La boîte de Pandore

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Aller en bas

La boîte de Pandore Empty La boîte de Pandore

Message  Virgile le Dim 22 Oct - 18:51

Comme promis, je reviens avec une nouvelle histoire, cette fois, plus longue qu'un simple one-shot. J'ignore si elle contiendra beaucoup de chapitres. Tout dépendra de la façon avec laquelle je traiterai le sujet.

Le titre n'est pas anodin, aussi, si quelques uns d'entre vous désirent en savoir plus sur Pandore, sachez que ce ne sera pas superflu pour la compréhension du texte, même si vous pourrez en saisir les tenants et les aboutissants sans la légende grecque.

Ce soir, je vous mets le prologue. Peut-être aurai-je le temps de poster aussi le premier chapitre mais là, je ne promets rien. Si vous voulez aussi me faire des "reviews", sachez que cette histoire sera aussi publiée sur ff.net.

Bonne lecture !

Prologue


La lumière du néon vacillait et ses éclairs aveuglaient l’œil qui cherchait la présence hypothétique d’une disparue. L’éclairage ne résista que quelques instants supplémentaires, avant de déclarer forfait, dans un dernier souffle agonisant. La salle, plongée dans le noir, se parait de formes angoissantes.

Le bruit assourdissant d’une barre de fer qui tombe contre le sol tétanisa les oreilles aux aguets. L’homme ajusta sa prise sur la crosse de son arme mais celle-ci lui était inutile : les ténèbres engloutissaient la moindre lueur qui s’échappait de la rue voisine.

Une respiration à peine audible, de l’autre côté de la pièce, confirma les soupçons du jeune enquêteur : il n’était pas seul.

- Tu as changé, petit frère.

La voix ramena le propriétaire du pistolet des années en arrière. Une voix au timbre fantomatique, tant elle s’égarait au cœur d’un passé lointain. Les deux occupants de ce hangar désaffecté et miteux se connaissaient, alors que leurs souvenirs s’effilochaient au milieu de leurs cauchemars.

Frère et sœur.

Aucun lien de sang ne les enchaînait l’un à l’autre. Et pourtant, une adolescence commune ; élevés ensemble. Comme frère et sœur.

Le « petit frère » hoqueta et son arme à feu dégringola. Il avait quatorze ans, à nouveau, et son nom était Daniel Alvarez.
Virgile
Virgile
Nouvelle recrue

Féminin Nombre de messages : 74
Age : 38
Localisation : Besonrieux
Date d'inscription : 16/09/2006

http://www.dvirgile.net

Revenir en haut Aller en bas

La boîte de Pandore Empty Re: La boîte de Pandore

Message  pativore le Dim 22 Oct - 19:03

Ca commence vraiment vraiment vraiment bien. J'aime beaucoup le style et j'attends avec impatience la suite!!! bravobom
pativore
pativore
Président des USA

Féminin Nombre de messages : 6876
Age : 34
Localisation : Les pieds à Paris, la tête on ne sait où...
Date d'inscription : 25/09/2006

Revenir en haut Aller en bas

La boîte de Pandore Empty Re: La boîte de Pandore

Message  Ptit Dem Taylor le Dim 22 Oct - 20:04

Oh oui la suite !! bounce
Ptit Dem Taylor
Ptit Dem Taylor
Agent spécial

Féminin Nombre de messages : 1474
Age : 32
Localisation : sur les genoux d'Eric Szmanda
Date d'inscription : 01/08/2006

Revenir en haut Aller en bas

La boîte de Pandore Empty Re: La boîte de Pandore

Message  Virgile le Dim 22 Oct - 21:55

Merci, c'est gentil ! J'espère que la suite vous plaira. Il s'agit de la première partie du chapitre 1.


Le Vice



- Tu rentres directement après les cours. Si tu es retardé, pour n’importe quel motif, tu nous préviens immédiatement. Cette maison n’est pas une auberge et on n’y entre pas et on n’y sort pas quand on le désire.

L’adolescent gardait le silence sous cette avalanche de recommandations, faussement indifférent à ce que Mattew Kelly lui disait. La femme de celui-ci, Suzanne, aventura un sourire dans la direction du nouveau venu et murmura :

- Sois le bienvenu chez toi, Daniel.

Et elle approcha une main amicale vers son épaule. L’enfant se déroba et le sourire de la mère d’accueil se fana. Son mari prit le relais, conciliant, soudain :

- Je te conduis à ta chambre. Viens, Daniel.

Toujours muet, le jeune garçon se raccrocha à la poignée de sa valise, comme un noyé à sa planche de salut. Une planche bien maigre qui ne contenait que peu d’objets personnels. Les marches qui menaient à l’étage grinçaient sous les souliers usés de Danny et il détesta d’emblée cette musique discordante. La porte de sa chambre, blanche, s’ouvrait sur une pièce lumineuse, malgré l’hiver qui obscurcissait le ciel. Deux fenêtres accrochaient le tableau charmant d’un jardin enneigé. A côté de l’une d’elles, une étagère vide et un bureau, qui attendaient qu’on les remplisse. Le lit, recouvert d’un édredon épais, se collait au mur, pour offrir le plus d’espace possible.

- Je te laisse t’installer. Nous soupons à 18 h 30. Sois prêt.

Dès que le battant se referma, le masque neutre que l’adolescent portait se craquela, jusqu’à disparaître. Son assurance le déserta si rapidement qu’il s’écroula, les genoux ancrés dans le sol. Il rampa et se hissa sur sa couche. Roulé en boule, il tremblait et pleurait. Cette fois, il était vraiment seul, catapulté au cœur d’une ville gigantesque dont il ignorait tout.


Bien plus tard, alors que la nuit tombait déjà, Danny se redressa, vidé de chaque larme, de chaque étincelle de courage. Il se refusait à ranger les quelques vêtements et les babioles qu’il avait amenés avec lui, se persuadant que ce déménagement n’était que temporaire. Rafie serait bientôt libre et il retournait avec lui, à Hialeah.

Des coups enthousiastes percutèrent la porte de sa chambre et il sursauta. Une minuscule fillette s’invita et le dévisagea sans vergogne.

- Sors d’ici, siffla Danny. Tu n’as rien à faire là.

- Elena ?

Une adolescente entra à son tour. Elle plongea l’azur de son regard dans l’ambre de celui de Danny et lui présenta une main polie :

- Bonjour. Je suis Corentine. Et toi, tu dois être Daniel. Mattew et Suzanne nous ont dit que tu arriverais aujourd’hui.

Danny se désintéressa des doigts tendus, espérant retrouver sa solitude. Les manières policées de la jeune fille le rebutaient et l’envie de la mettre dehors, avec un bon coup de pied dans les fesses, le titillait.

- Je veux être seul, grogna-t-il.

- On mange bientôt, annonça la gamine, le menton relevé en signe de bravade.

- Viens, Elena, chuchota Corentine. Laissons-le tranquille.

La jeune fille accusa Danny, de sa pupille céruléenne, alors qu’elle refermait le battant derrière elle.

***


Cette condamnation muette le hantait encore, bien des années plus tard, alors que Danny devenait un homme et que son destin se traçait petit à petit. Aujourd’hui, les accents qui s’évadaient des lèvres invisibles chantaient la même mélodie aux notes réprobatrices.

- Corentine ? souffla-t-il, retrouvant enfin l’usage de la parole.

Il fouillait dans sa veste, à la recherche de sa lampe de poche. Un peu de lumière le rassurerait.

- Tu te souviens de moi ? s’étonna la voix dépouillée de silhouette.

- Q… que fais-tu ici ?

Il ne répondrait pas à sa question. Oui, il se souvenait du juge de ses quatorze ans. Elle l’avait tellement malmené qu’il tremblait encore de ses blâmes répétés. Elle l’avait longuement toisé, du haut de ses treize années d’enfant choyée, de prodige encensé. Il revoyait ses mains élégantes effleurer les touches du piano à queue qui ornait le salon des Kelly, ses longs cheveux auburn lui cachant la moitié du visage.

Une allumette qu’on frotte craqua et, un bref instant, une figure pâle s’encadra dans la lueur dansante de la flamme. Danny s’approcha mais le petit morceau de bois s’était consumé avant qu’il n’atteigne sa cible. A nouveau plongé au cœur des ténèbres, il se mordit les lèvres, jusqu’au sang. Qu’il regrettait que Martin ou Vivian ne l’ait pas accompagné.

- Je me rappelle que tu titubais, quand tu marchais, murmura Corentine, sans heurt.

Ses paroles piquaient, aussi sûrement que le dard d’une guêpe, et faisaient mal. Elles remuaient sans complaisance la fange grotesque de leur enfance.

- Que fais-tu ici ? répéta l’agent du FBI.

Il s’agrippait à cette phrase, pathétique et embourbé. Il avait peur. Peur que tout revienne à la surface, tel un spectre malfaisant. Elle ne devrait pas se trouver là. Elle n’en avait pas le droit. Elle appartenait à ses cauchemars, uniquement.

- Je ne sais pas, finit-elle par avouer.

- D… de quoi ?

- Tu m’as demandé ce que je faisais là. Je ne sais pas.

Confus, sans repère auquel s’accrocher, Danny avait l’impression de sombrer. Il pouvait gérer ça. Il avait digéré le retour de Rafie dans sa vie ; il était même parvenu à assimiler l’échec de son frère, lorsqu’il était retourné en prison, un an après le début de sa liberté conditionnelle. Ce coup du destin ne représentait qu’une étape supplémentaire, un caillou à éviter sur son chemin personnel de la rédemption.

- Sortons d’ici, décida-t-il.

Sa voix sonnait avec plus d’assurance que l’instant précédent et il respirait normalement. Il tendit le bras vers Corentine et sa main entra en contact avec son poignet. Il la tira vers lui et il tâtonna, à la recherche de la porte d’entrée.

La lumière crue du lampadaire qui donnait dans la rue les aveugla une seconde et la jeune femme se frotta les paupières. Elle mâchonna entre ses dents :

- Tu as oublié ton arme à l’intérieur, Daniel.

Il détestait qu’on l’appelle ainsi. Ce prénom était mort, en même temps que celui qu’il avait été. Mais elle avait raison, évidemment. Cette éternelle suffisance le rendait dingue, au même titre que ses œillades dures et inquisitrices.

Danny lui tourna le dos et s’engouffra dans le hangar obscur.
Virgile
Virgile
Nouvelle recrue

Féminin Nombre de messages : 74
Age : 38
Localisation : Besonrieux
Date d'inscription : 16/09/2006

http://www.dvirgile.net

Revenir en haut Aller en bas

La boîte de Pandore Empty Re: La boîte de Pandore

Message  Ptit Dem Taylor le Dim 22 Oct - 22:39

La suite stp !! cheers
Ptit Dem Taylor
Ptit Dem Taylor
Agent spécial

Féminin Nombre de messages : 1474
Age : 32
Localisation : sur les genoux d'Eric Szmanda
Date d'inscription : 01/08/2006

Revenir en haut Aller en bas

La boîte de Pandore Empty Re: La boîte de Pandore

Message  pativore le Lun 23 Oct - 9:03

C'est de mieux en mieux. Vivement la suite! bravobom bravobom
pativore
pativore
Président des USA

Féminin Nombre de messages : 6876
Age : 34
Localisation : Les pieds à Paris, la tête on ne sait où...
Date d'inscription : 25/09/2006

Revenir en haut Aller en bas

La boîte de Pandore Empty Re: La boîte de Pandore

Message  nady le Lun 23 Oct - 17:42

tres interressant en effet je demande une suite!!

bounce bounce bounce
nady
nady
Agent spécial

Féminin Nombre de messages : 1253
Age : 40
Localisation : ailleurs
Date d'inscription : 13/09/2006

Revenir en haut Aller en bas

La boîte de Pandore Empty Re: La boîte de Pandore

Message  clara le Lun 23 Oct - 21:31

Suspense suspense. j'adore, la suite please bounce bounce
clara
clara
Président des USA

Féminin Nombre de messages : 8775
Age : 39
Localisation : sous la douche!
Date d'inscription : 21/08/2006

Revenir en haut Aller en bas

La boîte de Pandore Empty Re: La boîte de Pandore

Message  Virgile le Mar 24 Oct - 14:03

Merci pour vos messages d'encouragements ^^ J'espère que la suite (et fin) de ce premier chapitre vous plaira Very Happy


La première nuit qu’il passa à New York, Danny quitta la maison, par l’une des fenêtres de sa chambre. Dès que ses pieds touchèrent le sol gelé, il regretta de ne pas posséder de vêtements plus chauds. Noël approchait à grands pas et le froid de Brooklyn piquait bien plus que celui de la Floride.

Un peu désorienté, l’adolescent ne savait quelle direction prendre. Il ne connaissait même pas la rue où l’assistante sociale l’avait parqué. Aussi, il avança, un peu au hasard des avenues et des ruelles. Il finit par atterrir devant un nightshop et y pénétra, non sans avoir assuré ses arrières. Il emporta à la caisse un pack de six bières et attendit que le vendeur le totalise. Celui-ci avait l’air suspicieux et il ouvrit la bouche pour réclamer sa carte d’identité. Danny le devança :

- C’est mon père qui m’envoie. Il est dans la voiture, là.

Et il désigna une vieille Cadillac, de l’autre côté de la rue. A son bord somnolait un chauffeur, plongé dans le noir.

- Tu ne devrais pas être au lit, à cette heure ? s’inquiéta le marchand.

Le jeune garçon haussa les épaules, indifférent, et paya les cannettes, avec les derniers dollars nichés dans ses poches. Il franchissait à peine les portes de la boutique que la première gorgée coulait au fond de sa gorge. Il l’attendait depuis longtemps, ce réconfort douillet. S’enfonçant au cœur d’une venelle sombre, l’adolescent se laissa glisser contre le mur, entamant une autre bière. Et encore une autre. Jusqu’à ce que sa conscience s’évanouisse et qu’il oublie ce qu’il faisait là et les raisons de sa venue.


- Eh ! Mon gars ! Tu vas bien ?

Danny sursauta, alors qu’un homme lui secouait l’épaule sans délicatesse. Il se réveillait d’un songe ouaté, peuplé de ses rires et de ceux de Rafie. Il avait froid, maintenant, et un mal de crâne lui brouillait la vue.

- Tu vas bien, mon grand ?

Le type se pencha vers lui et Danny remarqua l’insigne épinglé à sa chemise. Il s’agissait d’un policier et quand celui-ci comprit que l’adolescent avait bu, son inquiétude se mua en mépris.

- Lève-toi, je t’embarque. Et je convoquerai tes parents.

Danny se retint de hurler que ses parents à lui étaient morts, qu’ils l’avaient abandonné et que personne – absolument personne – ne viendrait le chercher.

Le temps de réaliser qu’il ne se trouvait plus dans la ruelle, il était assis face au flic, au poste de police. Le gamin soutint le regard scrutateur et garda effrontément le silence.

- Quel est le numéro de téléphone de ta maison ? demanda finalement le représentant de l’ordre.

- Aucune idée.

Danny s’étonnait lui-même de son arrogance. Il avait passé les trois dernières années à tenter d’échapper aux policiers et, le soir même où il débarquait à New York, il se faisait pincer.

- Très bien. Quel est ton nom ?

- Aucune idée, répéta-t-il.

Les lèvres de l’agent se pincèrent et Danny lisait la colère au fond de ses yeux. Mais l’alcool ingurgité le grisait et lui donnait l’illusion d’être tout puissant.

- Reste là.

L’homme disparut dans une autre pièce et revint quelques secondes plus tard, accompagné d’un autre inspecteur. Ce dernier tenait une photo et il étudia tranquillement son visage. Sous cet examen, les oreilles de Danny s’enflammèrent et il baissa les paupières, mal à l’aise.

- Oui, c’est lui.

- Tu t’appelles Daniel Alvarez ? questionna à nouveau le flic qui l’avait repêché dans la rue.

- Aucune idée, se borna à répondre l’adolescent.

- Ta famille est très inquiète pour toi, Daniel, reprit le deuxième enquêteur.

- Ce n’est pas ma famille.

La révolte couvait sous le murmure et Danny se redressa, prêt à s’enfuir. Mais les policiers étaient plus vifs que lui et ils le contraignirent à se rasseoir.

- On va te ramener chez toi.


***



Quand Danny sortit du hangar désaffecté, Corentine avait disparu. Ses yeux fouillèrent les moindres zones d’ombre mais elle ne s’y trouvait pas. C’est avec soulagement qu’il entendit son téléphone portable sonner.

- Taylor.

- Danny ? C’est Vivian. Tu as trouvé quelque chose ?

- Non, rien du tout. Je rentre au bureau.


Ses collègues l’attendaient, aussi dépités que lui. La piste de John McFarrell se refroidissait de plus en plus et ils n’avaient aucune idée d’où chercher. L’homme avait été vu pour la dernière fois par sa sœur, la veille au soir, trente-trois heures après que sa femme ait signalé sa disparition.

- On est en train de le perdre, souffla Martin.

Samantha se frottait les yeux, épuisée et découragée. Ils en avaient appris très peu sur McFarrell, ce qui rendait leur travail d’autant plus difficile. Le quinquagénaire paraissait sans histoire et il avait une vie sociale très limitée. Il ne sortait de chez lui que pour rendre visite à sa sœur, enfermée dans un asile depuis des années, et aller à son travail : un boulot de professeur de piano, au cœur d’une banlieue chic. Ses élèves l’adoraient et ses collègues du conservatoire le portaient en haute estime. Sa femme assurait évidemment qu’il était sans histoire et, à force de gratter son passé et ses habitudes, les agents du FBI ne pouvaient qu’en convenir.

- On reprend l’enquête depuis le début. Danny, parle-moi de sa famille.

Le jeune homme s’extirpa difficilement de ses pensées, encore entièrement plongé au milieu des yeux de Corentine. Il s’y noyait avec trop de facilités mais ne parvenait pas à regagner la surface.

- Il a une sœur, Candice McFarrell, internée depuis vingt ans pour paranoïa aigue et troubles obsessionnels du comportement. Leurs parents sont morts à quelques mois d’intervalle, quand il avait 27 ans. Le père, d’un cancer généralisé, et la mère a fait une dépression qui s’est soldée d’un suicide par médicaments.

- Et sa femme ? demanda le patron, incisif.

Sam prit le relais :

- Ils sont mariés depuis 23 ans et n’ont pas d’enfant. Lisa nous a confié qu’elle ne pouvait pas en avoir. Ils sont heureux en ménage et ont très peu d’amis.

- Repliés sur leur propre couple, compléta Vivian.

- Son emploi du temps des deux dernières semaines.

- Conservatoire. Sa sœur. La maison. Même chose pour tous les autres jours, soupira Elena.

Elle grignotait des sucreries, pour calmer ses nerfs, tant l’enquête piétinait. Danny essaya de chasser ce souvenir-là de sa mémoire.

- Vu pour la dernière fois avec sa sœur, hier à 19H30, après les heures de visite, renseigna Jack. Ce qu’il ne fait jamais. Et on le recherchait déjà à ce moment-là.

- Aucun retrait d’argent depuis sa disparition, ni de contact téléphonique, avec qui que ce soit. Cet homme ne veut pas être retrouvé, conclut Martin. Et on ignore pourquoi.

- Rien dans son comportement ne présageait ça. Et personne de suspect ou d’étranger ne l’a approché.

Danny se passa une main lasse dans les cheveux, pour se concentrer sur les paroles de ses collègues. Il murmura :

- Peut-être disait-il adieu à sa sœur. Peut-être qu’il est parti de son plein gré, là où le soleil brille tous les jours de l’année.

- Impossible, le contredit Samantha, la voix cassante. On vient de le dire, Danny ! Ses comptes en banque n’ont pas bougé d’un iota. Je penche pour un enlèvement.

- Mais alors, pourquoi n’y a-t-il pas eu de demande de rançon ? Et que faisait-il au centre psychiatrique ? s’étonna Vivian.

- Très bien ! se décida finalement Jack. Danny, Vivian, vous allez voir la sœur et essayez de lui tirer quelque chose. Elle peut sans doute nous aider. Martin, tu viens avec moi : on retourne interroger Lisa McFarrell. Elle doit nous cacher quelque chose. Sam, tu reprends tous les appels téléphoniques qu’il a reçus et qu’il a passés. Elena, tu l’aides.

Chacun ayant une nouvelle tâche à accomplir, le bureau reprit une ambiance feutrée. Danny enfila sa veste et Vivian lui chipa ses clefs.

- Je conduis.

Le ton de la femme ne permettait aucune contestation et le jeune homme lui céda le volant de sa propre voiture. Tandis qu’elle incrustait le 4X4 au milieu de la circulation new-yorkaise, Vivian jeta une œillade inquiète vers Danny qui regardait par la fenêtre. Ce n’était pas dans ses habitudes de garder le silence, surtout lorsqu’ils étaient sur une affaire aussi délicate. Depuis son retour du Bronx, il semblait ailleurs, en dedans de lui-même. Et ce n’était jamais une bonne chose.

- Tu as quelque à me dire ? tenta-t-elle.

- Pardon ? dit-il, surpris. Non, non, tout va bien.

La réponse préférée de Danny Taylor. Elle l’avait entendue mille fois, si pas plus. Et elle ne lui convenait jamais parce qu’elle sonnait faux.

- Il s’est passé quelque chose, tout à l’heure ?

Le jeune agent tourna la tête vers elle, sur la défensive. Il se refermait comme une huître et sa voix devint agressive quand il répondit :

- Non, rien du tout. Qu’est-ce qui te fait dire ça ?

Vivian attendit d’être à un feu rouge avant de capturer le regard de son coéquipier. Ses pupilles se dilataient sous le coup de la colère et leur contour se noircissait.

- Ne te braque pas, Danny. Je te trouve distrait, voilà tout. Et je m’interrogeais.

Les mâchoires durcies, il siffla :

- Tu ne devrais pas. Il n’y avait rien, dans ce hangar et cela m’a mis de mauvaise humeur.

Vivian n’insista pas. Danny reprit sa contemplation monotone du paysage urbain. Ils n’échangèrent plus un mot, jusqu’à leur arrivée à l’asile. Ils se garèrent dans la rue, en face de l’entrée et Danny sauta hors de la voiture, comme s’il avait le diable à ses trousses. Il balaya l’avenue d’un regard vague et achoppa l’enseigne lumineuse d’un café. L’envie de prendre un verre le tenaillait, comme chaque jour. A chaque heure. Mais cette fois, s’il avait été seul, peut-être aurait-il cédé à la tentation. Les paroles de Corentine lui tambourinaient les tempes :

« Je me rappelle que tu titubais, quand tu marchais ».

Que faisait-elle là-bas ?

Danny se redressa et suivit Vivian qui pénétrait déjà dans l’enceinte du centre. Il rajusta sa cravate, de façon automatique. Peut-être parlerait-il à Elena, ce soir.
Virgile
Virgile
Nouvelle recrue

Féminin Nombre de messages : 74
Age : 38
Localisation : Besonrieux
Date d'inscription : 16/09/2006

http://www.dvirgile.net

Revenir en haut Aller en bas

La boîte de Pandore Empty Re: La boîte de Pandore

Message  clara le Mer 25 Oct - 21:18

Super ta fic thumleft .
Au fait Danny a ouvert la boite? et seule reste l'Espérence, c'est bien ça que veut dire le titre

Si j'ai bien retenue mes notion de mythologie en attendant j'adore. Alors la suite bounce
clara
clara
Président des USA

Féminin Nombre de messages : 8775
Age : 39
Localisation : sous la douche!
Date d'inscription : 21/08/2006

Revenir en haut Aller en bas

La boîte de Pandore Empty Re: La boîte de Pandore

Message  pativore le Jeu 26 Oct - 2:09

clara a écrit:Super ta fic thumleft .
Au fait Danny a ouvert la boite? et seule reste l'Espérence, c'est bien ça que veut dire le titre

Si j'ai bien retenue mes notion de mythologie en attendant j'adore. Alors la suite bounce

Normalement c'est bien ça. Pandore ouvre la boite et libère tous les maux du monde et la referme en s'en apercevant, ne laissant que l'espoir dedans... Et Danny va en avoir besoin j'ai l'impression (en plus il y a Elena dans le coup alors... rhhha je sais je suis méchante. J'arrête, promis... enfin j'essai...).
En tout cas, toujours aussi bien écrit. Je suis à fond dedans et attend vivement la suite.
pativore
pativore
Président des USA

Féminin Nombre de messages : 6876
Age : 34
Localisation : Les pieds à Paris, la tête on ne sait où...
Date d'inscription : 25/09/2006

Revenir en haut Aller en bas

La boîte de Pandore Empty Re: La boîte de Pandore

Message  Virgile le Dim 5 Nov - 16:41

Merci à toutes les deux pour vos commentaires.

Oui, Clara, tu as bien retenu tes leçons de mythologie mais je me permets de faire une petite modification à ce que Pativore dit. "Seul l'espoir subsiste", certes. Mais est-ce vraiment l'un des maux de l'Univers ? Je ne pense pas. Erreur de traduction des anciens récits ? Je pencherais plutôt pour ça et je dirai que "seul l'espérance du fou subsiste" Wink

Je vous mets donc la première partie du chapitre 2, en espérant qu'elle vous plaise !

Oh ! Et une petite précision : je n'aime pas non plus le personnage d'Elena. Mais le fait qu'elle connaissait Danny "avant" titille ma curiosité.



La tromperie



Elena suspendit sa respiration parce que la question la suffoquait. Pourquoi Danny lui parlait-il de cela ? N’avaient-ils pas établi un accord entre eux ? On n’évoque pas le passé. Ils ne se connaissaient pas, tous les deux. Aucun souvenir ne les liait l’un à l’autre.

- Tu étais d’accord pour oublier, accusa-t-elle.

Le jeune homme se décomposa à son tour. Elle le trouvait très pâle mais lui en voulait trop pour se rendre compte de son malaise. Elena se rappelait de tout, concernant cette époque. Elle n’avait vécu chez les Kelly que quelques mois mais cette période l’avait radicalement changée. Si Mattew et Suzanne étaient des gens merveilleux et attachants, elle ne parvenait pas à gommer le comportement de certains enfants qu’ils accueillaient. Et à l’âge de six ans, ce genre d’évènements marquait.

- Je sais. Mais… je… je suis désolé, Elena.

Danny ébouriffa davantage ses cheveux en épis, comme pour s’éclaircir les idées. Il paraissait confus et elle le soupçonna un instant d’avoir bu. Mais son haleine ne sentait pas l’alcool et elle se fustigea de son manque de confiance. Il avait changé, n’est-ce pas ? Ce n’était plus la même personne que celle de son enfance. Elle le connaissait, maintenant, travaillait avec lui depuis plus d’un an. Elle lui confierait sa vie, s’il le fallait.

- Oui, je m’en rappelle, souffla-t-elle, la voix presque inaudible. Elle jouait du piano, le soir, avant qu’on aille se coucher. Pourquoi me demandes-tu ça ?

Ils n’étaient plus que tous les deux, au siège du FBI, mais continuaient de chuchoter, craignant presque que quelqu’un les surprenne.

- Je ne sais pas.

La jeune femme fronça les sourcils et elle s’extirpa de ses propres souvenirs, inquiète, dérangée par la mine sombre qui lui faisait face. Elle posa une main rassurante sur celle de Danny.

- Parle-moi, Danny, exigea-t-elle, terrifiée par son manque de réaction.

- Tu étais si jeune. Tu ne peux pas te remémorer tout ça.

- Tout « ça », quoi ? Aide-moi.

Il dégagea ses doigts et enterra sa tête entre ses mains tremblantes. Ses épaules s’affaissèrent, sous la force d’un poids invisible. Il ployait face à une culpabilité si puissante qu’Elena se sentit incapable de le soulager.

- J’avais si mal. Et je haïssais avec tant de conviction. J’espérais détruire les autres et les emporter avec moi dans mon enfer. J’y ai mis tant d’ardeur que je suis presque parvenu à emmener Corentine au cœur de mes ténèbres.

- Oui, je sais. Parce que j’avais six ans, tu crois sincèrement que je ne voyais rien ?

- Je voudrais… je voudrais tout oublier.

Ses yeux bruns la supplièrent, éperdus. Et elle se détesta une nouvelle fois de l’avoir jugé avec autant de cruauté. L’abysse dans lequel il s’enfonçait la fit tressaillir.

- Pourquoi, Danny ? Pourquoi tu penses à ça ? Que s’est-il passé, cet après-midi ?

- C’était si étrange, ce fantôme de notre passé. Et pourtant…

Il s’interrompit et se releva, animé d’une détermination nouvelle. Elena n’eut pas le temps de le retenir : il venait de quitter les bureaux et les portes de l’ascenseur se refermèrent sur lui. La jeune femme hésita longuement avant de s’emparer de son téléphone portable.

- Jack ? C’est Elena.

***


Elena se réveilla en pleurnichant. Les bruits et les cris qui résonnaient en bas lui faisaient peur. Une porte claqua violemment, faisant trembler les murs de la maison. Son ours en peluche accroché à sa menotte, elle quitta son lit douillet et bien chaud et se dirigea vers le salon, là où elle entendait Suzanne pleurer. Suzanne pleurait parfois, quand un des enfants qu’elle gardait s’en allait et retournait dans sa famille. Elle disait qu’elle était heureuse qu’ils rentrent chez eux, parce qu’ils allaient être bien avec leur vraie famille, mais elle était triste aussi, parce qu’elle les aimait. Elle le lui avait expliqué, quand Rodrigue était parti, la semaine dernière, retrouver sa maman.

- Suzanne ? chuchota la fillette, en bas des marches.

- Elena, chérie ! Que fais-tu debout ? s’étonna la jeune femme en se précipitant vers elle.

Elle la serra fort contre elle, en une étreinte de vraie maman. Ses yeux brillaient et une ride s’était formée au coin de sa bouche. Elle était inquiète.

- Pourquoi tu pleures ? Où est Mattew ?

- Il va bientôt arriver.

- C’est lui qui criait ? Il en avait après toi ?

- Non, chérie, bien sûr que non ! Ne te tracasse pas, mon ange.

Elena avait reconnu la voix de son père d’accueil, elle en était certaine. Mais elle ne voulait pas faire plus de peine à Suzanne. Aussi, elle passa ses petits bras autour de son cou et lui embrassa la joue. Son nounours tomba à terre, néanmoins, elle ne se tortilla pas pour essayer de le récupérer.

- Si tu retournais dans ton lit, Elena ?

La petite fille acquiesça et se laissa conduire dans sa chambre. Suzanne replia le drap sous son menton et lui baisa doucement le front. Quand elle referma le battant, Elena se souvint que son doudou était resté en bas. Elle s’interrogea longuement avant de rallumer la lampe de chevet. Au moment où elle descendait l’escalier, la porte d’entrée s’ouvrait sur Mattew et le nouvel enfant des Kelly, Daniel. Ce dernier avait un regard terrible et Elena frissonna.

- Daniel ! s’écria Suzanne, sans s’apercevoir que la fillette était à nouveau debout. Tu nous as fait si peur.

Elle voulut enlacer l’adolescent, comme elle venait de le faire avec Elena mais celui-ci se déroba, une grimace horrible sur son visage halé. Il s’échappait avec répugnance, refusant le moindre contact.

- Ne me touchez pas, gronda-t-il. Je ne veux pas rester ici.

- C’est une décision du juge, Daniel, s’interposa Mattew. Tu n’as pas le choix. Monte dans ta chambre, nous parlerons de tout cela quand tu seras reposé.

La mâchoire serrée, les lèvres pincées en une ligne dure, Daniel ne ressemblait plus à un adolescent. Il s’arrêta une brève seconde devant Elena et la bouscula sans ménagement. La petite glapit de douleur mais il ne se retourna même pas quand Mattew lui cria de s’excuser.

- Ce n’est rien, chérie, la réconforta-t-il. Il ne voulait pas te faire mal. Pourquoi tu ne dors pas ?

- J’ai oublié mon ours dans le salon, sanglota-t-elle.

Suzanne le lui confia et elle aida son mari à la recoucher. Ils restèrent de longues minutes avec elle, pour la rassurer, la calmer. En sécurité, elle s’endormit enfin, leurs yeux la couvant de leur amour.
Virgile
Virgile
Nouvelle recrue

Féminin Nombre de messages : 74
Age : 38
Localisation : Besonrieux
Date d'inscription : 16/09/2006

http://www.dvirgile.net

Revenir en haut Aller en bas

La boîte de Pandore Empty Re: La boîte de Pandore

Message  pativore le Dim 5 Nov - 17:08

Ah, mais c'est trop cruel de s'arrêter si tôt. J'étais vraiment dedans et pof... fini!!! J'espère que la suite arrivera vite car il faut que je te le dise, je suis une fan de cette fic! D'ailleurs tu as même réussi à me rendre le personnage d'Elena sympathique (c'est pour dire...).
Alors vite vite vite la suite!!
pativore
pativore
Président des USA

Féminin Nombre de messages : 6876
Age : 34
Localisation : Les pieds à Paris, la tête on ne sait où...
Date d'inscription : 25/09/2006

Revenir en haut Aller en bas

La boîte de Pandore Empty Re: La boîte de Pandore

Message  Mouchette le Dim 5 Nov - 17:57

Superbe fic! J'attends la suite miammiam

pativore a écrit:Ah, mais c'est trop cruel de s'arrêter si tôt.

Ah! tu vois comme c'est horrible, quand ça s'arrête comme ça! Tu es aussi spécialiste pour ça, il me semble... Wink
Mouchette
Mouchette
Directeur Adjoint

Féminin Nombre de messages : 3584
Age : 38
Localisation : Suisse
Date d'inscription : 15/09/2006

Revenir en haut Aller en bas

La boîte de Pandore Empty Re: La boîte de Pandore

Message  DJMandarine le Dim 5 Nov - 21:19

Histoire fantastique... j'accroche bien.

Moi aussi, je me demande quel est le vrai lien entre Danny et Elena... Et les lier dès l'enfance, je trouve ça bien imaginé.

Allez, je demande une suite !!! bounce bounce
DJMandarine
DJMandarine
Nouvelle recrue

Féminin Nombre de messages : 187
Age : 36
Localisation : quelque part dans le monde
Date d'inscription : 26/09/2006

Revenir en haut Aller en bas

La boîte de Pandore Empty Re: La boîte de Pandore

Message  Théana le Dim 5 Nov - 21:31

Et oui, beaucoup de fic sur le forum mais je dois avouer que celle ci est bien partie pour être top .... la suite ?? !! Very Happy
Théana
Théana
Président des USA

Féminin Nombre de messages : 9841
Localisation : sous la couette, de préférence ...
Date d'inscription : 08/10/2006

Revenir en haut Aller en bas

La boîte de Pandore Empty Re: La boîte de Pandore

Message  clara le Lun 6 Nov - 22:23

Toujours aussi géniale alors la suite avec impatience bounce bounce bounce
clara
clara
Président des USA

Féminin Nombre de messages : 8775
Age : 39
Localisation : sous la douche!
Date d'inscription : 21/08/2006

Revenir en haut Aller en bas

La boîte de Pandore Empty Re: La boîte de Pandore

Message  Théana le Jeu 9 Nov - 22:01

snif, y'a pas la suite Sad

Alors à quand ??
Théana
Théana
Président des USA

Féminin Nombre de messages : 9841
Localisation : sous la couette, de préférence ...
Date d'inscription : 08/10/2006

Revenir en haut Aller en bas

La boîte de Pandore Empty Re: La boîte de Pandore

Message  Virgile le Sam 11 Nov - 22:35

Bientôt, je promets. Mais là, je suis dans la correction du dernier chapitre de la première partie de ma trilogie originale. Plus qu'un chapitre, un ! Je pensais ne jamais voir le bout Mr.Red
Virgile
Virgile
Nouvelle recrue

Féminin Nombre de messages : 74
Age : 38
Localisation : Besonrieux
Date d'inscription : 16/09/2006

http://www.dvirgile.net

Revenir en haut Aller en bas

La boîte de Pandore Empty Re: La boîte de Pandore

Message  Jenny le Dim 12 Nov - 3:38

Ben j'ai hate moi Very Happy !
Jenny
Jenny
Attorney General

Féminin Nombre de messages : 5957
Age : 38
Localisation : En prison...
Date d'inscription : 19/05/2006

http://jenny2802.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

La boîte de Pandore Empty Re: La boîte de Pandore

Message  pativore le Dim 12 Nov - 16:21

J'espère que c'est pour bientôt. J'ai hâte de connaitre la fin de ce chapitre!!!
pativore
pativore
Président des USA

Féminin Nombre de messages : 6876
Age : 34
Localisation : Les pieds à Paris, la tête on ne sait où...
Date d'inscription : 25/09/2006

Revenir en haut Aller en bas

La boîte de Pandore Empty Re: La boîte de Pandore

Message  Théana le Sam 18 Nov - 16:22

cyclops

je jette juste un oeil plein d'espoir pour avoir une suite ... lol!
Théana
Théana
Président des USA

Féminin Nombre de messages : 9841
Localisation : sous la couette, de préférence ...
Date d'inscription : 08/10/2006

Revenir en haut Aller en bas

La boîte de Pandore Empty Re: La boîte de Pandore

Message  Orély le Sam 18 Nov - 17:07

Clair!!! la suite, la suite, la suite...... c'est vraiment une hyper méga bonne fiction
on en pleurerait d'impatience!!! Sad
Orély
Orély
Nouvelle recrue

Nombre de messages : 69
Localisation : NY devant un match des Mets
Date d'inscription : 12/11/2006

Revenir en haut Aller en bas

La boîte de Pandore Empty Re: La boîte de Pandore

Message  Théana le Sam 25 Nov - 22:43

coucou Une suite svp, please, prego !!!!!!!!! coucou
Théana
Théana
Président des USA

Féminin Nombre de messages : 9841
Localisation : sous la couette, de préférence ...
Date d'inscription : 08/10/2006

Revenir en haut Aller en bas

La boîte de Pandore Empty Re: La boîte de Pandore

Message  pativore le Dim 26 Nov - 14:25

Mais alors, il n'y a toujours pas de suite! surprised2 surprised2
L'attente devient dure, moi ze veut la suite, zut! rgrrr rgrrr
J'espère qu'elle viendra bientôt et que ce sera toujours aussi bien... bravobom
pativore
pativore
Président des USA

Féminin Nombre de messages : 6876
Age : 34
Localisation : Les pieds à Paris, la tête on ne sait où...
Date d'inscription : 25/09/2006

Revenir en haut Aller en bas

La boîte de Pandore Empty Re: La boîte de Pandore

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum