme de chiffre cette assurance-vie ?
- Dernier chiffre en bas à droite de la troisième feuille. Je préfères que tu lises tu ne me croirais pas.
- Troisième feuille. La voici. Punaise. 150000 dollars. Tu m’étonnes que Miranda Cox était une cible intéressante.
- Et vu la façon dont les Cox ne vivaient pas dans le grand luxe la somme avait dû à la fois être conservée et faire des petits.
- J’adore cette expression faire des petits. J’aimerais bien en faire moi aussi avec l’une d’entre vous les filles. »

Danny s’était approché de Samantha qui s’était assise sur la table de l’Open Space. Il avait quasiment ses genoux coincés entre les deux genoux de Samantha, prêts à s’emboîter.

- « Tu avances d’un pas ou tu oses me toucher Danny Taylor et je te renvoies tes deux petites sacoches au rayon des souvenirs nostalgiques.
- Euh qu’est-ce que je disais déjà. Oui les dossiers. Bon ben Sam tu nous aides à fouiller avant le retour de Jack et Viviane.
- Je préfères cela. Je vais chercher un autre café. »

Samantha se dirigea donc vers la machine à café laissant Elena et Danny seuls.

- « Elle l’aurait vraiment fait ?
- Quoi donc ?
- Et bien le coup de pied là ou tu penses.
- Non bien sûr.
- Ah tu me rassures.
- Non auparavant elle m’aurait envoyer un coup de boule et ensuite elle m’aurait tiré une balle dans le pied, mais elle attaque jamais seulement les parties intimes. Elle aime aussi humilier. »
Hio-Tin-Vho
Hio-Tin-Vho
Directeur Adjoint

Masculin Nombre de messages : 3564
Age : 33
Localisation : Sous le saule pleureur
Date d'inscription : 12/04/2006

Voir le profil de l'utilisateur http://echo.levillage.org

Revenir en haut Aller en bas

La maison du bonheur - Page 3 Empty Re: La maison du bonheur

Message  Théana le Ven 12 Oct - 19:16

Non, non bien tenté. Je sais pas moi. Clara ou Théana peuvent essayer. Je suis là jusqu'à 17 heures. Jusque là je peut laisser une suite...

sauf que moi je peux pas venir sur le fofo avant le soir Mr. Green mais implicitement considère que je veux toujours une suite !!!!!! Mr.Red
Théana
Théana
Président des USA

Féminin Nombre de messages : 9841
Localisation : sous la couette, de préférence ...
Date d'inscription : 08/10/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

La maison du bonheur - Page 3 Empty Re: La maison du bonheur

Message  clara le Ven 12 Oct - 20:40

Moi non plus je ne suis pas là avant les oir et des fois quelques minutes pendant midi Laughing

Mais je suis toujours là pour toi Hio, tu le sais bien Mr.Red

Alors en tout cas merci, merci, merci pour ces suites respect respect respect respect respect J'adhère toujours à ta fic, et je veux en savoir plus encore

Je suis curieuse je sais Mr.Red

Quand au passage un peu 'cru" comme le dit Nat' c'est vrai, j'ai du mal à voir Marty comme ça ptdr ptdr ptdr , Danny à la limite oui scratch ....par contre toi...sans problème Mr.Red

Encore Mr.Red
clara
clara
Président des USA

Féminin Nombre de messages : 8775
Age : 38
Localisation : sous la douche!
Date d'inscription : 21/08/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

La maison du bonheur - Page 3 Empty Re: La maison du bonheur

Message  Hio-Tin-Vho le Sam 13 Oct - 19:06

Deux suites lundi avec pas mal de surprises et surtout je vous le promets la confrontation JACK / La Mae. Premier round.
Hio-Tin-Vho
Hio-Tin-Vho
Directeur Adjoint

Masculin Nombre de messages : 3564
Age : 33
Localisation : Sous le saule pleureur
Date d'inscription : 12/04/2006

Voir le profil de l'utilisateur http://echo.levillage.org

Revenir en haut Aller en bas

La maison du bonheur - Page 3 Empty Re: La maison du bonheur

Message  Théana le Sam 13 Oct - 19:07

avec du chuppa Mr.Red
Théana
Théana
Président des USA

Féminin Nombre de messages : 9841
Localisation : sous la couette, de préférence ...
Date d'inscription : 08/10/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

La maison du bonheur - Page 3 Empty Re: La maison du bonheur

Message  clara le Sam 13 Oct - 19:08

Et du rechuppa Mr.Red
clara
clara
Président des USA

Féminin Nombre de messages : 8775
Age : 38
Localisation : sous la douche!
Date d'inscription : 21/08/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

La maison du bonheur - Page 3 Empty Re: La maison du bonheur

Message  Hio-Tin-Vho le Sam 13 Oct - 19:10

Non pas tout de suite. Je continues dans l'angoisse en ce moment. Même un peu plus.
Hio-Tin-Vho
Hio-Tin-Vho
Directeur Adjoint

Masculin Nombre de messages : 3564
Age : 33
Localisation : Sous le saule pleureur
Date d'inscription : 12/04/2006

Voir le profil de l'utilisateur http://echo.levillage.org

Revenir en haut Aller en bas

La maison du bonheur - Page 3 Empty Re: La maison du bonheur

Message  Hio-Tin-Vho le Lun 15 Oct - 10:17

Chose promise chose dûe. Voici une suite et une longue en plus.


Samedi 9 Juin, La Maison du Bonheur, Queens

L’agent Jack Malone regardait le paysage se dérouler devant ses yeux. Lui et Viviane avaient été bloqués un bon moment dans un embouteillage et Jack avait senti l’énervement de cette dernière. Le deuxième dans la journée cela faisait un peu trop. Pourtant Jack n’avait rien. Il n’osait plus vraiment lui répondre, lui répliquer quoi ce soit. Il se sentait un brin mélancolique en ce jour. Comme si tout devenait lassant, oppressant. Il se demandait même s’il ne lâchait pas un peu prise.

Même la musique du transistor ne lui fit aucun effet. Pourtant Viviane avait choisi un truc entraînant. Celle que l’on appelait la déesse. Aaliyah chantait Try Again. Tristement disparue dans accident d’avion elle avait eu un destin de star. Sa carrière à peine commencée la jeune femme s’en allait déjà vers d’autres mondes. Jack ignorait même si elle avait eu le temps de faire deux disques. Et voilà qu’il ne pensait qu’à cela, qu’à la mort. Pourtant cette chanson était belle et bien chantée mais il n’y arrivait pas, pas à avoir de pensées positives.

En fait il se rendait peu à peu compte que tout ce qu’il faisait en ce moment n’était qu’une mascarade, une apparence. Il se gardait un contenance parce qu’il était le chef, le patron et qu'il le devait à ses hommes mais en lui il sentait bien que quelque chose s’était brisée. La santé physique allait à merveille mais le reste ne suivait pas.

Le Queens même le dérangeait.

Auparavant il aurait trouvé ce quartier résidentiel un brin atypique dans New-York vivifiant. Là alternait des maisons hors de prix et des petits pavillons à bas coût. Là une véritable population vivait normalement, loin des contraintes de la trop angoissée Manhattan. Mais aujourd’hui, désormais c’était ce cachet qui le dérangeait. Ce côté provincial. En fait il se disait que peut importe à quoi ressemblait le Queens il l’aurait détesté.

Viviane conduisait la voiture de Jack. Lui avait eu le temps de prendre Danny au téléphone et de le vanner un peu sur ses réflexions idiotes. Il faisait cela très souvent mais comme un désagréable renvoi gastrique les choses n’avaient plus le même goût. Comme si quelqu’un avait oublié la boîte un bon moment et que la date de péremption était largement dépassée.

La partie du Queens dans laquelle ils évoluaient était plutôt populaire. Ici vivait les familles de petits fonctionnaires, d’employés à la retraite qui avaient suer sang et eau pour payer à crédit leur demeure pour leurs vieux jours et qui termineraient de la payer juste avant que l’on ferme le couvercle de leur cercueil. Ici les gamins n’avaient pas de piscines et encore moins de terrain de basket à eux. Il allaient à l’école à pied ou en car. Ils traversaient la rue pour rejoindre les copains, distribuaient les journaux pour se faire un peu d’argent de poche, taillaient la pelouse du voisin en échange de quelques dollars. Certaine mère étaient des femmes au foyer, d’autres travaillaient, souvent parce que un seul salaire ne suffisait pas à nourrir la famille.

Dans ce milieu ordinaire la grande maison qui abritait l’antenne locale de l’association qui se faisait appeler la Maison du Bonheur donnait l’impression d’un éléphant dans un magasin de porcelaine. Elle imposait. En effet elle représentait la surface de plusieurs terrains.

La demeure était tout en bois, un bois verni plutôt élégant. Sur plusieurs étages les locaux devaient être agréables. Sur les statuts de l’association son objectif était de lutter contre beaucoup de choses, le mal-être des gens, l’individualisme, l'oppression que l’on pouvait ressentir, la misère humaine. Il disaient même avoir des traitements contre la toxicomanie, les maladies, les Troubles Obsessionnels compulsifs et des tas de choses dont Jack ignorait même jusqu’à l’existence. Pour cela ils avaient des méthodes bien à eux. Méditation, Yoga, alimentation saine. Pour un esprit faible tout cela n’avait rien de dangereux et paraissait même intéressant.

Vichentsky aurait expliquer à Jack que c’était normal. Il ne faut pas faire peur au départ. Il faut rassurer.

Avant de rentrer dans le jardin Jack jeta un coup d’oeil sur la rue. Il avait l’impression qu’on le regardait mais il ne vit personne. Il prit cela pour une légère crise de paranoïa. Mauvais signe en tout cas.

Dès l’entrée un homme s’approcha d’eux. Il était en train de cultiver le petit potager de la demeure avec deux femmes. Elles étaient très jeunes. Vingt ans tout au plus. L’une était très pale presque malade et l’autre avait les traits tirés. Elle devait avoir perdu beaucoup de poids car elle respirait profondément et paraissait avoir été ce que certains esprits mal placés appelle une ancienne grosse. Mais sa nouvelle situation ne semblait pas la remplir de joie.

L’homme qui accueillait ou plutôt qui arrêtait la progression de Viviane et Jack portait une petite barbichette. Il avait les cheveux coupés courts, le visage rond qui se creusait par endroit. Dans son regard noir derrière de petites lunettes rondes Viviane pouvait lire une inquisition. Il ne les observait pas il les dévisageait. Il cherchait instinctivement à comprendre en quelques secondes qui ils étaient.

Ils n’avaient pas dépasser le portail alors l’homme se mit contre et posa sa main sur le fermoir. Il tenait dans l’autre un râteau sur lequel il s’appuyait. La salopette était certes sale par les travaux du jardin mais lui était impeccable. Autour de sa barbichette pas un poil ne dépassait, tout semblait encadré, même son physique.

- « Bonjour. Je peut faire quelque chose pour vous. »

Il avait dit cela avec un léger sourire d’une voix douce et calme. Il devait avoir l’habitude d’accueillir des étrangers. Car cela sonnait faux, prévu par avance. Viviane répondit alors.

- « Nous souhaiterions voir Magdalena Chester.
- Et vous êtes ? »

Répondre à une question par une question. Ou comment avoir des renseignements de la part de gens qui ne souhaitaient pas les donner.

- « FBI agents Johnson et Malone.
- Vous venez voir la présidente pour quelle raison ? »

En plus d’user de la question l’homme avait appelé cette femme la présidente. Sans doute le mot politiquement correct pour dénommer à l’extérieur cette femme.

- « Nous enquêtons sur l’un de vos membres et nous souhaiterions l’interroger à ce sujet.
- Et en quoi lui parler vous apprendra quelque chose ? »

Jack en avait plus que marre de ce jeu de dupe. Il fallait que cela cesse immédiatement.

- « Écoutez nous ne voulons que parler à votre présidente. Elle peut ne pas répondre à nos questions peut importe. Est-ce que c’est interdit de lui parler ?
- Non c’est juste que...
- Juste que quoi ?
- On ne dérange pas ainsi la présidente c’est tout.
- Le membre dont on où vous parles a disparu. Alors la prochaine fois que l’on viendra ce sera certainement avec un mandat et l’on fouillera l’ensemble de vos installations. Vous ne voudriez certainement pas cela, n’est-ce pas ?
- Non bien sûr.
- Alors très bien. Pour l’instant on ne vient que discuter. Ne l’empêchez pas. »

Jack sentit l’homme légèrement vacillé sur ses certitudes. Puis très vite il se repris. Il ouvrit le portail et dit.

- « Je vais voir si elle peut vous recevoir. »

Au passage il donna son râteau à la jeune femme pale qui dévisagea Jack. Les deux agents suivaient leur guide. Ils entrèrent dans la maison. C’était un petit hall pour une si grande maison. Elle devait être très ancienne car la construction respirait les âges.

- « Attendez moi ici. »

Il avait dit cela sans même les regarder ni même leur dire s’il vous plaît. Pour lui c’était normal qu’ils leur obéissent. Il grimpa l’escalier. Il montait une à une les marches et laissait glisser sa main sur la balustrade.

L’agent Malone avait entendit le bruit d’enfants en pleine activité. Il semblait que cela venait d’une pièce sur la gauche, il ignorait laquelle. Viviane aussi avait entendu ce bruit. Puis soudain alors qu’ils attendaient une porte de gauche s’ouvrit. Une petite gamine de sept ans en sortit. Elle était très jolie, brune avec des petites couettes. Elle courut vers le jardin. Elle avait les dents du bonheur. Dehors elle se dirigea vers la fille au teint pâle. Derrière elle la porte resta entrouverte.

Jack entendit la conversation qui s’en suivit.

- « Maman !
- Judith, tu ne devrais pas être là !
- Mais maman je voulais être avec toi.
- Mais tu sais que tu ne peut pas. Retournes avec les autres enfants.
- Je ne les aimes pas.
- Ce n’est pas une raison. On fait parfois ces choses que l’on aime pas. »

Une femme sortit en trombe de la pièce. Elle courut en direction de l’extérieur à son tour et alla vers la gamine.

- « Judith tu ne dois pas sortir ainsi.
- Mais je veux être avec ma maman !
- Ce n’est pas ta place.
- Allez Judith va rejoindre tes camarades. On se verra plus tard.
- C’est vrai ?
- On verra. Allez viens étudier tu ne veux pas être une petite fille ignorante. »

La femme qui était venue cherche la gamine la traînat presque, elle ne laissa même pas la gamine dire en revoir à sa mère. Elle ne regarda pas non plus une seconde les deux agents qui étaient rester dans le hall. Par contre la petite sembla jeter un regard éploré à Jack. Ce fut l’espace d’une fraction de seconde mais Jack crût que cela durait une éternité. De ses yeux verts elle suppliait presque le grand homme qu’elle ne connaissait pas de réagir. Mais Jack ne fit rien. Et la petite fût entraîner dans la pièce de gauche ou les cris de jeux des enfants reprirent dès que la pore fut fermée.

Viviane et Jack avait suivi la scène un peu dans le rôle du voyeur et tout cela ne leur plaisait guère. L’homme à la barbichette dont ils ignoraient encore le nom revint à cet instant. Il descendit les marches et s’approcha d’eux.

- « La présidente a réussi à déloquer quelques minutes à vous accorder. »

Il se retourna tout de suite et remonta les marches. Jack et Viviane en déduit qu’ils devaient le suivre ce qu’ils firent. En haut il tourna à gauche et monta les autres marches pour atteindre le deuxième étage. Jack sentait son dos le tirer. Il avait mal malgré tout ce que lui disait son médecin. Mais il se devait de rester fort. S’asseoir n’aurait pas été une bonne chose, surtout ici.

Quand ils eurent fini de monter le deuxième escalier l’homme se dirigea vers le bout d’un couloir et s’arrêta devant la porte. Il se retourna et leur dit.

- « Entrez. La présidente vous attend. »

Viviane qui était devant ouvrit la porte.

Le bureau était comme celui que l’on imagine pour un grand patron de l’ancienne époque, plein de boiseries et de lambris parfaitement vernis. Au centre un grand bureau en chêne tronait. Seuls un paravant laqué de chine, et les décorations aux murs rappellaient un côté orientalisant. Par contre le lieu était tout particulier. En effet la pièce était la plus haute de la maison. Dans l’ancien clocher en dôme la femme se prenait donc pour un ministre du culte. Jack s’était en effet dit que cela devait être un ancien presbytère ou la maison d’un pasteur.

Elle était vêtue de blanc. Une longue robe lui tombant jusqu’aux chevilles. Et là Jack se rendit compte que tout les gens qu’ils avaient croiser ne portait aucune couleur sombre. Tout juste un peu d’orange, de blanc cassé ou de jaune.

Cette robe il ne la voyait que de dos. Car elle s’était tournée vers les vitres qui donnaient sur l’extérieur. Elle leur tournait le dos. Ses cheveux tombaient plus bas que ces épaules. Ils étaient raides et d’un noir profond. Une musique se fit entendre dès leur entrée dans le bureau. Verdi. La mise en scène était parfaite. D’un geste avec une télécommande elle éteignit la musique puis se retourna tout en douceur vers les étrangers.

Elle était pareille que sur la photo. Des yeux du même bleus que l’Océan, profond et angoissant et surtout cette sentation de contrôle sur tout.

- « Bonjour je suis Magadalena Chester. Asseyez vous. »

Sa voix était douce et mélodieuse, rassurante presque, comme la voix d’une mère.

Jack hésita à s’asseoir, c’était sans doute un moyen de les rabaisser. Alors il s’approcha juste du fauteuil et s’appuya contre. Viviane resta elle aussi debout et dit alors.

- « Nous n’allons pas être long alors autant rester debouts.
- Comment vous voudrez. Vous souhaitiez me parler.
- Oui de l’un de vos membres.
- De qui donc ?
- Miranda Cox, intervint Jack.
- Miranda. Elle a en effet suivit mes cours de Yoga pendant un bon moment c’est exact. Et elle travaille désormais dans notre centre de Roanoke.
- Travaille ?
- Oui c’est une de nos employés. Nous sommes une association à but non lucratif, nous aidons les gens en difficulté. Miranda voulait se sentir utile alors elle nous à aider là-bas. Et pourquoi vous vous intéressez à Miranda ?
- Elle est portée disparue. Son mari la recherche.
- Et bien vous pourrez lui dire d’arrêter elle est chez nous.
- Nous souhaiterions la voir pour lui parler.
- Je crains que cela ne soit pas possible.
- Et pourquoi donc ?
- Son travail lui prend beaucoup de temps et elle n’est plus très disponible. Tout comme moi d’ailleurs.
- Sans sa propre confirmation nous continuerons l’enquête.
- Je vais voir à faire le nécessaire mais à défaut continuez nous n’avons rien à cacher.
- Nous pourrions interroger d’autres membres de votre association demanda Jack ?
- Pourquoi faire ?
- Pour savoir comment elle va. Si on ne peut pas la voir elle.
- Elle va très bien je vous l’est dit. Vous pouvez me croire.
- Mais nous vous croyons. Nous voulons juste confirmer cela avec les dires d’autres personnes.
- Ce ne sera pas possible alors. À moins qu’en réalité vous enquêtiez sur notre association et dans ce cas cette conversation s’achève là.
- Non bien sûr tenta de rattrapper Viviane. Mais si nous ne pouvons voir Miranda elle même nous voudrions rassurer son mari avec les paroles de quelqu’un qui la côtoie tout les jours
- Mais je la côtoie tout les jours. La relation la plus importante que j’ai en ce moment est avec ce lieu et avec les gens qui l’habitent. Bien si vous n’avez pas d’autres questions je vais devoir vous laisser. Le devoir m’appelle et sans doute vous aussi. »

Elles les chasser totalement. Finalement Vichentsky avait raison ils n’obtiendraient rien de cette femme. Ce lieu était encore plus silencieux qu’un couvent et encore plus énigmatique qu’une société secrète. Alors les deux agents allèrent pour s’en aller lorsque la femme rajouta.

- « Vous êtes inquiet.
- Pardon dit Viviane en se retournant ?
- Je dit vous êtes inquiet.
- Pour Miranda oui si l’on veut.
- Non je parlais à votre ami. Il est inquiet pour elles.
- Que voulez vous dire ?
- C’est normal un père à de quoi être inquiet.
- Attendez vous parlez de quoi là ?
- En tout cas ne niez pas ce que vous apprenne vos songes.
- Ah ça y est j’y suis c’est un de vos numéros.
- Jack ?
- Attends Viviane. Je crois avoir saisi. Vous cherchez à me déstabiliser en me faisant une révélation.
- Pourquoi donc ferais-je ceci ? Ce n’est qu’un conseil.
- Alors comment avec vous déduit tout cela dit-il en la regardant fixement. »

Il resta ainsi quelques secondes puis dit soudain.

- « Vous avez regardez mes mains lorsque je parlais et à ce moment là vous avez aperçut la marque de mon alliance. Vous en avez déduit que j’ai été marié. Vu mon âge et mon attitude vous supposiez sûrement que j’avais des enfants. Restait à être général pour me mettre le doute. C’est bien cela ?
- Peut-être. Mais ce n’est sûrement pas ainsi que j’en aurais déduit leur sexe. Car ce sont bien des filles n’est-ce pas. »
Hio-Tin-Vho
Hio-Tin-Vho
Directeur Adjoint

Masculin Nombre de messages : 3564
Age : 33
Localisation : Sous le saule pleureur
Date d'inscription : 12/04/2006

Voir le profil de l'utilisateur http://echo.levillage.org

Revenir en haut Aller en bas

La maison du bonheur - Page 3 Empty Re: La maison du bonheur

Message  Hio-Tin-Vho le Lun 15 Oct - 10:18

Jack sentait la moutarde lui monter au nez. Mais Viviane lui attrappa le bras et le fit sortir. Ils furent vite dehors. Personne ne les salua et surement pas l’homme à la barbichette qui était retourné à son ouvrage. Ils montèrent bien vite dans la voiture et Viviane démarra.

- « Vichentsky avait raison. Ce n’est sûrement pas ainsi que l’on aura d’autres informations sur notre disparue.
- Elle ne te faisait pas la même sensation que moi ? Des sueurs froides le long de la colonne vertébrale.
- Si et je crois bien que si tu ne m’avais pas retenu je lui aurais dit plus clairement ce que je pensais. Merci au fait.
- De rien. Mais tu sais tu m’a surprise. Je ne te savais pas si impulsif.
- Oh je n’allais pas lui mettre mon poing dans la figure tout de même. Mais j’ai le sentiment que cette enquête va être plus difficile qu’elle n’y paraît. Bon écoutes il se fait tard et je crois que nous allons devoir sauter le dimanche. J’appelles les autres et je leur dit qu’ils peuvent rentrer chez eux.
- D’accord.
- Quand à toi je te déposes chez toi.
- Tu pourras conduire ?
- Ben oui pourquoi tu me prends pour un vieil ours ou quoi ? Ma carne tient encore la route.
- Je sais excuses moi.
- J’ai hâte en tout cas de rentrer et d’embrasser Kate et Hannah.
- Comment cela tes filles sont chez toi ?
- Oui Maria me les avaient laisser pour le week-end mais je crains qu’il soit gâcher. Je sais qu’Anne à sût se débrouiller mais j’espère que Maria saura me pardonner.
- Attend Jack tu ne m’en avais pas parler ?
- Ben pourquoi je l’aurais fait ?
- C’est-à-dire que tu l’a entendue ?
- Comment cela tu ne vas pas croire les dires d’une telle folle tout de même ?
- Non tu as raison. Excuses moi. »
Hio-Tin-Vho
Hio-Tin-Vho
Directeur Adjoint

Masculin Nombre de messages : 3564
Age : 33
Localisation : Sous le saule pleureur
Date d'inscription : 12/04/2006

Voir le profil de l'utilisateur http://echo.levillage.org

Revenir en haut Aller en bas

La maison du bonheur - Page 3 Empty Re: La maison du bonheur

Message  clara le Lun 15 Oct - 12:11

respect respect respect respect respect respect respect respect respect respect respect respect respect respect respect respect

Un régal cette suite, j'étais à fond dedans du début à la fin en plus c'est vrai elle était bien longue bravobom bravobom bravobom bravobom bravobom

Bon parcontre ça nous en dit pas plus sur la disparition de Miranda, elle est soit disant dans cette maison, mais où? et pourquoi Jack et Viviane ne peuvent pas la voir? scratch scratch scratch scratch scratch scratch scratch

Et cette "présidente" Magdalena Chester....Je sais pas pourquoi mais d'après sa description et sa façon de lire en Jack.... Mr.Red

Non pour tout dire ça m'a fait penser à un épisode des Experts Las Vegas, quand Grissom rencontre pour la première Miss Heather....j'ai adoré cette scène quand elle lit en lui 2love2 2love2 2love2 2love2 2love2 2love2 2love2

Enfin bref je ferme la parenthèse...J'adore tout simplement et Jack me fait de la peine comme ça Sad Sad Sad Sad Sad Sad Sad

Encore, encore bravobom bravobom bravobom bravobom bravobom bravobom bravobom
clara
clara
Président des USA

Féminin Nombre de messages : 8775
Age : 38
Localisation : sous la douche!
Date d'inscription : 21/08/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

La maison du bonheur - Page 3 Empty Re: La maison du bonheur

Message  Hio-Tin-Vho le Lun 15 Oct - 12:41

Ah pitet, pitet. Allez ce soir promis. Avant 18 heures sûr.
Hio-Tin-Vho
Hio-Tin-Vho
Directeur Adjoint

Masculin Nombre de messages : 3564
Age : 33
Localisation : Sous le saule pleureur
Date d'inscription : 12/04/2006

Voir le profil de l'utilisateur http://echo.levillage.org

Revenir en haut Aller en bas

La maison du bonheur - Page 3 Empty Re: La maison du bonheur

Message  Hio-Tin-Vho le Lun 15 Oct - 18:18

Samedi 9 Juin, Appartement de Jack Malone, Chelsea

Par bribes successives les jets d’eau envoyaient des petites gouttelettes sur la pelouse fraîchement taillée de Central Park. Au bord du lac, les petites donnaient à manger aux canards. Les bêtes dévoraient des morceaux de pain qu’elle jetaient le plus loin possible qu’elles pouvaient.

Dans le ciel à un soleil était monté très haut. La chaleur commençait à point le bout de son nez. Enfin l’été s’installait dans un New-York atypique.

Jack Malone avait finalement décidé de prendre son dimanche pour des filles. Ses hommes se débrouilleraient bien sans lui. Il leur devait bien cela, il le devait aussi à Maria. Il appréciait ces moments avec elle. Peut importe qu’il reste là assis sur un banc à les voir jouer. L’intérêt n’était pas là. Sa participation suffisait.

Il ne voyait pas ses enfants grandir si loin de lui. Chicago n’était qu’à quelques heures d’avions pourtant elles semblaient si loin de lui.

Heureusement encore qu’à la suite de son accident Maria est finalement accepté de lui confier les filles quelques week-ends par an.

Rien qu’être en leur compagnie le faisait aller mieux. Il se sentait enfin fort, enfin vivant. Son dos ne lui faisait plus mal et ses états d’âmes passaient. Finalement être père à du bon. Cela vous fait passer outre vos petites anxiétés.

Ainsi heureux à voir ses filles jouer avec les canards Jack s’assoupit. Un rien, un petit somme de quelques minutes tout au plus. Mais cela lui donna un certain regain d’énergie. Cela avait dû lui faire du bien, il avait aussi oublier par ce moyen son enquête.

Et puis soudain en se réveillant il vit que ses filles avaient disparues. Elles n’étaient plus auprès des canards. Alors il se leva brusquement et se dirigea vers le lac, les appelant. Elles étaient parties sans le prévenir. Elles avaient suivit les canards que sais-je encore. Mais peu à peu l’angoisse commença à monter. Elles ne répondaient pas. Alors l’appel de Jack se fit cri. Il hurla leur nom, il commença à transpirer, son coeur à battre à la chamade. Il fouilla un à un les endroits à proximité du banc où ils étaient. Il interpella des tas de gens mais aucun n’avait vu ses deux petites filles.

Au final Jack n’en pouvait plus. Il revint à son banc et aperçut alors le foulard de Maria accroché à une branche. Son ex-femme l’avait donné à Kate pour qu’elle n’attrape par froid, l'été n’ayant pas encore pointer le bout de son nez.

Il attrapa le foulard et passa derrière l’arbre. Des traces de pas serpentaient dans la boue. Quatre petits pieds et deux grands. Alors Jack sentit sa colère monté. Un homme il en était sûr s’était emparé de ses deux filles, la chose qu’il avait de plus cher au monde. Il sortit instinctivement son arme et avança dans les sous-bois.

La piste le mena jusqu’à une petite clairière. Là les corps de ses deux perles gisaient inanimés. Jack se rua sur elle pour crier et pleurer. Elles étaient éventrées, leur sang le tâcha. Il hurla sa colère. Et puis d’un coup un homme sortit d’un buisson il se présenta face à lui. Jack leva son arme et menaça l’homme. Il ne voyait pas son visage il était dans l’ombre mais il lui dit :

- « Qui êtes vous et que faites vous là ?
- Je m’appelles Jack Malone et je viens de tuer mes filles. »


Jack se réveilla en sursaut, en sueur une nouvelle fois. Il sentait encore son coeur battre la chamade. Cette horreur, cette ignominie était encore une fois un cauchemar, un mauvais rêve. Ne voulant pas réveiller Anne et voulant s’assurer de quelque chose il sortit du lit immédiatement. Il ferma la porte derrière lui en douceur et alla en direction d’une autre chambre. Celle d’ami était occupé par ses deux filles. Il entrouvrit la porte et les aperçurent dormant paisiblement. Elles avaient l’air heureuses et rassuré. Jack souria.

Mais il ne se sentait plus fatigué. Ce moment douloureux l’avait énervé. Il alla donc à la cuisine chercher un thé. Par la fenêtre encore ouverte de la cuisine il put voir la lune haute et quelques étoiles autour. Ce noir était très beau mais aussi très dur. Cela lui fit froid dans le dos.

Il chauffa au micro-ondes une tasse rempli d’eau et trempa ensuite un sachet de thé. Il le laissa bien infuser. Avant de revenir jusqu’à sa chambre où il finirait sa boisson il repassa près de la chambre de ses filles et les regarda à nouveau.

Buvant son thé en les regardant il se demanda ce qu’il ferait si une pareille chose lui arrivait réellement, si un homme, ou une femme kidnappait ses enfants. Il comprenait alors la détresse des parents qu’il pouvait rencontrer, il comprenait leur abattement.

Il entendit alors des petits pas dans son dos. Il se tourna délicatement et vit Anne à moitié endormit qui traînai ses pieds sur le sol. Elle s’approcha de lui et des petits bras lui enserra le sien libre.

- « Qu’est-ce que tu fais là ?
- Je voulais voir comment elles allaient.
- Et bien tu vois elles dorment.
- Je voulais juste m’en assurer.
- Jack ?
- Oui ?
- Ne me ment pas. Je te pratique depuis un moment. Tu as encore fait un cauchemar n’est-ce pas.
- Oui je le crains.
- Mon dieu ne me dit pas que c’étaient elles...
- Qui étaient dedans si.
- Oh quelle horreur allez viens. »

Elle l’amena jusqu’à leur chambre. Jack n’alla pas se coucher et resta au centre en buvant son thé. Anne ne lui dit rien et le laissa faire, il fallait que cela vienne de lui.

- « Anne.
- Oui ?
- Tu as raison.
- Comment cela ?
- Cela ne peut plus durer, je ne peut supporter de voir les gens qui me sont chers se faire massacrer devant mes yeux, ne seraient-ce qu’en rêve. Je crois qu’il faut que j’aille voir quelqu’un.
- Tu as pris la bonne décision Jack.
- Je l’espère. Je ne souhaites qu’une chose que cela s’arrête.
- Demain tu pourras voir le meilleur spécialiste que je connaisses. Il a aidé beaucoup de familles auxquelles j’ai eu affaire.
- Demain ? C’est un peu tôt non ?
- Le plus tôt sera le mieux et puis je la connais elle fera passer cela en urgence.
- Si tu le dis. »

Jack finit de boire son thé et se sentit d’un coup épuisé. Il vint s’allonger dans le lit auprès d’Anne. Elle s’était déjà assoupie. Il se blottit contre elle et passa son bras autour de sa poitrine. Sentir sa chaleur lui faisait un bien fou. Il se sentait rassurer. Il avait peur et avoir peur l’effrayait encore plus.
Hio-Tin-Vho
Hio-Tin-Vho
Directeur Adjoint

Masculin Nombre de messages : 3564
Age : 33
Localisation : Sous le saule pleureur
Date d'inscription : 12/04/2006

Voir le profil de l'utilisateur http://echo.levillage.org

Revenir en haut Aller en bas

La maison du bonheur - Page 3 Empty Re: La maison du bonheur

Message  clara le Lun 15 Oct - 18:24

Wouha, pendant un moment là j'étais pas fière affraid affraid affraid affraid affraid affraid affraid

Surtout là en fait:

Et puis soudain en se réveillant il vit que ses filles avaient disparues. Elles n’étaient plus auprès des canards. Alors il se leva brusquement et se dirigea vers le lac, les appelant. Elles étaient parties sans le prévenir. Elles avaient suivit les canards que sais-je encore. Mais peu à peu l’angoisse commença à monter. Elles ne répondaient pas. Alors l’appel de Jack se fit cri. Il hurla leur nom, il commença à transpirer, son coeur à battre à la chamade. Il fouilla un à un les endroits à proximité du banc où ils étaient. Il interpella des tas de gens mais aucun n’avait vu ses deux petites filles.

affraid affraid affraid affraid affraid affraid J'ai eu peur, les pauvres petites elles sont si....petites Laughing

Mais je vois que Anne est là pour veiller sur lui Mr.Red ....Je ne l'aimais pas trop elle Shit ....Mais bon si c'est ce qu'il faut pour Jack Mr.Red

Il va aller consulter? mais qui? où? à "La maison du bonheur"?

Vivement la suite Mr.Red
clara
clara
Président des USA

Féminin Nombre de messages : 8775
Age : 38
Localisation : sous la douche!
Date d'inscription : 21/08/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

La maison du bonheur - Page 3 Empty Re: La maison du bonheur

Message  Théana le Lun 15 Oct - 21:13

je pourrais jamais faire mieux que les comm de Clara Mr.Red


donc la suite tout simplement lol!
Théana
Théana
Président des USA

Féminin Nombre de messages : 9841
Localisation : sous la couette, de préférence ...
Date d'inscription : 08/10/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

La maison du bonheur - Page 3 Empty Re: La maison du bonheur

Message  nathaloche le Mar 16 Oct - 13:16

t'aimes ça hien nous faire flipper ???? affraid affraid affraid affraid affraid affraid affraid affraid

oui il serait temps qu'il aille consulter le père kacko !!!! ptdr ptdr ptdr ptdr

super veux une suite !!!! cheers cheers
nathaloche
nathaloche
Directeur Adjoint

Féminin Nombre de messages : 3996
Age : 45
Localisation : dans les bras d'enrique
Date d'inscription : 15/03/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://enriquemurcianoandnath.com/cariboost1/index.html

Revenir en haut Aller en bas

La maison du bonheur - Page 3 Empty Re: La maison du bonheur

Message  Hio-Tin-Vho le Mar 16 Oct - 14:17

Elle est là elle est toute chaude.

Petites tensions dans l'air.


Dimanche 10 Juin Federal Plaza, Service des personnes disparues

Il était encore sept heures du matin. Alors malgré le caractère particulier de leur profession les bureaux s'avéraient encore vides. Rares étaient les courageux venus travailler de si bon matin.

Jack mâchouillait un chewing-gum dans l’ascenseur qui le menait à son étage. C’était l’une des seules qui le déstressait. Avec les nuits agitées qu’il passait, ses traits s’étaient peu à peu tirés et la fatigue s’installait en lui. Les portes de l’ascenseur s’ouvrirent et il descendit.

Jack avait choisi cette heure en se disant qu’il serait le premier mais en entrant dans l’Open Space il vit Vichentsky assis tant bien que mal sur une chaise et consultant des tas de dossiers.

- « Déjà là ?
- Je dors très peu.
- Ah vous aussi ?
- Café ? J’en ai ramené. »

Jack vit alors six cafés chauds installés en bout de table. Vichentsky avait déjà un gobelet. Visiblement il était là depuis un moment.

- « Il ne fallait pas.
- Bien sûr que si. Si j’ose espérer une intégration il faut que je sois prévenant envers vous. Quittes à être faux-cul je préfères cela que d’être rejeter.
- Là en tout cas vous êtes franc.
- Avec vous ce n’est pas pareil. »

Un silence s’installa.

- Vous semblez bien connaître les phénomènes de groupe dit Jack tout en buvant tout doucement son café chaud.
- La nature humaine est fascinante. L’être humain est capable d’être à la fois génial et stupide.
- Et sur notre affaire vous pensez quoi ?
- Je suis fasciné par la Mae.
- Magdalena Chester ?
- Oui elle est incroyable. Dangereuse, machiavélique et terrible mais toute aussi charismatique sensuelle et déroutante. Je comprends ceux qui se sont fait avoir.
- Ah ! Vous êtes déjà là. »

Viviane venait alors d’arriver à son tour. Jack attendit que tout l’équipe ne les rejoigne et commença une réunion.

- « Moi ce que j’ai du mal à comprendre c’est comment on peut se laisser avoir aussi facilement dit alors Sam.
- Justement ! Le principe est qu’ils ne se font pas avoir répondit Vichentsky.
- Comment cela ?
- Toute la subtilité de la technique est de toujours vous laisser l’illusion d’avoir le choix. Il faut que les personnes pensent que le choix vient d’eux. Ces personnes sont consentantes, elles aiment cette situation, elles ne voudraient pour rien au monde en changer.
- Attendez ces groupes recrutent quand même sur des énormes conneries ! Le vol cosmique et la transcendance par exemple fit remarquer Danny
- Pour vous ce sont des conneries. Mais pour eux il s’agit de leur quotidien. Ne croyez pas que Maggy ou ses recruteurs leur parle de tout cela immédiatement. Non la technique est celle du déplacement de la frontière du réel. La Maison du Bonheur va peu à peu repousser les limites de vos croyance, elle cherchera continuellement à repousser les limites de ses adeptes. Le pire est qu’à force ce qu’ils disent n’est plus en adéquation avec les mots de la société. L’opposition souvent conflictuelle avec l’extérieur va nourri la volonté de l’adepte et donc sa croyance. Et puis soyez honnête : l’Esprit Saint, la Trinité et l’Ostie sacrée n’est pas pour autant plus réelle.
- Attendez vous accusez le christianisme d’être une secte s’énerva Viviane ?
- Je n’ai jamais rien dit de tel. Je vous fais simplement remarquer que toute croyance religieuse est fondée sur des faits invérifiables en pratique.
- Calmons-nous. Moi ce qui me dérange c’est le fait que Maggy Chester n’est pas encore récupéré la somme qu’avait Miranda sur son compte. Les 150000 $ de l’assurance-vie de sa mère.
- J’ai peut-être une réponse. La plupart des mouvements sectaires utilisent une technique particulière. Cela s’appelle la captation d’héritage. On pousse une personne fragile, âgée ou malade à tester en faveur de l’association. L’organisation sera donc légalement propriétaire à la mort du membre. J’ai faux monsieur le spécialiste dit alors Danny en tendant son doigt vers Viking ?
- Oh que non je n’ai rien à rajouter. Vous apprenez vite.
- Mais c’est immonde comme méthode s’indigna Elena.
- Mais très efficace rétorqua Danny.
- Dit comment tu sais cela toi s’interrogea Jack ? Tu n’aurais pas tricher par hasard ?
- Eh ! Ho ! »

Danny sortit de son sac un livre qu’il posa sur la table. On pouvait y lire dessus le titre « Comprendre les sectes. »

- « J’ai juste potasser. Je me suis endormi en lisant cela.
- Mais vous ne deviez pas aller au match hier soir vous deux demanda Sam ?
- Samedi prochain répondit lascivement Martin.
- Bien je penses que nous avons fait un tour d’horizon des questions. Reste la principale. Comment pouvons nous agir contre cette organisation et surtout rencontrer notre disparue. Vichentsky c’est vous le spécialiste votre avis demanda Jack ? »

À ces mots le colosse se leva et se dirigea vers le tableau où s’étalait la vie de la douce Miranda. Il semblait pensif et les membres de l’équipe de Jack durent attendre plusieurs secondes avant qu’il ne leur réponde.

- « Je crains que les méthodes d’enquêtes conventionnelles soient inefficaces ici. Soit nous rencontrons d’anciens adeptes qui auront une telle réaction d’amour / haine que nous aurons du mal à nous aurons du mal à nous assurer de la pertinence de leurs propos. À l’inverse les membres actuels seront méfiants à notre égard. Ils voient en nous au mieux un danger au pire le mal incarné. Les faire parler sera impossible. Il ne reste qu’une solution, les infiltrer. »

Il avait dit tout cela en leur tournant le dos et en scrutant le tableau comme s’il allait pouvoir y lire la grande explication. Danny sauta sur l’occasion pour répondre sur-le-champ.

- « Je me portes volontaire.
- Sûrement pas. »

Vichentsky s’était cette fois-ci retourné. Il avait dit cela avec une telle vigueur, que l’ensemble de l’équipe en fut surpris. Jack lui-même ne savait pas trop quoi penser. L’homme ne lui en laissa pas le temps.

- « Je m’y opposerais. Vous êtes exactement la personne qu’il ne faut pas dans ce genre d’opérations. Nous avons tous des failles et ce type de groupes va chercher à les exploiter. Souhaitez vous que j’expose ici les vôtres à vos collègues ? »

Il parlait avec un grand calme mais aussi une profonde froideur. Danny ne l’aimait pas trop, mais là, même s’il ne le connaissait qu’à peine il ne le reconnaissait plus du tout. Il sentait aussi que derrière ses mots si durs il cherchait à le protéger. Mais s’il y avait quelque chose que Danny détestait c’était bien qu’un étranger cherche à le protéger.

Jack ne voulait pas que l’un de ses agents ne prennent en grippe leur invité et relança donc la discussion.

- « Mais alors qui ?
- Viviane et vous êtes parents tout comme Elena, vous ne serez donc pas assez disponibles. Et je suppose que de toute façon vous ne voudriez pas mêler vos enfants à cette histoire. Et tant mieux d’ailleurs. De toute façon vous comme moi vous êtes tout les deux grillés dit-il en désignant Jack et Viviane. Maggy vous connaît.
- Sam alors demanda Martin ?
- Ne m’en voulez pas belle enfant mais je crains que vous n’ayez pas les bons arguments. La Mae aime les hommes, vraiment beaucoup, beaux gosses de préférence. Il ne reste donc plus qu’une personne. »

Tout les regards se tournèrent vers Martin qui se demanda pourquoi on l’observait ainsi puis il comprit bien vite ce qui se passait.

- « Ah non ! Non ! Non ! Je ne suis pas le meilleur pour les infiltrations.
- Vous êtes le seul agent Fitzgerald.
- Je ne sais pas moi vous n’avez pas un super agent dans votre équipe antisecte ?
- Il n’y a pas d’équipe antisecte. Mais ne vous inquiétez pas je ne vous apprendrais le nécessaire à suivre. Le tout est de se souvenir d’une chose principale, qui vous êtes en réalité.
- Jack tu es sûr demanda-t-il en implorant son chef ? »

Ce dernier mit quelques secondes à lui répondre puis dit finalement.

- « Nous n’avons pas vraiment le chois et je puis je suis certain que tu sera à la hauteur.
- T’inquiètes Marty on remettra notre soirée à une prochaine fois.
- Heu désolé Dan mais là c’est pas vraiment ce qui m’inquiètes.
- Vichentsky je peut vous voir dans mon bureau ?
- Bien sûr. »

Les deux hommes se dirigèrent vers le bureau de Jack. Seul Danny les regarda partirent les autres étaient trop occupés par la situation de Martin. Dès qu’ils furent entrer Jack dit alors.

- « Asseyez vous.
- Je veux bien mais je crains de risquer de l'abîmer répondit l’agent en désignant le siège plutôt fragile face à sa masse.
- Très bien restez debout. Écoutez je ne vous en veut pas pour l’opération car j’en étais arrivé à la même conclusion que vous mais je vous demanderais d’éviter de diriger ainsi mes hommes. Je vus rappelle que c’est moi qui commande cette enquête et donc que c’est moi qui prendrais la tête de cette opération. Est-ce bien clair ?
- Très clair. Excusez je ne voulais pas mettre en doute votre autorité.
- Ce n’est pas grave nous avons régler le problème. Évitez juste de recommencer. Retournons voire les autres. »

Durant la réunion Jack avait sentit son autorité vaciller. Certes cet homme en savait plus que lui mais cela ne lui permettait pas pour autant de le commander lui et ses hommes.

Dès qu’ils furent revenus dans l’Open Space Jack se dirigea vers Viviane et l’entraîna en aparté.

- « Je peut te laisser la préparation de cette infiltration.
- Bien sûr pourquoi il y a un problème ?
- Rien de grave j’ai juste un rendez-vous avec mon médecin.
- Zut qu’est-ce qui se passe ?
- Rien, rien je te dit c’est un banal examen de routine pour s’assurer que tout va bien. Je serais de retour d’ici deux heures tout au plus. Écoutes les séances de Yoga sont prévues d’après ce qu’à recueilli Martin, le mardi. Prends tout ton temps pour former le gamin.
- D’accord, je m’en charges. »

Jack allait s’en aller lorsque Viviane l’interpella.

- « Eh ! Jack !
- Oui ?
- Tu me dirais si cela n’allait pas ?
- Bien sûr tu serais la première à le savoir après Anne, les filles, Maria, ma voisine, ma concierge, la crémière, le type qui vend les journaux, le présentateur du journal de CBS, Oprah Winfrey et Jack Nicholson.
- Je savais que je n’étais pas ta préférée dit-elle en mimant des pleurs.
- Allez salut à tout à l’heure. »

Et Jack s’engouffra dans l’ascenseur. Viviane elle revint vers l’Open Space. Les autres n’avaient pu entendre leur conversation car peu à peu ils s’étaient dirigés vers le couloir. Elena fut la première à l’interroger.

- « Il s’en va où Jack ?
- Un banal contrôle médical de routine, enfin je crois. »
Hio-Tin-Vho
Hio-Tin-Vho
Directeur Adjoint

Masculin Nombre de messages : 3564
Age : 33
Localisation : Sous le saule pleureur
Date d'inscription : 12/04/2006

Voir le profil de l'utilisateur http://echo.levillage.org

Revenir en haut Aller en bas

La maison du bonheur - Page 3 Empty la suite !

Message  Kira47 le Mar 16 Oct - 14:37

trop bien !
pour quand la suite ???

Kira47
Nouvelle recrue

Nombre de messages : 5
Date d'inscription : 08/07/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

La maison du bonheur - Page 3 Empty Re: La maison du bonheur

Message  Hio-Tin-Vho le Mar 16 Oct - 14:55

Demain ?
Hio-Tin-Vho
Hio-Tin-Vho
Directeur Adjoint

Masculin Nombre de messages : 3564
Age : 33
Localisation : Sous le saule pleureur
Date d'inscription : 12/04/2006

Voir le profil de l'utilisateur http://echo.levillage.org

Revenir en haut Aller en bas

La maison du bonheur - Page 3 Empty Re: La maison du bonheur

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 15 Précédent  1, 2, 3, 4 ... 9 ... 15  Suivant

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum