La maison du bonheur

Page 4 sur 15 Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 9 ... 15  Suivant

Aller en bas

Re: La maison du bonheur

Message  Hio-Tin-Vho le Lun 15 Oct - 10:18

Jack sentait la moutarde lui monter au nez. Mais Viviane lui attrappa le bras et le fit sortir. Ils furent vite dehors. Personne ne les salua et surement pas l’homme à la barbichette qui était retourné à son ouvrage. Ils montèrent bien vite dans la voiture et Viviane démarra.

- « Vichentsky avait raison. Ce n’est sûrement pas ainsi que l’on aura d’autres informations sur notre disparue.
- Elle ne te faisait pas la même sensation que moi ? Des sueurs froides le long de la colonne vertébrale.
- Si et je crois bien que si tu ne m’avais pas retenu je lui aurais dit plus clairement ce que je pensais. Merci au fait.
- De rien. Mais tu sais tu m’a surprise. Je ne te savais pas si impulsif.
- Oh je n’allais pas lui mettre mon poing dans la figure tout de même. Mais j’ai le sentiment que cette enquête va être plus difficile qu’elle n’y paraît. Bon écoutes il se fait tard et je crois que nous allons devoir sauter le dimanche. J’appelles les autres et je leur dit qu’ils peuvent rentrer chez eux.
- D’accord.
- Quand à toi je te déposes chez toi.
- Tu pourras conduire ?
- Ben oui pourquoi tu me prends pour un vieil ours ou quoi ? Ma carne tient encore la route.
- Je sais excuses moi.
- J’ai hâte en tout cas de rentrer et d’embrasser Kate et Hannah.
- Comment cela tes filles sont chez toi ?
- Oui Maria me les avaient laisser pour le week-end mais je crains qu’il soit gâcher. Je sais qu’Anne à sût se débrouiller mais j’espère que Maria saura me pardonner.
- Attend Jack tu ne m’en avais pas parler ?
- Ben pourquoi je l’aurais fait ?
- C’est-à-dire que tu l’a entendue ?
- Comment cela tu ne vas pas croire les dires d’une telle folle tout de même ?
- Non tu as raison. Excuses moi. »
avatar
Hio-Tin-Vho
Directeur Adjoint

Masculin Nombre de messages : 3564
Age : 33
Localisation : Sous le saule pleureur
Date d'inscription : 12/04/2006

Voir le profil de l'utilisateur http://echo.levillage.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: La maison du bonheur

Message  clara le Lun 15 Oct - 12:11

respect respect respect respect respect respect respect respect respect respect respect respect respect respect respect respect

Un régal cette suite, j'étais à fond dedans du début à la fin en plus c'est vrai elle était bien longue bravobom bravobom bravobom bravobom bravobom

Bon parcontre ça nous en dit pas plus sur la disparition de Miranda, elle est soit disant dans cette maison, mais où? et pourquoi Jack et Viviane ne peuvent pas la voir? scratch scratch scratch scratch scratch scratch scratch

Et cette "présidente" Magdalena Chester....Je sais pas pourquoi mais d'après sa description et sa façon de lire en Jack.... Mr.Red

Non pour tout dire ça m'a fait penser à un épisode des Experts Las Vegas, quand Grissom rencontre pour la première Miss Heather....j'ai adoré cette scène quand elle lit en lui 2love2 2love2 2love2 2love2 2love2 2love2 2love2

Enfin bref je ferme la parenthèse...J'adore tout simplement et Jack me fait de la peine comme ça Sad Sad Sad Sad Sad Sad Sad

Encore, encore bravobom bravobom bravobom bravobom bravobom bravobom bravobom
avatar
clara
Président des USA

Féminin Nombre de messages : 8775
Age : 38
Localisation : sous la douche!
Date d'inscription : 21/08/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La maison du bonheur

Message  Hio-Tin-Vho le Lun 15 Oct - 12:41

Ah pitet, pitet. Allez ce soir promis. Avant 18 heures sûr.
avatar
Hio-Tin-Vho
Directeur Adjoint

Masculin Nombre de messages : 3564
Age : 33
Localisation : Sous le saule pleureur
Date d'inscription : 12/04/2006

Voir le profil de l'utilisateur http://echo.levillage.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: La maison du bonheur

Message  Hio-Tin-Vho le Lun 15 Oct - 18:18

Samedi 9 Juin, Appartement de Jack Malone, Chelsea

Par bribes successives les jets d’eau envoyaient des petites gouttelettes sur la pelouse fraîchement taillée de Central Park. Au bord du lac, les petites donnaient à manger aux canards. Les bêtes dévoraient des morceaux de pain qu’elle jetaient le plus loin possible qu’elles pouvaient.

Dans le ciel à un soleil était monté très haut. La chaleur commençait à point le bout de son nez. Enfin l’été s’installait dans un New-York atypique.

Jack Malone avait finalement décidé de prendre son dimanche pour des filles. Ses hommes se débrouilleraient bien sans lui. Il leur devait bien cela, il le devait aussi à Maria. Il appréciait ces moments avec elle. Peut importe qu’il reste là assis sur un banc à les voir jouer. L’intérêt n’était pas là. Sa participation suffisait.

Il ne voyait pas ses enfants grandir si loin de lui. Chicago n’était qu’à quelques heures d’avions pourtant elles semblaient si loin de lui.

Heureusement encore qu’à la suite de son accident Maria est finalement accepté de lui confier les filles quelques week-ends par an.

Rien qu’être en leur compagnie le faisait aller mieux. Il se sentait enfin fort, enfin vivant. Son dos ne lui faisait plus mal et ses états d’âmes passaient. Finalement être père à du bon. Cela vous fait passer outre vos petites anxiétés.

Ainsi heureux à voir ses filles jouer avec les canards Jack s’assoupit. Un rien, un petit somme de quelques minutes tout au plus. Mais cela lui donna un certain regain d’énergie. Cela avait dû lui faire du bien, il avait aussi oublier par ce moyen son enquête.

Et puis soudain en se réveillant il vit que ses filles avaient disparues. Elles n’étaient plus auprès des canards. Alors il se leva brusquement et se dirigea vers le lac, les appelant. Elles étaient parties sans le prévenir. Elles avaient suivit les canards que sais-je encore. Mais peu à peu l’angoisse commença à monter. Elles ne répondaient pas. Alors l’appel de Jack se fit cri. Il hurla leur nom, il commença à transpirer, son coeur à battre à la chamade. Il fouilla un à un les endroits à proximité du banc où ils étaient. Il interpella des tas de gens mais aucun n’avait vu ses deux petites filles.

Au final Jack n’en pouvait plus. Il revint à son banc et aperçut alors le foulard de Maria accroché à une branche. Son ex-femme l’avait donné à Kate pour qu’elle n’attrape par froid, l'été n’ayant pas encore pointer le bout de son nez.

Il attrapa le foulard et passa derrière l’arbre. Des traces de pas serpentaient dans la boue. Quatre petits pieds et deux grands. Alors Jack sentit sa colère monté. Un homme il en était sûr s’était emparé de ses deux filles, la chose qu’il avait de plus cher au monde. Il sortit instinctivement son arme et avança dans les sous-bois.

La piste le mena jusqu’à une petite clairière. Là les corps de ses deux perles gisaient inanimés. Jack se rua sur elle pour crier et pleurer. Elles étaient éventrées, leur sang le tâcha. Il hurla sa colère. Et puis d’un coup un homme sortit d’un buisson il se présenta face à lui. Jack leva son arme et menaça l’homme. Il ne voyait pas son visage il était dans l’ombre mais il lui dit :

- « Qui êtes vous et que faites vous là ?
- Je m’appelles Jack Malone et je viens de tuer mes filles. »


Jack se réveilla en sursaut, en sueur une nouvelle fois. Il sentait encore son coeur battre la chamade. Cette horreur, cette ignominie était encore une fois un cauchemar, un mauvais rêve. Ne voulant pas réveiller Anne et voulant s’assurer de quelque chose il sortit du lit immédiatement. Il ferma la porte derrière lui en douceur et alla en direction d’une autre chambre. Celle d’ami était occupé par ses deux filles. Il entrouvrit la porte et les aperçurent dormant paisiblement. Elles avaient l’air heureuses et rassuré. Jack souria.

Mais il ne se sentait plus fatigué. Ce moment douloureux l’avait énervé. Il alla donc à la cuisine chercher un thé. Par la fenêtre encore ouverte de la cuisine il put voir la lune haute et quelques étoiles autour. Ce noir était très beau mais aussi très dur. Cela lui fit froid dans le dos.

Il chauffa au micro-ondes une tasse rempli d’eau et trempa ensuite un sachet de thé. Il le laissa bien infuser. Avant de revenir jusqu’à sa chambre où il finirait sa boisson il repassa près de la chambre de ses filles et les regarda à nouveau.

Buvant son thé en les regardant il se demanda ce qu’il ferait si une pareille chose lui arrivait réellement, si un homme, ou une femme kidnappait ses enfants. Il comprenait alors la détresse des parents qu’il pouvait rencontrer, il comprenait leur abattement.

Il entendit alors des petits pas dans son dos. Il se tourna délicatement et vit Anne à moitié endormit qui traînai ses pieds sur le sol. Elle s’approcha de lui et des petits bras lui enserra le sien libre.

- « Qu’est-ce que tu fais là ?
- Je voulais voir comment elles allaient.
- Et bien tu vois elles dorment.
- Je voulais juste m’en assurer.
- Jack ?
- Oui ?
- Ne me ment pas. Je te pratique depuis un moment. Tu as encore fait un cauchemar n’est-ce pas.
- Oui je le crains.
- Mon dieu ne me dit pas que c’étaient elles...
- Qui étaient dedans si.
- Oh quelle horreur allez viens. »

Elle l’amena jusqu’à leur chambre. Jack n’alla pas se coucher et resta au centre en buvant son thé. Anne ne lui dit rien et le laissa faire, il fallait que cela vienne de lui.

- « Anne.
- Oui ?
- Tu as raison.
- Comment cela ?
- Cela ne peut plus durer, je ne peut supporter de voir les gens qui me sont chers se faire massacrer devant mes yeux, ne seraient-ce qu’en rêve. Je crois qu’il faut que j’aille voir quelqu’un.
- Tu as pris la bonne décision Jack.
- Je l’espère. Je ne souhaites qu’une chose que cela s’arrête.
- Demain tu pourras voir le meilleur spécialiste que je connaisses. Il a aidé beaucoup de familles auxquelles j’ai eu affaire.
- Demain ? C’est un peu tôt non ?
- Le plus tôt sera le mieux et puis je la connais elle fera passer cela en urgence.
- Si tu le dis. »

Jack finit de boire son thé et se sentit d’un coup épuisé. Il vint s’allonger dans le lit auprès d’Anne. Elle s’était déjà assoupie. Il se blottit contre elle et passa son bras autour de sa poitrine. Sentir sa chaleur lui faisait un bien fou. Il se sentait rassurer. Il avait peur et avoir peur l’effrayait encore plus.
avatar
Hio-Tin-Vho
Directeur Adjoint

Masculin Nombre de messages : 3564
Age : 33
Localisation : Sous le saule pleureur
Date d'inscription : 12/04/2006

Voir le profil de l'utilisateur http://echo.levillage.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: La maison du bonheur

Message  clara le Lun 15 Oct - 18:24

Wouha, pendant un moment là j'étais pas fière affraid affraid affraid affraid affraid affraid affraid

Surtout là en fait:

Et puis soudain en se réveillant il vit que ses filles avaient disparues. Elles n’étaient plus auprès des canards. Alors il se leva brusquement et se dirigea vers le lac, les appelant. Elles étaient parties sans le prévenir. Elles avaient suivit les canards que sais-je encore. Mais peu à peu l’angoisse commença à monter. Elles ne répondaient pas. Alors l’appel de Jack se fit cri. Il hurla leur nom, il commença à transpirer, son coeur à battre à la chamade. Il fouilla un à un les endroits à proximité du banc où ils étaient. Il interpella des tas de gens mais aucun n’avait vu ses deux petites filles.

affraid affraid affraid affraid affraid affraid J'ai eu peur, les pauvres petites elles sont si....petites Laughing

Mais je vois que Anne est là pour veiller sur lui Mr.Red ....Je ne l'aimais pas trop elle Shit ....Mais bon si c'est ce qu'il faut pour Jack Mr.Red

Il va aller consulter? mais qui? où? à "La maison du bonheur"?

Vivement la suite Mr.Red
avatar
clara
Président des USA

Féminin Nombre de messages : 8775
Age : 38
Localisation : sous la douche!
Date d'inscription : 21/08/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La maison du bonheur

Message  Théana le Lun 15 Oct - 21:13

je pourrais jamais faire mieux que les comm de Clara Mr.Red


donc la suite tout simplement lol!
avatar
Théana
Président des USA

Féminin Nombre de messages : 9841
Localisation : sous la couette, de préférence ...
Date d'inscription : 08/10/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La maison du bonheur

Message  nathaloche le Mar 16 Oct - 13:16

t'aimes ça hien nous faire flipper ???? affraid affraid affraid affraid affraid affraid affraid affraid

oui il serait temps qu'il aille consulter le père kacko !!!! ptdr ptdr ptdr ptdr

super veux une suite !!!! cheers cheers
avatar
nathaloche
Directeur Adjoint

Féminin Nombre de messages : 3996
Age : 44
Localisation : dans les bras d'enrique
Date d'inscription : 15/03/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://enriquemurcianoandnath.com/cariboost1/index.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: La maison du bonheur

Message  Hio-Tin-Vho le Mar 16 Oct - 14:17

Elle est là elle est toute chaude.

Petites tensions dans l'air.


Dimanche 10 Juin Federal Plaza, Service des personnes disparues

Il était encore sept heures du matin. Alors malgré le caractère particulier de leur profession les bureaux s'avéraient encore vides. Rares étaient les courageux venus travailler de si bon matin.

Jack mâchouillait un chewing-gum dans l’ascenseur qui le menait à son étage. C’était l’une des seules qui le déstressait. Avec les nuits agitées qu’il passait, ses traits s’étaient peu à peu tirés et la fatigue s’installait en lui. Les portes de l’ascenseur s’ouvrirent et il descendit.

Jack avait choisi cette heure en se disant qu’il serait le premier mais en entrant dans l’Open Space il vit Vichentsky assis tant bien que mal sur une chaise et consultant des tas de dossiers.

- « Déjà là ?
- Je dors très peu.
- Ah vous aussi ?
- Café ? J’en ai ramené. »

Jack vit alors six cafés chauds installés en bout de table. Vichentsky avait déjà un gobelet. Visiblement il était là depuis un moment.

- « Il ne fallait pas.
- Bien sûr que si. Si j’ose espérer une intégration il faut que je sois prévenant envers vous. Quittes à être faux-cul je préfères cela que d’être rejeter.
- Là en tout cas vous êtes franc.
- Avec vous ce n’est pas pareil. »

Un silence s’installa.

- Vous semblez bien connaître les phénomènes de groupe dit Jack tout en buvant tout doucement son café chaud.
- La nature humaine est fascinante. L’être humain est capable d’être à la fois génial et stupide.
- Et sur notre affaire vous pensez quoi ?
- Je suis fasciné par la Mae.
- Magdalena Chester ?
- Oui elle est incroyable. Dangereuse, machiavélique et terrible mais toute aussi charismatique sensuelle et déroutante. Je comprends ceux qui se sont fait avoir.
- Ah ! Vous êtes déjà là. »

Viviane venait alors d’arriver à son tour. Jack attendit que tout l’équipe ne les rejoigne et commença une réunion.

- « Moi ce que j’ai du mal à comprendre c’est comment on peut se laisser avoir aussi facilement dit alors Sam.
- Justement ! Le principe est qu’ils ne se font pas avoir répondit Vichentsky.
- Comment cela ?
- Toute la subtilité de la technique est de toujours vous laisser l’illusion d’avoir le choix. Il faut que les personnes pensent que le choix vient d’eux. Ces personnes sont consentantes, elles aiment cette situation, elles ne voudraient pour rien au monde en changer.
- Attendez ces groupes recrutent quand même sur des énormes conneries ! Le vol cosmique et la transcendance par exemple fit remarquer Danny
- Pour vous ce sont des conneries. Mais pour eux il s’agit de leur quotidien. Ne croyez pas que Maggy ou ses recruteurs leur parle de tout cela immédiatement. Non la technique est celle du déplacement de la frontière du réel. La Maison du Bonheur va peu à peu repousser les limites de vos croyance, elle cherchera continuellement à repousser les limites de ses adeptes. Le pire est qu’à force ce qu’ils disent n’est plus en adéquation avec les mots de la société. L’opposition souvent conflictuelle avec l’extérieur va nourri la volonté de l’adepte et donc sa croyance. Et puis soyez honnête : l’Esprit Saint, la Trinité et l’Ostie sacrée n’est pas pour autant plus réelle.
- Attendez vous accusez le christianisme d’être une secte s’énerva Viviane ?
- Je n’ai jamais rien dit de tel. Je vous fais simplement remarquer que toute croyance religieuse est fondée sur des faits invérifiables en pratique.
- Calmons-nous. Moi ce qui me dérange c’est le fait que Maggy Chester n’est pas encore récupéré la somme qu’avait Miranda sur son compte. Les 150000 $ de l’assurance-vie de sa mère.
- J’ai peut-être une réponse. La plupart des mouvements sectaires utilisent une technique particulière. Cela s’appelle la captation d’héritage. On pousse une personne fragile, âgée ou malade à tester en faveur de l’association. L’organisation sera donc légalement propriétaire à la mort du membre. J’ai faux monsieur le spécialiste dit alors Danny en tendant son doigt vers Viking ?
- Oh que non je n’ai rien à rajouter. Vous apprenez vite.
- Mais c’est immonde comme méthode s’indigna Elena.
- Mais très efficace rétorqua Danny.
- Dit comment tu sais cela toi s’interrogea Jack ? Tu n’aurais pas tricher par hasard ?
- Eh ! Ho ! »

Danny sortit de son sac un livre qu’il posa sur la table. On pouvait y lire dessus le titre « Comprendre les sectes. »

- « J’ai juste potasser. Je me suis endormi en lisant cela.
- Mais vous ne deviez pas aller au match hier soir vous deux demanda Sam ?
- Samedi prochain répondit lascivement Martin.
- Bien je penses que nous avons fait un tour d’horizon des questions. Reste la principale. Comment pouvons nous agir contre cette organisation et surtout rencontrer notre disparue. Vichentsky c’est vous le spécialiste votre avis demanda Jack ? »

À ces mots le colosse se leva et se dirigea vers le tableau où s’étalait la vie de la douce Miranda. Il semblait pensif et les membres de l’équipe de Jack durent attendre plusieurs secondes avant qu’il ne leur réponde.

- « Je crains que les méthodes d’enquêtes conventionnelles soient inefficaces ici. Soit nous rencontrons d’anciens adeptes qui auront une telle réaction d’amour / haine que nous aurons du mal à nous aurons du mal à nous assurer de la pertinence de leurs propos. À l’inverse les membres actuels seront méfiants à notre égard. Ils voient en nous au mieux un danger au pire le mal incarné. Les faire parler sera impossible. Il ne reste qu’une solution, les infiltrer. »

Il avait dit tout cela en leur tournant le dos et en scrutant le tableau comme s’il allait pouvoir y lire la grande explication. Danny sauta sur l’occasion pour répondre sur-le-champ.

- « Je me portes volontaire.
- Sûrement pas. »

Vichentsky s’était cette fois-ci retourné. Il avait dit cela avec une telle vigueur, que l’ensemble de l’équipe en fut surpris. Jack lui-même ne savait pas trop quoi penser. L’homme ne lui en laissa pas le temps.

- « Je m’y opposerais. Vous êtes exactement la personne qu’il ne faut pas dans ce genre d’opérations. Nous avons tous des failles et ce type de groupes va chercher à les exploiter. Souhaitez vous que j’expose ici les vôtres à vos collègues ? »

Il parlait avec un grand calme mais aussi une profonde froideur. Danny ne l’aimait pas trop, mais là, même s’il ne le connaissait qu’à peine il ne le reconnaissait plus du tout. Il sentait aussi que derrière ses mots si durs il cherchait à le protéger. Mais s’il y avait quelque chose que Danny détestait c’était bien qu’un étranger cherche à le protéger.

Jack ne voulait pas que l’un de ses agents ne prennent en grippe leur invité et relança donc la discussion.

- « Mais alors qui ?
- Viviane et vous êtes parents tout comme Elena, vous ne serez donc pas assez disponibles. Et je suppose que de toute façon vous ne voudriez pas mêler vos enfants à cette histoire. Et tant mieux d’ailleurs. De toute façon vous comme moi vous êtes tout les deux grillés dit-il en désignant Jack et Viviane. Maggy vous connaît.
- Sam alors demanda Martin ?
- Ne m’en voulez pas belle enfant mais je crains que vous n’ayez pas les bons arguments. La Mae aime les hommes, vraiment beaucoup, beaux gosses de préférence. Il ne reste donc plus qu’une personne. »

Tout les regards se tournèrent vers Martin qui se demanda pourquoi on l’observait ainsi puis il comprit bien vite ce qui se passait.

- « Ah non ! Non ! Non ! Je ne suis pas le meilleur pour les infiltrations.
- Vous êtes le seul agent Fitzgerald.
- Je ne sais pas moi vous n’avez pas un super agent dans votre équipe antisecte ?
- Il n’y a pas d’équipe antisecte. Mais ne vous inquiétez pas je ne vous apprendrais le nécessaire à suivre. Le tout est de se souvenir d’une chose principale, qui vous êtes en réalité.
- Jack tu es sûr demanda-t-il en implorant son chef ? »

Ce dernier mit quelques secondes à lui répondre puis dit finalement.

- « Nous n’avons pas vraiment le chois et je puis je suis certain que tu sera à la hauteur.
- T’inquiètes Marty on remettra notre soirée à une prochaine fois.
- Heu désolé Dan mais là c’est pas vraiment ce qui m’inquiètes.
- Vichentsky je peut vous voir dans mon bureau ?
- Bien sûr. »

Les deux hommes se dirigèrent vers le bureau de Jack. Seul Danny les regarda partirent les autres étaient trop occupés par la situation de Martin. Dès qu’ils furent entrer Jack dit alors.

- « Asseyez vous.
- Je veux bien mais je crains de risquer de l'abîmer répondit l’agent en désignant le siège plutôt fragile face à sa masse.
- Très bien restez debout. Écoutez je ne vous en veut pas pour l’opération car j’en étais arrivé à la même conclusion que vous mais je vous demanderais d’éviter de diriger ainsi mes hommes. Je vus rappelle que c’est moi qui commande cette enquête et donc que c’est moi qui prendrais la tête de cette opération. Est-ce bien clair ?
- Très clair. Excusez je ne voulais pas mettre en doute votre autorité.
- Ce n’est pas grave nous avons régler le problème. Évitez juste de recommencer. Retournons voire les autres. »

Durant la réunion Jack avait sentit son autorité vaciller. Certes cet homme en savait plus que lui mais cela ne lui permettait pas pour autant de le commander lui et ses hommes.

Dès qu’ils furent revenus dans l’Open Space Jack se dirigea vers Viviane et l’entraîna en aparté.

- « Je peut te laisser la préparation de cette infiltration.
- Bien sûr pourquoi il y a un problème ?
- Rien de grave j’ai juste un rendez-vous avec mon médecin.
- Zut qu’est-ce qui se passe ?
- Rien, rien je te dit c’est un banal examen de routine pour s’assurer que tout va bien. Je serais de retour d’ici deux heures tout au plus. Écoutes les séances de Yoga sont prévues d’après ce qu’à recueilli Martin, le mardi. Prends tout ton temps pour former le gamin.
- D’accord, je m’en charges. »

Jack allait s’en aller lorsque Viviane l’interpella.

- « Eh ! Jack !
- Oui ?
- Tu me dirais si cela n’allait pas ?
- Bien sûr tu serais la première à le savoir après Anne, les filles, Maria, ma voisine, ma concierge, la crémière, le type qui vend les journaux, le présentateur du journal de CBS, Oprah Winfrey et Jack Nicholson.
- Je savais que je n’étais pas ta préférée dit-elle en mimant des pleurs.
- Allez salut à tout à l’heure. »

Et Jack s’engouffra dans l’ascenseur. Viviane elle revint vers l’Open Space. Les autres n’avaient pu entendre leur conversation car peu à peu ils s’étaient dirigés vers le couloir. Elena fut la première à l’interroger.

- « Il s’en va où Jack ?
- Un banal contrôle médical de routine, enfin je crois. »
avatar
Hio-Tin-Vho
Directeur Adjoint

Masculin Nombre de messages : 3564
Age : 33
Localisation : Sous le saule pleureur
Date d'inscription : 12/04/2006

Voir le profil de l'utilisateur http://echo.levillage.org

Revenir en haut Aller en bas

la suite !

Message  Kira47 le Mar 16 Oct - 14:37

trop bien !
pour quand la suite ???

Kira47
Nouvelle recrue

Nombre de messages : 5
Date d'inscription : 08/07/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La maison du bonheur

Message  Hio-Tin-Vho le Mar 16 Oct - 14:55

Demain ?
avatar
Hio-Tin-Vho
Directeur Adjoint

Masculin Nombre de messages : 3564
Age : 33
Localisation : Sous le saule pleureur
Date d'inscription : 12/04/2006

Voir le profil de l'utilisateur http://echo.levillage.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: La maison du bonheur

Message  clara le Mar 16 Oct - 20:44

bravobom bravobom bravobom bravobom bravobom bravobom bravobom bravobom bravobom bravobom bravobom

En effet la tension monte, là mais on n'en sait pas vraiment beaucoup plus Mr.Red

Je suis trop impatiente je sais Mr.Red

« Il s’en va où Jack ?

De quoi j'me mèle elle rgrrr rgrrr rgrrr rgrrr rgrrr

Bon restons zen Zen ...

J'adore toupours autant, alors vivement la suite Mr.Red
avatar
clara
Président des USA

Féminin Nombre de messages : 8775
Age : 38
Localisation : sous la douche!
Date d'inscription : 21/08/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

la suite !

Message  Kira47 le Mar 16 Oct - 20:44

demain ? ca va etre long Sad

Kira47
Nouvelle recrue

Nombre de messages : 5
Date d'inscription : 08/07/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La maison du bonheur

Message  nathaloche le Mar 16 Oct - 22:16

génial et Martin qui va aller en infiltration...mais sans mon danny ... Sad Sad Sad Sad Sad Sad Sad

superbe suite !!!!
avatar
nathaloche
Directeur Adjoint

Féminin Nombre de messages : 3996
Age : 44
Localisation : dans les bras d'enrique
Date d'inscription : 15/03/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://enriquemurcianoandnath.com/cariboost1/index.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: La maison du bonheur

Message  Hio-Tin-Vho le Mer 17 Oct - 11:02

Je ne vous fait plus attendre et envoie une suite. Plus courte que d'habitude je vous l'accorde. Mais reconnaissez que jusque là j'en avais fait des vraiments longues. Pas beaucoup d'explications sur l'histoire principale mais cela va venir.


Dimanche 10 Juin, Medical City Cabinet du Docteur Melfi

C’était entre la 25ème Est et Assser Levy, à quelques pas d’un parc où les enfants aimaient aller jouer. Jack les regarda s’amuser sur les tobbogans en descendant de voiture. Il laissa son manteau flotter au vent et souffla un bon coup alors qu’il remettait ses lunettes. Voir ainsi des gamins s’amuser lui faisait un bien fou. Il ne savait pas dire si c’était l’idée de savoir ses filles s’amuser ainsi avec Anne ou si sa propre enfance se reflétait dans cette image.

Peut importe.

Car ce jour là l’agent Malone n’était pas du tout venu pour voir des gosses s’ébrouer dans un jardin public. Le bâtiment style art déco qui était de l’autre côté de la rue lui rappellait la raison de son voyage. Il hésita un long moment avant de traverser puis enfin se décida. Il lut la plaque à l’entrée et monta donc à l’étage. La porte du cabinet était entrouverte.

Il ne fut pas le moins du monde étonner de voir qu’il n’y avait personne dans la salle d’attente. Malgré leur métier les médecins consultaient rarement le dimanche. Tout juste certains assuraient des gardes.

La décoration des lieux était atypiques. Au mur des cadres de nombreux bateaux donnaient un côté maritime fort agréable. Le bleu était la teinte principal et les panneaux en bois avait été travaillés de sorte qu’ils imitait le plus possible celui qui avait subi les outrages du temps et des conditions climatiques.

Une dernière fois Jack hésita avant d’entrer. Il se dit un moment que ce n’était pas sa place et puis enfin sans frapper il poussa la porte.

Une jeune femme blonde occupait un bureau dans le même style. Une grande fenêtre éclairait la pièce. Elle donnait sur un joli jardin à l’anglaise en contrebas. Seule la tête d’un Freud en plâtre et quelques diplômes aux murs rappellaient le caractère particulier des lieux. Mais Jack n’eut pas le temps d’admirer les lieux.

- « Vous êtes en retard Monsieur Malone. D'une demi-heure.
- Excusez moi j’ai eu un empêchement.
- Je vous rappelles que je suis venue exprès pour vous.
- Je peut repartir si cela ne vous plaît pas ?
- Mais non bien sûr. Et puis maintenant vous êtes là c’est ce qui compte. Docteur Melfi.
- Jordan Melfi ? Je vous voyait plus...
- Plus masculine ?
- N’y voyez aucune remarque sexiste de ma part mais...
- Vous pensez que vous auriez été plus à l’aise avec un homme. Et comment pouvez vous le savoir puisque vous n’avez jamais fait aucune séance de votre vie ?
- Écoutez je crois qu’il vaut mieux que je m’en aille finalement. De toute façon c’est ma compagne qui souhaitait que je consulte mais je n’étais pas totalement pour. »

Jack se retourna et allait s’en aller lorsque le docteur lui lança.

- « Si vous êtes venu jusqu’ici ce n’est sûrement pas seulement parce que votre compagne vous l’a demander ! »

L’agent s’arrêta une seconde. Il était surpris du ton du médecin. Il ne s’attendait pas à cela.

-« Vous n’êtes pas le genre d’homme à vous laisser commander, surtout par une femme, je me trompes ?
- Écoutez je ne suis ni sexiste, ni mysogine et si ma remarque vous a blessé et bien excusez moi. »

Il s’était avancé pour lui répondre. Elle était passée devant son bureau un carnet dans les mains. Elle portait des lunettes rectangulaires et une coupe carrée du plus bel effet. Un instant Jack se dit qu’à sa place Danny lui aurait sauté dessus mais là s’était elle qui le dévorait.

- « Bon ben une bonne chose de faite. Vous réagissez. Bienvenue agent Malone. Je savais que ce genre de piques vous retiendrait. Vous voulez vous asseoir ? »

Elle lui désigna le divan. Jack s’assit donc malgré tout.

- « Euh pardon vous allongez.
- Je préfères rester ainsi.
- Commes vous voudrez.
- Comment me connaissez vous aussi bien ?
- Je vous connaît encore très peu. Mais je me suis permit de consulter votre dossier. Si nous voulons bien travailler il va falloir que je saches tout de vous.
- Vous m’espionnez ?
- Si vous me disiez plutôt pourquoi vous êtes venu ? »

Elle aussi s’était assises sur le siège en face du divan. Elle attendait sa réponse les jambes croisées et le regard doux mais déterminé. Jack soupira il avait du mal à faire sortir ce qu’il avait à dire. Puis il se dit que de toute façon maintenant qu’il avait fait tout ce chemin.

- « Je fais des cauchemars. »

Un instant il crût qu’elle allait se moquer ou lancer une phrase du genre mais tout le monde fait des cauchemars. Pourtant au contraire elle se pencha légèrement en avant et dit très intéressée.

- « Quel genre de cauchemars ?
- Les pires. Ceux où vous voyez la mort de gens. Si c’était des inconnus ou même des célébrités cela irait mais ce sont les gens qui m’entourent et que j’aime. Mes amis, mes enfants, ma compagne. Chaque nuit j’ai du mal à m’endormir tellement je crains de les voir se faire charcuter dans tout les sens. Je ne veux plus supporter.
- Ils vous angoissent ?
- C’est peu de le dire. Vous devez être comme tout le monde vous faites des cauchemars vous aussi ?
- Bien sûr.
- Mais imaginez maintenant que toute ce que vous vivez en songe, tout ce que vous ressentiez semble réelle. Vous pouvez toucher quelque chose, la palper, sentir le grain d’une peau par exemple. Vous sentez des odeurs, vous entendez les bruits comme si vous y étiez. C’est cela le plus terrible. Vous vivez réellement les choses. Vous ne cauchemarez pas vous êtes dans votre cauchemar.
- Je vois le genre.
- Alors c’est quoi mon problème, cela se soigne ? Vous me donnez des cachets et c’est bon ?
- Je crains que cela soit plus compliqué que cela agent Malone ?
- Comment cela ?
- Vous savez comme moi que l’on ne résoud pas avec quelques médicaments une névrose. Nous allons être amenés à beaucoup nous voir.
- C’est vous le doc, doc.
- Très bien et bien commençons pas le commencement. Quand cela a-t-il commencé ?
- C’était il y a deux semaines. Je pensais que ma blessure était désormais du passer mais... 
avatar
Hio-Tin-Vho
Directeur Adjoint

Masculin Nombre de messages : 3564
Age : 33
Localisation : Sous le saule pleureur
Date d'inscription : 12/04/2006

Voir le profil de l'utilisateur http://echo.levillage.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: La maison du bonheur

Message  clara le Mer 17 Oct - 21:17

Hum....c'est vrai, on n'a pas l'habitude que ce soit court ptdr

Mais c'était trés bien super bien même bravobom bravobom bravobom bravobom bravobom

Ca n'avance pas le Shmilbilibilibilikkkk Mais j'adore toujours autant, c'est une merveille de fic cheers cheers cheers cheers cheers cheers cheers

Encore mon trésor Mr.Red
avatar
clara
Président des USA

Féminin Nombre de messages : 8775
Age : 38
Localisation : sous la douche!
Date d'inscription : 21/08/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La maison du bonheur

Message  nathaloche le Mer 17 Oct - 23:10

yeess le jack qui va consulter ... bon ok ça n'avance pas les choses mais c'est toujours aussi accrocheur !!! j'adoore ..

moi je sens que marty et la mae ça va baigner dans l'eau de rose !!! 2love2 2love2 2love2 enfin je ne lui souhaite pas à Martin ...
bravobom bravobom bravobom bravobom vite la suite et si j'ose un peu plus longue
avatar
nathaloche
Directeur Adjoint

Féminin Nombre de messages : 3996
Age : 44
Localisation : dans les bras d'enrique
Date d'inscription : 15/03/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://enriquemurcianoandnath.com/cariboost1/index.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: La maison du bonheur

Message  Hio-Tin-Vho le Jeu 18 Oct - 11:25

Je vais voir à faire un peu mieux. Là aussi cela vous avance peu au contraire mais j'aime bien.


Date et heure inconnue, Roanoke

Un chien hurlait un peu plus loin. C’était à la fin de l’hiver la vie reprenait son cours. La maison était installée à flancs de colline un peu éloignée de la ville. Tour autour s’étendait des champs par dizaines. La demeure en comptait au moins trois qui faisait plusieurs ares de superficies.

La bêche se planta difficilement. La terre était dure, les dernières gelées l’avaient gardée difficile à travailler. Mais peu importe la tâche importait tellement. Ils étaient près d’une dizaine à retourner ce champ pour le préparer à la semaille. Chacun s’affairant en silence le plus souvent. De toute façon il n’y avait pas grand chose à dire, plus à faire.

À l’intérieur une femme montrait à des petites filles comment travailler la pâte à gâteaux. Elles étaient très attentives même si certaines demandaient parfois à voir leurs parents.

Dans la communauté certains étaient venus il y a plusieurs années, d’autres n’étaient là que depuis une semaine tout au plus, mais tous s’affairaient ensemble, ils formaient un groupe.

La maison s’élevait sur plusieurs étages. Elle était grande, vaste et accessible. Elle pouvait facilement acceuillir toute la communauté. Pourtant on avait installé des tentes dans le jardin de derrière. Et puis surtout une vieille masure en bois se trouvait tout au fond. C’était l’un des seuls lieux interdits dans La Maison du bonheur. La Mae disait que c’était normal. On avait enterré les membres décédés et qui trouvaient là le repos éternel. Les déranger en dehors des cérémonies risquerait de provoquer le courroux de leurs âmes.

Seuls les membres du cercle des initiés pouvaient donc si rendre et seulement avec l’autorisation de la Mae.

À ce jour cette dernière était plutôt satisfaite de ce qui se passait devant ses yeux. De nouvelles personnes venaient, attirées par la promesse d’un autre salut que le matérialisme ambiant, la vie en société qui très souvent se limitait à métro-boulot-dodo. Ici on pensait autrement. On ne rêvait plus les utopies des grands philosophes ou grands maîtres à penser, on la vivait, concrètement. Elle était là, elle se construisait devant les yeux. Et puis loin de parasiter leur environnement les nouveaux apportaient du sang neuf à l’esprit de corps qui s’était dessinné peu à peu.

La société est trop individualiste, elle ne concoît les gens que par rapport à ce qu’ils sont dans son fonctionnement bien pensant. Elle ne demandait savoir qu’une chose, ce qu’ils font.

Bon certes développer encore et encore cette structure demandait des sacrifices. Alors au début ce fut par manque de temps qu’elle ne vint pas plus souvent aux séances et puis ce fut pour autre chose. Elle s’était rendue compte que plus ses interventions se faisaient rares, plus elles avaient de l’importance. Et puis elle avait formée les gens qu’il fallait.

Alors au final malgré ces quelques contraintes la Mae était satisfaite du résultat. Elle même se faisait mieux à son idéologie, l’élaborait plus précisément. Enfin de la précision qu’il fallait.

Mais comme partout, il y a toujours un petit caillou dans la chaussure, une épine dans la pâte du lion. Heureusement on l’avait averti bien assez tôt. Tout se sait dans une telle communauté. Raconter de telles choses ce n’est pas dénoncer, c’est être responsable. Il ne s’agissait pas de délation mais de protéger le groupe, de le défendre contre ceux qui voulaient l’agresser. Toute personne a le droit de se défendre et elle, elle avait en charge la vie de plus d’une centaine de personnes. Elle devait donc être la plus vigilante possible, elle se le devait, elle leur devait.

Alors quand la nuit tomba peu à peu et que les travailleurs furent rentrer pour aller aux séances de méditation avant le repas, soit vers 22 heures, la Mae quitta son bureau. Celui-ci aussi se trouvait au plus haut. De là elle observait tout et en prime son emplacement lui offrait une autorité naturelle. Comme si elle était une vigie, un phare dans le noir.

Pour mieux s’occuper du domaine elle avait aménagé une sortie dès son bureau. Elle descendit donc l’échelle et atteignit le sol. Sans bruit, vêtue d’une robe sombre et d’un gilet à cause du froid de la nuit, elle marcha en direction du nord, vers leur cimetière. Sur le chemin elle se retourna par moment, vérifiant au cas où que quelqu’un l’observait ou pire la suivait mais évidemment il n’en fut rien. Arrivée à la barrière des sépultures elle se signa, par réflexe ou par conviction elle même n’aurait sût le dire.

Enterré ici des gens avait été délicats. Les autorités voyaient d’un très mauvais oeil les sépultures sauvages, mais bon puisqu’il s’agissait d’une propriété privée ils ne purent rien dire et puis tout ces décès avaient été clairement déclarés.

Elle ouvrit la barrière et entra. C’était un espace herbeux taillé régulièrement, les conifères qui ornaient les maigres allées étaient beau et fort. S’il n’y avait pas eu les pierres posées à même le sol ce lieu aurait pût être confondu avec un simple jardin. Elle ne lut même pas les noms, ce soir cela n’avait que peu d’importance.

La masure se trouvait encore derrière le cimitière, au plus profond de la zone réservée. Alors elle passa la seconde barrière et se mit devant la porte de la cabane. Elle frappa trois coups et on vint lui ouvrir.

L’homme qui se tenait à l’intérieur la reconnut immédiatement, il la salua donc respectueusement.

- « Oui c’est bon, nous n’avons pas vraiment le temps. »

Elle le poussa presque et pénétra à l’intérieur. Deux hommes étaient rassemblés en ce lieu. Au fond de la pièce le second était assis sur un bidon et distribuait des cartes sur un énorme rouleau de câble téléphonique en bois qui servait de table. Lui aussi se leva à la vue de la Mae et la salua, mais d’un signe de main elle le fit s’arrêter. Elle semblait très préoccupée.

- « Où est-il ? »

Les deux hommes savaient de quoi elle parlait et lui dit simplement.

- « En bas. »

La Mae s’approcha alors de la maigre bibliothèque qui était dans un angle et s’empara d’un coin du tapis posé devant. Elle le souleva et découvra alors une trappe qu’elle ouvrit à la suite. Puis alors qu’elle s’apprêtait à descendre elle se tourna vers les deux hommes.

- « Ne fermez pas après moi je ne vais pas être longue. Mais par contre surveillez bien, personne ne doit venir ici.
- Compris Mère. »

Sans aucune hésitation elle descendit les barreaux de l’échelle et se laissa choir en bas. C’était un très ancien puits de mine qui avait été réhabilité par des hippies New Age dans les années 70. Puis ceux-ci étaient partis à leur tour et eux avaient découverts le lieu. Il avait suffit alors de renforcer certains endroits pour s’assurer un lieu tranquille.

Elle pris ensuite à gauche et marcha quelques secondes. Une faible lueur éclairait le couloir. Quand soudain dans un virage une ouverture donnait sur une plus grande pièce. Au centre avait été construite une table et mis quelques rangements. Sur un siège en bois un homme était assis, là, pensif. Il n’entendit pas tout de suite la Mae, mais dès qu’elle fut assez proche il se leva immédiatement.

- « Jason pas de cela entre nous.
- Mère.
- Alors ?
- Euh excusez moi je me reposais cinq mintues.
- Je vois cela.
- C’est que c’est très physique et...
- Ne vous justifiez pas et contentez vous de répondre à ma question, où en est on ?
- Elle n’a rien voulu dire.
- Rien du tout ?
- Rien du moins que l’on ne sait déjà.
- C’est facheux. Qu’elle genre de méthode avez vous utilisez ?
- Et bien je l’ai interrogé, menacé, je crois avoir fait le nécessaire.
- Et rien de plus physique ?
- Mais Mère ?
- Il ne faut pas se montrer faible face au danger vous le savez pourtant Jason.
- Oui mère mais...
- Jason je peut compter sur vous. Vous n’allez pas me lâcher ?
- Non bien sûr.
- Tant mieux. Il faut tout tenter pour la ramener à nous mais si nous n’y parvenons pas il faudra faire le nécessaire.
- C’est... à.... dire ? »

Affectueusement elle posa sa main sur sa joue, l’homme ressentit une sorte de décharge électrique, ce signe si important était une marque de profond respect. Il le savait il était dans l’élite et il se devait de montrer qu’il en était digne.

- « Je vous aime bien Jason mais parfois je me demandes si...
- Non je ferais le nécessaire. Je vous le promets.
- Bien. C’est bien mieux ainsi.
- Et...
- Oui ?
- À la demeure ils ont réagit ? Certains doivent s’interroger sur son départ, c’est qu’elle commençait à être très appréciée.
- Cela c’est mon problème.
- Oui pardon.
- Mais sachez juste que d’ici très peu de temps ils auront tout oublier, même sa présence. »

D’un coup on entendit un gros bruit. Derrière l’homme une porte en bois avec une petite lucarne ornée de barreau condamnait la prochaine pièce. Visiblement le bruit entendu venait de là.

- « Elle a dû faire tomber quelque chose. Elle pense sans doute alerter quelqu’un ainsi. J’y retournes.
- Très bien. Jason ?
- Oui Mère.
- Je dois être fier de vous n’oubliez pas. Vous êtes mon plus grand fils. Un fils se doit d’être grand pour sa mère.
- Oui Mère.
- C’est très bien vous êtes un bon fils. Alors sachez défendre la famille. »

Alors l’homme à la barbichette sourit il était fier de la confiance que lui accordait la Mère, c’était le signe d’une grande distinction. Il ouvrit la porte et s’engouffra dans la pièce. La Mère elle fit demi-tour et remonta le couloir. Dès qu’elle fut à l’échelle elle la grimpa rapidement et sortit. Les deux types étaient toujours à la cabane. L’un surveillait à partir de l’unique fenêtre, l’autre attendait son retour et lui tendit sa main pour l’aider.

Très content de ce coup de main elle apprécia volontiers cette aide, et puis ils avaient une tâche difficile il fallait bien les récompenser, ce simple geste suffirait déjà à les contenter. Alors quand il l’aida elle put apercevoir le Glock qu’il avait à la ceinture. Il brilla un court instant à la lueur des faibles bougies installées pour éclairer sans qu’ils soient vus.

Sans dire merci elle fut dehors. L’homme qui l’avait aidé ferma alors la trappe et la couvrit du tapis. Elle, ne leur dit rien. Elle sortit dans la nuit noire. Dehors il faisait encore plus froid. Elle remonta donc son gilet dans son cou prenant garde à ce que les hommes ne la voient pas ainsi frigorifiée et repris le chemin de la demeure.

La lune était haute dans le ciel, dans ce ciel sans étoiles. Elle marchait tranquillement, sereine, elle était sûre que Jason se montrerait à la hauteur. Et de toute façon si ce n’était pas le cas elle saurait le faire remplacer.

Les séances de méditation venaient de s’achever et le repas allait commencé. Elle se devait d’être là, même si elle avait déjà manger. Elle pressa donc le pas et observa une dernière fois la lune. Une belle nuit en perspective.
avatar
Hio-Tin-Vho
Directeur Adjoint

Masculin Nombre de messages : 3564
Age : 33
Localisation : Sous le saule pleureur
Date d'inscription : 12/04/2006

Voir le profil de l'utilisateur http://echo.levillage.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: La maison du bonheur

Message  clara le Jeu 18 Oct - 18:50

bravobom bravobom bravobom bravobom bravobom bravobom bravobom
Encore un super passage tu sais, même si ça ne nous avance pas dans l'histoire, c'est toujours aussi bien écrit et c'est donc un plaisir de te lire Mr. Green

Cette femme est vraiment bizarre tout de même, surtout en tant que mère Shocked Shocked Shocked Shocked Shocked Shocked

Je veux bien en savoir encore un peu plus, Mr.Red

Encore, encore cheers cheers cheers cheers cheers cheers cheers
avatar
clara
Président des USA

Féminin Nombre de messages : 8775
Age : 38
Localisation : sous la douche!
Date d'inscription : 21/08/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La maison du bonheur

Message  Théana le Jeu 18 Oct - 20:45

Encore un super passage tu sais, même si ça ne nous avance pas dans l'histoire

et c'est toi qui dis ça ????? ptdr ptdr ptdr ptdr

mais c'est vrai que le style de Hio est incomparable, un vrai délice !!!


la suite !!!!
avatar
Théana
Président des USA

Féminin Nombre de messages : 9841
Localisation : sous la couette, de préférence ...
Date d'inscription : 08/10/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La maison du bonheur

Message  Hio-Tin-Vho le Ven 19 Oct - 11:07

Mais bien sûr mes anges. Je charges le fichiet et je vous l'envoie tout de suite.
avatar
Hio-Tin-Vho
Directeur Adjoint

Masculin Nombre de messages : 3564
Age : 33
Localisation : Sous le saule pleureur
Date d'inscription : 12/04/2006

Voir le profil de l'utilisateur http://echo.levillage.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: La maison du bonheur

Message  Hio-Tin-Vho le Ven 19 Oct - 11:13

Voici donc la suite.


Mardi 12 Juin 2007, Au pied d’un immeuble de Manhattan

Les murmures de la ville s’entendirent au loin. La nuit était tombé depuis une heure. Pour passer le temps chacun avait apporté ses CD. Sam, Sarah Lazarus, Gotham Project et Katie Melua. Viking lui écoutait Bruce Springsteen, Jimi Hendrix et U2. Aucun des deux n’avaient poser d’objections à cet était de fait. Ils alternaient leurs goûts avec une certaine facilité, même si Viking avait eu du mal avec Katie Melua et avait mimé un sommeil profond.

Alors malgré l’incongruité de la situation ils étaient là dans un sous-marin à attendre, à planquer. Au départ ils avaient penser à une simple voiture, pour le peu de temps Viking demanda à Jack d’y réfléchir, son grand corps n’y résistant sans doute pas. Il obtint donc un fourgon.

Pourtant au départ ce fut pas si heureux que cela.


Jack était revenu bien vite, deux heures après tout au plus. Sam ne sût dire s’il avait l’air mieux ou moins bien mais en tout cas il reprit rapidement la suite du travail de Viviane. Elle n’avait eu le temps que de passer des coups de téléphone et d’envoyer Martin discuter avec Vichentsky dans une salle pour préparer la soirée.

Samantha travaillait à suivre les comptes de l’association pour savoir d’où provenait l’argent lorsque Jack entra dans l’Open Space. Danny et Elena travaillaient là aussi. Sans entré en matière Jack dit alors :

- « Elena où cela en est du sujet des autres disparitions liées à la Maison du Bonheur ?
- J’ai effectué des recherches ils sont tous allés dans cette maison mais ne sont pas apparues ensuite.
- Enquête sur leur passé, cherche à savoir qui ils étaient, rencontre leurs proches. Danny et les filles te donneront un coup de main jusqu’à Mardi.
- Mais je croyais que c’était fini après cette histoire d’infiltration ?
- J’ai dit cela moi ? De toute façon j’aime savoir où je mets les pieds. Je n’ai pas envie que le prochain disparu soit un certain Martin Fitzgerald.
- Soit, je comprends. Je m’y mets tout de suite.
- Danny voit avec Roald pour obtenir du matériel d’écoute. Le plus performant possible, je ne vais pas le laisser sans filet.
- Entendu. Je pourrais le le lui installer ? J’ai peur que ces deux là ne se jettes dessus en voyant son torse velu, dit-il en désignant Elena et Sam.
- Pauvre con répondirent en choeur les jeunes femmes tout en lui lançant tout ce qui leur tombait sous la main. »

Danny s’était faufilé derrière vers la sortie pour s’échapper. Avant de partir il s’arrêta derrière Jack.

- « Tu vois qu’elles sont folles. Je te l’avais dit que deux filles ensemble cela devient des furies.
- Bon ça suffit on a du temps mais aussi beaucoup de boulot. »

Danny s’en alla finalement en direction de la salle informatique.

- « Et moi je fais quoi demanda Sam un peu interloquée alors que Jack allait repartir ?
- Tu es toujours sur les comptes ?
- Oui j’essaie de remonter mais c’est d’un complexe. Il y en a à l’étranger, sous des noms différents pour la même personne et les transactions ne s’arrêtent pas.
- Alors continues. Si Miranda est retenue contre son gré je veux avoir le maximum de preuves contre eux. Et pour la suite tu feras équipe avec l’agent Vichentsky. »

Pendant qu’ils parlaient Martin et Viking étaient sortis de la salle d’interrogatoire de leur premier briefing. Alors quand il eut fini sa phrase ils étaient tout deux derrière lui. Sam à cette idée eut un léger doute.

- « Tu es sûr ?
- Lorsque Martin sera à cette réunion je vous veux tout deux en surveillance à proximité de l’appartement. Car si cela tourne mal tu pourras toujours le sortir en douceur ou lui plus violemment. »

En les écoutant l’homme vint s’asseoir sur un bord du bureau de Samantha. Un instant elle crût qu’il allait l’exploser mais il ne fit que craquer un peu. Il se tourna vers ensuite vers Sam et avec le plus grand sourire et la plus grande décontraction dit :

- « Ne vous inquiétez pas je ne couches jamais le premier soir. »

Samantha contrariée par cette remarque désagréable le lui fit bien sentir. Elle tira une tête pas possible et lui dit :

- « Très fin. »

Le visage de Vichentsky se décomposa alors. Il semblait se sentir mal. Il tenta de se rattrapper aux branches.

- « Excusez moi je vous ait choquée ? Je ne voulais pas. Je n’ai malheureusement pas l’humour de votre ami Danny. Eh... J’ai l’air d’un con là non ?
- Tout à fait mais ce n’est pas grave. Ne recommencez jamais en tout cas.
- Promis. »


Ce fut donc dans de mauvaises conditions que s’entama cette collaboration. Mais par la suite Sam dût reconnaître que Viking n’était pas tant que cela le rustre qu’elle avait crû. Il se montra attentif, charmant et prévenant envers elle et surtout il n’osa plus une seule fois de nouvelles mauvaises blagues. Il tenait sa promesse.

La soirée traînait en longueur. De l’autre côté du micro Martin s’ennuyait ferme. Il remarqua immédiatement qu’il n’y avait pas d’alcool et surtout que les apéritifs se résumaient à des légumes ou des fruits. Lui rêvait de véritables Tapas ou de noix de Cajou.

- «  < Danny serait dingue ici. Cela fait deux heures que l’on est là et rien ne se passe sinon des discussions interminables dit-il lorsqu’il alla une nouvelle fois aux toilettes. > »
- Il y a des jolies filles lui demanda Sam ?
- < Quelques unes. >
- Alors non il serait heureux comme un coq en pâte.
- Avez vous vu l’homme à la barbichette dont on nous à parler Martin intervint Vichentsky ?
- < Non monsieur mais d’après Janice il n’est véritablement intervenu qu’à l’arrivée de la Mae. Et puis il s’est peut-être rasé depuis. >
- Je ne penses pas Jack et Viviane ont parler d’un type lui ressemblant.
- < Bon j’y retournes sinon ils vont se demander si j’ai une sistite. >
- Très bien. N’oubliez pas les messages d’alerte, on reste à l’écoute.
- < C’est bien au secours non ? >
- Oui c’est cela dit Viking en ricanant.
- < À tout à l’heure. >

Ils coupèrent la conversation laissant ce que captais le micro de Martin tourner en fond sonore. Vichentsky attrappa un livre, Bone de Georges Chesbro et poursuivit sa lecture. Sam le regarda un court instant et osa enfin lui dire :

- « Et vous c’est quoi votre faille ?
- Pardon répondit-il sans quitter des yeux son ouvrage ?
- Vous avez dit à Danny que nous avons tous des failles, c’est quoi la vôtre ?
- Mon humour désastreux ?
- Allez soyons sérieux. »

Il souffla un grand coup puis reposa son livre. Il hésitait à parler à Sam mais il sentant qu’elle ne lâcherait pas le morceau de si tôt.

- « Bon très bien. Je crois que je n’ai pas vraiment le choix. Vous vous souvenez de Waco ?
- L’assaut sur la demeure des davidiens. Oui je m’en souviens c’était 1993 je crois.
- C’est excat. A cette époque mon frère Conrad Vichentsky était un agent renommé de l’ATF. Plusieurs fois décorés il avait des états de service impressionants. Il fut l’un des quatre agents abbatus lors du premier assaut. Alors aujourd’hui c’est un peu de sa mémoire que j’honore en faisant ce travail.
- Excusez moi je ne savais pas. Je n’aurais pas dû demander.
- Je ne vous en veux pas et puis cela fait que bien d’en parler. »

Mais ils n’eurent pas le temps de discuter plus en avant. En tapotant sur son ventre Martin fit réagir le micro. Un signal. Ils augmentèrent le son et écoutèrent ce qui se passait. Visiblement ce n’était pas la Mae qui parlait mais cela avait de l’importance.

- < « Bienvenue à vous dans ce premier cours. Je me nommes Juliette Saw, mais tout le monde me surnomme Galinéa. >
- < Où est la Mae demanda quelqu’un dans l’assistance. >
- < Malheureusement notre présidente est très occupée. C’est une femme qui agit beaucoup pour la communauté, elle ne pourra donc être là ce soir. Mais elle me fait dire sa profonde affectation à votre égard et rappelles que tout les membres sont les bienvenus. Bien commençons je crois que c’est le mieux. Asseyons nous.> »

Sam et Vichentsky entendirent le bruit de personnes s’asseyant. Puis quand tout le monde fut installé Juliette reprit.

- « Je suis certaine que beaucoup d’entre vous on pratiquer dans des cours, avec des enseignants un certain Yoga. Je dois leur dire qu’il ne s’agit guère que d’une méthode de relaxation que l’on vend en gros pour le plaisir des touristes. Le véritable Yoga demande plus de sacrifices. Mais il apporte bien plus encore. Je vois sur vos visages que vous êtes à la recherche de quelque chose. Un idéal, un salut. Et bien ce n’est sûrement pas dans ces cours que vous l’auriez obtenus. Ici c’est la première marche du chemin qui vous apporte peut-être ce que vous recherchez. Très bien détendez vous et commençons. »

Viking avait mis tout comme Sam un casque sur les oreilles pour mieux entendre. Le cours commençant ils les retirèrent. Le regard dans le vague l’agent dit alors.

- « La première fille.
- Pardon ?
- Dans le fonctionnement d’une secte il peut exister différents systèmes. La structure en étoile telle qu’elle est pratiquée par les groupes médiumniques, de prière et de guérison et qui régissait la Maison du Bonheur établit un contact direct avec le gourou. C’est le propre des petites structures. Le rôle de cette jeune femme est d’établir un étage de hiérarchie, de passer à une structure pyramidale. Elle est la première fille. Elle a un contact privilégié avec le gourou et le fait savoir et fait savoir aussi que eux pourrons l’obtenir s’ils le souhaitent. Ainsi les membres ne viennent plus seulement pour le Yoga, ils viennent également pour rencontrer la Mae.
- Elle se forge une stature, un culte de la personnalité ?
- Exactement et elle va constamment naviguer entre ce contact direct et ce frein qu’elle crée, au gré de ses humeurs et de ses intérêts.
- Tordu et archi tordu.
- Oui mais ils sont beaucoup à s’y prendre au piège et de bien plus haute stature que l’on croît. »

Le cours était long et avec le micro à côté les deux agents entendirent souvent Martin souffler, il ne se plaisaît visiblement pas ici mais au moins il faisait semblant. Danny impulsif comme il l’était n’aurait peut-être pas pris autant de gant, même si savait qu’il pouvait se montrer très professionnel lorsqu’il le fallait.

À la fin un petit stand des objets de la communauté était installé, des livres, des DVD et des objets faits mains servaient soit disants à la financer. Viking prévint alors que cela servait surtout à tester la volonté de s’engager des futurs adeptes. Il conseilla donc Martin à qui on avait donné de l’argent d’acheter le livre.

- « Mais donnez juste le compte rond et hésitez un petit moment à cause du prix. Il ne faut pas que vous ayez l’air trop riche, juste avoir quelques économies suffit. »

Martin s’éxécuta et effectivement l’homme qui accompagnait la Galinéa parla un petit moment avec lui. Il lui conseilla de lire le livre et ensuite de renvoyer le petit carton qui l’accompagnait. Ils organisaient des stages de perfectionnement au sein de leur structure Newyorkaise. Il n’était pas très cher et apportaient beaucoup. Puis quand la soirée toucha à sa fin tout le monde s’en alla. Martin quitta l’appartement.

Vichentsky et Samantha commencèrent donc à faire de la place dans la sous-marin. Mais en voulant se déplacer le colosse effleura légèrement la poitrine de la jeune femme. Il faut dire que mouvoir une telle masse dans ce lieu exigüe était plutôt délicat. Il s’excusa immédiatement mais Sam se contenta d’un sourire et passa à autre chose, car à ce moment là Martin ouvrit la porte du fourgon. Les agents s’assirent tous alors.

- « Comment avez vous trouver cette séance ?
- Chiante à mourir. Vous êtes sûr que l’on ne peut pas échanger nos places Danny et moi ?
- Je crains que non nous devrions recommencer toutes les étapes. Le contact est fait. Il va falloir que vous vous rendiez à ce stage. Mais pour cela il faut que vous soyiez le plus prêt possible.
- C’est-à-dire ?
- Un il faut que l’on vous construive une personnalité.
- Mais elle me plaît très bien la mienne.
- Justement il faut que soyez beaucoup plus raté que maintenant, il faut vous créer des failles. Il faut aussi que vous lisiez ce livre.
- Mais c’est sûrement un torchon bourré d’inepties !
- Un torchon que vous allez adorer. Vous allez voir la vie d’adepte à son charme.
- Vous plaisantez là ?
- Bien sûr pourquoi.
- Ah oui tu avais raison Sam il a un humour pitoyable.
- Sam vous lui avez dit ?
- Allez c’était pour rire et puis maintenant on est à égalité sur les bassesses ?
- Si l’on veut. Rentrons. »
avatar
Hio-Tin-Vho
Directeur Adjoint

Masculin Nombre de messages : 3564
Age : 33
Localisation : Sous le saule pleureur
Date d'inscription : 12/04/2006

Voir le profil de l'utilisateur http://echo.levillage.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: La maison du bonheur

Message  nathaloche le Ven 19 Oct - 13:07

déjà un copm pour la première suite avec la mae !!! surprised2 surprised2 surprised2 surprised2 surprised2
tu m'as épaté !!! Shocked la vache la teneur du discours de la mae avec jason et ça
- Tant mieux. Il faut tout tenter pour la ramener à nous mais si nous n’y parvenons pas il faudra faire le nécessaire.
- C’est... à.... dire ? »
ça m'a fait froid dans le dos

pi être laors quec'est notre disparue ??
super ce passage ...elle a l'air pasnette la mae !!!

vais lire l'autre suite
j'adooore :
avatar
nathaloche
Directeur Adjoint

Féminin Nombre de messages : 3996
Age : 44
Localisation : dans les bras d'enrique
Date d'inscription : 15/03/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://enriquemurcianoandnath.com/cariboost1/index.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: La maison du bonheur

Message  nathaloche le Ven 19 Oct - 13:14

hio tu es trop fort ... je me suis imaginé dans cette salle àécouter le discours inlassable de cette galinéa !!!
franchement je ne sais pas où tu as eu cela, mais tu décris très bien le milieu de ces fameuses sectes ..
et ok avec viking!!!jaais danny ne serait resté calme là dedans !!
et le cuop des gateau apéro ,, ben oui quoi des fruits c'est nul !!! ptdr ptdr

je cite un truc qui m'a fait rire
.
Justement il faut que soyez beaucoup plus raté que maintenant, il faut vous créer des failles. Il faut aussi que vous lisiez ce livre.
ptdr ptdr

et sam quin'a pas supporté la blague vaseuse de viking

une pure merveille...
avatar
nathaloche
Directeur Adjoint

Féminin Nombre de messages : 3996
Age : 44
Localisation : dans les bras d'enrique
Date d'inscription : 15/03/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://enriquemurcianoandnath.com/cariboost1/index.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: La maison du bonheur

Message  Hio-Tin-Vho le Ven 19 Oct - 17:30

nathaloche a écrit:hio tu es trop fort ... je me suis imaginé dans cette salle àécouter le discours inlassable de cette galinéa !!!
franchement je ne sais pas où tu as eu cela, mais tu décris très bien le milieu de ces fameuses sectes ..

Disons que j'ai travaillé, je me suis renseigné. Pas de chance par contre je ne pourrais en mettre que lundi. Deux suites par contre promis. Et je crois que je suis parti pour un moment. J'ai près d'une bonne vingtaine de suites en tête.

petitange
avatar
Hio-Tin-Vho
Directeur Adjoint

Masculin Nombre de messages : 3564
Age : 33
Localisation : Sous le saule pleureur
Date d'inscription : 12/04/2006

Voir le profil de l'utilisateur http://echo.levillage.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: La maison du bonheur

Message  clara le Ven 19 Oct - 21:07

Un peu de tits problèmes en ce moment, je lis dès que j'ai le temps mon coeur...promis I love you
avatar
clara
Président des USA

Féminin Nombre de messages : 8775
Age : 38
Localisation : sous la douche!
Date d'inscription : 21/08/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La maison du bonheur

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 4 sur 15 Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 9 ... 15  Suivant

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum