La maison du bonheur

Page 8 sur 15 Précédent  1 ... 5 ... 7, 8, 9 ... 11 ... 15  Suivant

Aller en bas

La maison du bonheur - Page 9 Empty Re: La maison du bonheur

Message  nathaloche le Jeu 15 Nov - 19:10

bravobom bravobom bravobom bravobom bravobom bravobom déjà pour le journal j'ai adoré cette mise en scène !!! bravobom bravobom bravobom bravobom bravobom

mais là je retire tut ce que j'ai dit avant ... je ne veux pas qu'il arrive du mal àmes cocos moi !!! affraid affraid affraid affraid affraid affraid affraid affraid avec cette foule qui pourrait se déchainer !!! ah non oh j'i horreur de cette tension maintenant que je ressents !!!! respect respect respect respect respect

mais respect respect respect respect respect ne va pas faire du mal ni à dan ni à Marty ni à sam,, ni à viking .
... respect respect respect respect respect respect

oh cette suite fait partie de me spréférés déjà parce que tu sais qui !! mais surtout par cette tension qui nait au sein de la popualtion suite au journal !!!

bravobom bravobom bravobom bravobom bravobom

j'ai peur désormais de ce qui pourrait se passer !!! je me croyais dans un film à suivre le scénario comme une gamine qi s'accroche àson oreiller pour cacher son énervement !!! bravobom bravobom bravobom bravobom bravobom bravobom

hio faut la suite et n'oublies pas ... pas de mal !! un peu pour nous faire râler tout de même mais pas de trop !!! je sais pas mais mon pauvre marty ferait mieux de se casser de cette secte rapidos !!! affraid affraid affraid affraid
nathaloche
nathaloche
Directeur Adjoint

Féminin Nombre de messages : 3996
Age : 45
Localisation : dans les bras d'enrique
Date d'inscription : 15/03/2007

http://enriquemurcianoandnath.com/cariboost1/index.html

Revenir en haut Aller en bas

La maison du bonheur - Page 9 Empty Re: La maison du bonheur

Message  Hio-Tin-Vho le Jeu 15 Nov - 19:50

Merci pour les compliments. J'ai bien aimé moi aussi mettre en scène le petit Danny. Genre le touriste en gogette.

Et puis je ne voulais pas avoir un monde tout noir tout blanc alors j'ai fait cette histoire. Et puis ce serait chiant si son enquête se passait sans encombre. Qu'en dites vous ?

Faites gaffes je peut vite passer à la vitesse supérieure... Mr. Green
Hio-Tin-Vho
Hio-Tin-Vho
Directeur Adjoint

Masculin Nombre de messages : 3564
Age : 34
Localisation : Sous le saule pleureur
Date d'inscription : 12/04/2006

http://echo.levillage.org

Revenir en haut Aller en bas

La maison du bonheur - Page 9 Empty Re: La maison du bonheur

Message  sandy le Jeu 15 Nov - 20:41

j'ai hâte de voir àa !! Mr.Red Mr.Red Mr.Red
sandy
sandy
Elève à Quantico

Nombre de messages : 255
Age : 45
Date d'inscription : 09/09/2007

Revenir en haut Aller en bas

La maison du bonheur - Page 9 Empty Re: La maison du bonheur

Message  Hio-Tin-Vho le Ven 16 Nov - 12:06

C'est tout de suite. Suite originale et complexe à la fois. Elle est centrée sur le petit Martin qui vit de grandes aventures.


Mercredi 19 Juin, La Maison du Bonheur, Roanoke

On dit que lorsque le soleil se couche le dernier rayon qu'il montre est un rayon vert. On dit aussi que si deux amoureux aperçoivent ce rayon ils s'aiment pour la vie. On dit aussi beaucoup de bêtises dans les contes de fées. Cela faisait longtemps que Martin avait cessé de croire aux contes de fées. Il avait grandi plus vite qu'il ne l'aurait voulu. Parfois il lui arrivait d'avoir un petit excès de nostalgie. Il regardait ainsi un vieux dessin animé de son enfance et rigolait à nouveau ou il mangeait des gauffres, plein de sucres et très donc très mauvaises pour sa santé. Il adorait les gaufres étant gamin. Il adorait tout plein de choses. Ce n'est qu'en étant adulte que l'on se rend compte le bonheur d'être un enfant. Pas de soucis, pas besoin d'un travail pour gagner sa vie, pas de traites à payer et surtout pas de vie sociale à gérer. Oui mais tout les enfants n'ont pas la chance comme Martin de vivre une vide dorée. Il aurait aimé par exemple que son frère d'armes partage le même destin. Il aurait aimé que tout les enfants est au moins la chance, ne serait-ce qu'un jour de se rendre compte que c'est en étant enfant que l'on vit les plus belles années de sa vie.

Martin n'avait pas réussi à trouver le sommeil. Ils étaient en juin et le soleil se couchait de plus en plus tard. Et pourtant eux partaient s'en dormir plus tôt ce jour là. Apparamment c'était un cadeau de la Mae pour les féliciter du travail accompli. Certes il restait encore le champ de maïs à récolter mais les épis n'étaient pas encore mûrs et ils attendraient au moins une semaine. Et dans une semaine Martin ne sera plus là pour voir ça.

Alors il restait là à contempler ce soleil qui ne cessait de décroître mais qui paraissait ne jamais vouloir disparaître. Sa petite fenêtre n'offrait qu'une brève ouverture sur le monde mais peu lui importait il était bien. Il quitta un instant le soleil et son regard passa furtivement sur le champ de maïs. C'est là qu'il aperçut, enfin qu'il crût apercevoir une silhouette. Il monta plus en avant sur la chaise qui le soutenait mais cela ne devait être qu'un mirage car alors il ne vit plus rien.

Il repris son obersvation du soleil qui n'avait toujours pas quitter le ciel et souffla. Il étai apaisé totu à coup. Puis soudain ce fut un bruit. Cela venait encore du champ de maïs. Cette fois-ci il en était sûr quelqu'un le traversait. Une silhouette fine y déambulait.

Martin descendit de sa chaise. Ferma le rideau, enfila une veste et sortit sans bruit de sa chambre. Il descendit les marches. La maisonnée dormait déjà, épuisée par les ouvrages auxquels en fait l'agent n'avait participé qu'à moitié. Il commençait à se lier d'amitité avec Dyonis et Calliope.Il appréciait leur franchise et leur gentillesse. Il se demandait bien s'ils étaient ensemble et si cela était permi ici.

Dehors il faisait bon. Juste ce qu'il fallait pour passer de bonnes soirées barbecues s'imagina t-il en aperçevant les boeufs qui paissaient tranquillement dans leur enclos. Puis il commença à s'engager dans le champ de maïs.

Les hauts épis l'empêchait de voir plus loin. Il ignorait où il pouvait aller. C'était comme un labyrinthe. De plus la nuit tombait enfin et il n'avait pas pris de torches. Il se demandait s'il ne cherchait pas un fantôme. Il s'imaginait un peu devenir fou. Alors pour s'assurer que tout cela était bien réel. Il commença à appeler.

- « Il y a quelqu'un ? »

Il n'eut aucune réponse, que le silence et une vieille chouette au loin qui hululait. Il espérait que oui il y avait bien quelqu'un sinon cela ne signifiait rien.

- « Eh ! Oh ! Il y a quelqu'un ? »

Dit-il alors plus fort. Mais ce fut son écho qui lui répondit. Il était visiblement seul dans un champ de maïs en pleine nuit à présent à hurler après un fantôme. Il s'apprêtait à repartir lorsqu'il se dit que pour une dernière il serait bien qu'il appelle.

- « Il y a... »

Il avait hurlé ses premiers mots mais une main, une main de femme vint lui empêcher de poursuivre. Une main douce et soyeuse. Fragile et belle. Elle avait l'odeur et le goût de la pêche, il pouvait le dire rien qu'un posant ses lèvres dessus. Devant lui se tenait la belle Calliope. Toujours pareille à elle même. Elle portait une simple robe de taffetas et ses hanches et ses seins semblaient signifier qu'elle n'avait rien en dessous. Elle avait le même regard que la dernière fois qu'il l'avait vu. Mais cette fois il se fit plus malicieux, plus complice. Ils étaient tout les deux pris en faute.

- « Ne criez pas on pourrait nous entendre. Je ne suis pas sûr qu'ils apprécieraient à l'intérieur. Bon on est bien d'accord pas de cris ? »

Martin d'un signe de tête acquiesca. Alors tout doucement elle souleva sa main et laissa le jeune homme respirer. Lui ne cessait de quitter ses yeux. Elle était très belle. Son corps si menu, ses fossettes aux joues, accompagnées de tâches de rousseur lui donnait tout juste dix-huit ans. Mais son allure sûre d'elle et sa façon ce lui parler faisait d'elle une véritable femme. Elle remarqua alors qu'il ne la quittait pas des yeux et commença à rougir.

- « Pourquoi vous me regardez ainsi ?
- Vous êtes très belle.
- Vil flatteur. »

Elle mina la jeune femme offusquée. Elle sembla apprécier le compliment, même plus que de raisons. Martin en avait complètement oublier la raison de sa visite. Mais son mental d'agent repris vite le dessus.

- « Et je peux s'avoir pourquoi vous êtes ici à cette heure tardive ?
- Vous m'espionnez ?
- Vous ne répondez pas à ma question.
- Pour la même raison que vous. Nous sommes à la fraîche, le soleil se couche et surtout c'est un des rares moments où je peut être seule.
- Je ne suis pas sûr que la Mae apprécierait.
- Peut importe. Je suis bien là. Et personne ne pourra m'enlever ce moment de pur bonheur.
- Même pas moi ?
- Encore moins. À part si vous aviez continuer à crier comme un forcené, c'est encore mieux maintenant. »

Cette fois-ci ce fut Martin qui rougit. Il ne soupçonnait pas un tel comportement coquin chez la jeune femme. Mais le froid était tout de même un peu présent et cette simple robe ne la couvrait pas assez. Alors Calliope frissonna. Immédiatement grand seigneur Martin retira sa veste et la déposa sur les épaules de la jeune femme qui le remercia. Il en profita pour poser ses bras autour de son cou. Elle se laissa faire, trop heureuse de sentir une chaleur plus physique.

- « Vous savez que cela fait longtemps que je n'ai pas senti cette chaleur.
- Qu'elle chaleur ?
- Celle du corps d'un homme auprès de moi. Son souffle chaud dans ma nuque, ses mains puissantes qui me touchent et son corps musclé contre ma peau. Cette sensation d'être quelqu'un à travers son regard.
- Très longtemps ?
- Un peu moins d'un an. Peut-être plus. J'ai perdu le fil des jours. La Mae interdit les rapports entre hommes et femmes. Mais vous savez avec la promiscuité c'est dûr. J'ai même failli sauter sur Barry une fois.
- Celui qui souffle autant que les boeufs et qui a de long poils dans le dos qui apparaissent en transparence lorsque sa chemise est pleine de sa transpiration ?
- Lui-même. Un moment de faiblesse, il était là, il n'y avait personne d'autre. Heureusement ce fut vite passé et je n'ai pas fait la bêtise. »

Ils rirent tout les deux. Ils étaient là tout les deux entre les rangs de maïs et ils n'avaient même pas aperçu le fameux rayon vert. Ils restaient ainsi à contempler les étoiles qui apparaissaient peu à peu.

- « Mais pourquoi elle interdit cela la Mae ?
- L'énergie dégagée est inutile. Elle empêche de contrebalancer l'équilibre planétaire.
- Ça se comprend.
- Je crois tout ce qu'elle dit, et loué soit-elle de nous avoir ouvert la voie.
- Mais ?
- Mais ça je n'ai jamais pu totalement l'accepté. J'aime trop la vie pour cela.
- Pourquoi ?
- Pourquoi quoi ?
- Pourquoi est-tu venue ici ?
- J'étais en pleine quête mystique. Je cherchais un sens à ma vie et le catholiscisme de ma mère ne me suffisait plus.
- Catholiscisme ? Ils sont rares les catholiques de ce côté de l'Atlantique.
- Je suis d'origine française.
- Ah mais ton nom c'est grec ?
- C'est plus compliqué que cela. Ouh serre-moi fort je t'en prie. Je ne sais plus trop où j'en suis. Je suis un perdue.
- Je suis là.
- C'est dingue ça fait à peine trois jours que l'on se connait et déjà on est là tel deux tourtereaux qui ont fait le mur à admirer les étoiles.
- Quel mal y-a-t-il à cela ?
- Aucun. »

Plusieurs minutes ils restèrent à observer les étoiles quand tout à coup Calliope brisa le silence.

- « Embrasse moi !
- Pardon ?
- Embrasse moi je t'en pries. J'ai besoin d'avoir l'impression que je n'ai rien oublier. Que je suis toujours là même. La même en mieux. Et à choisir si je te dois le faire avec quelqu'un je préfères que ce soit avec toi qu'avec Barry. »

Elle venait tout juste de finir sa phrase que les lèvres de Martin happèrent celles de la jeune femme. Elles se cherchèrent. Puis elles s'ouvrirent et ce fut leurs langues qui vinrent se rencontrer. Chacune devenaient brûlantes et douces à la fois. Il passa la main dans ses cheveux, elle entra ses petits ongles dans les épaules de Martin. Ils tournèrent et retournèrent sans vraiment se trouver. Puis finalement le baiser se délita. Martin releva la tête elle resta quelques secondes, happant le vide.

- « Wahh ! Ça c'est un baiser ! Comment tu sais faire des choses ainsi ?
- J'ignore ça ne s'apprend pas. »

Là il remarqua que le regarda de la demoiselle devenait encore plus suggestif. Elle le rendait fou. Elle passa son doigt sur ses lèvres, un geste totalement sans équivoque. Comment était-ce possible ? Elle avait raison ils se connaissaient à peine. Mais visiblement elle avait jeté son dévolu sur lui.

Son regard chercha alors tout les parties du corps du jeune homme. Elle passa vite sur ses épaules, s'arrêta un instant sur ses bras musclés, puis son torse et ses abdominaux. C'est quand finalement elle passa à son entrejambe que les choses s'emballèrent. Martin se senti gêner aux entournures. Effectivement elle lui faisait de l'effet.

- « C'est moi qui ait fait ça ? »

Il ne savait plus où se mettre. Mais d'instinct et sans rien lui demander elle plaqua sa main sur son sexe gonflé et se mit à lui sussurer à l'oreille.

- « Pour avoir été gentil avec moi j'ai un petit cadeau pour toi. »

C'est alors qu'elle le força à s'allonger sur le sol. Lui ne résista pas vraiment. Elle ne cessait de passer sa main sur son entrejambe et cela lui plaisait de plus en plus. Puis elle commença à déboutonner son pantalon. Avant de reprendre elle revint mordiller ses lèvres et puis enfin elle retourna entre ses cuisses. Elle baissa un peu son pantalon pour être plus à l'aise. Puis elle fit de même avec son boxer.

Son sexe déjà en demi érection se présenta alors à elle. Elle lui sourit alors. Elle commença par des petits baisers qui se firent plus prononcées. Elle massait par moment ses testicules ou passait sa main sur son torse. Et finalement elle le pris en bouche. Doucement, elle opéra de léger mouvements de va-et-vients. Elle ne cofondait pas les choses, savaient prendre son temps.

Martin lui dans la nuit noire étaient aux anges. Il ne sût expliquer comment cela était arrivé mais c'était arrivé. Il était là entre les épis de maïs et une jeune femme splendide lui procurait un plaisir intense. Par moment elle passa sa langue dessus ou simplement resta à le regarder, laissant le plaisir monter tout seul.

Tout à coup, Martin aperçut une lumière s'allumer à une fenêtre de la demeure. Quelqu'un d'autre était réveiller. S'il les voyait il pouvait dire adieu à son infiltration. Mais arriver à arrêter cela était très difficile pour lui. Mais il se força et quand il eut montrer la lumière à Calliope celle-ci compris aussi.

- « Vite dépêchons nous. »

Mais l'envie de Martin ne disparaissait pas aussi facilement. Il avait beau pensé à des choses désagréables il restait toujours autant perché. Finalement il réussit tant bien que mal alors qu'ils approchaient de la demeure à fermer son pantalon. Dans le hall il déposa un dernier baiser sur les lèvres de Calliope. Celle-ci avant de le quitter lui dit.

- « Je vais chercher ton amie mon petit sucre d'orge. Je te dirais si je l'ai trouvée. »

Ils se séparèrent et Martin regagna son lit en silence. Finalement personne ne les avait repérés. Enfin c'est ce qu'il crût car s'il avait pu être à l'étage supérieur il aurait aperçut Ariane la tête contre le plancher à écouter leurs derniers mots, au travers de la cage d'escalier. Elle était très attentive mais ne voulait surtout pas les déranger. Avant de s'en aller elle aussi elle se parla à elle même.

- « Très bien cela, Benjamin s'attache. Peut-être pas de la bonne façon mais peut importe. Par contre cette amie dont il parle m'inquiète. Je ferais bien d'en parler à la Mae. »

Dès qu'il fut dans sa chambre Martin eut le sourire aux lèvres. Il était heureux et même plus qu'heureux. Il en avait d'un coup oublié pourquoi il était venu. Calliope avait fait envolé toutes ses pensées d'avant, il se sentait un autre homme. Et puis soudain.

- « < Alors là je dis bravo ! > »

Une voix, une voix familière ce fit entendre. Une sorte d'écho dans sa tête. Puis il revint à la réalité c'était Danny qui lui parlait dans l'oreilllette.

- « Dan ?
- < On peut pas dire que tu t'y prenne comme un manche mon garçon. Je pensais que non mais en fait... >
- Attends, attends c'est pas du tout ce que tu crois !
- < Moi je crois rien tu sais. Je constate. Troisième jour et déjà tu as droit un petit plaisir bucco-génital avec la donzelle. J'ai eu du mal à comprendre ce qu'elle te faisait. Mais lorsque j'ai entendu le bruit de la braguette et tes petits cris de fouine je me suis dit, Non ! Il le fait ! Et après on va dire que c'est moi le chaud lapin ! >
- Je...
- < Je suis pris en faute oui tout à fait. Dis un détail tu as une grande chance mon vieux que je m'étais installé pépère avec le casque sur les oreilles. Ni Sam ni Viking n'ont entendu. Cela restera notre petit secret hein ? >
- Oh et puis merde j'ai bien le droit un peu de détente.
- < À cent pour cent d'accord avec toi. Moi perso j'aurais fait pareil. Mais je crois que si Jack l'avait appris tout simplement il m'aurait tué, tué carrément. Toi je crois qu'il te tortura avant. Un long, et long supplice. Allez vieux frère dort bien la nuit va être longue et là du la bien entamé. > »

Martin ne répondit rien et une nouvelle fois il s'allongea tout habillé.
Hio-Tin-Vho
Hio-Tin-Vho
Directeur Adjoint

Masculin Nombre de messages : 3564
Age : 34
Localisation : Sous le saule pleureur
Date d'inscription : 12/04/2006

http://echo.levillage.org

Revenir en haut Aller en bas

La maison du bonheur - Page 9 Empty Re: La maison du bonheur

Message  Hio-Tin-Vho le Ven 16 Nov - 12:07

Mais son sommeil fut de courte durée. À peine avait-il été embarqué dans le monde de morphée qu'il entendit un brouhaha commencer dans la demeure. Il sursauta et se rendit compte que la Maison était en train de se réveiller. Visiblement c'était le branle-bas de combat. Il se leva alors et tira le rideau d'entrée de sa chambre. Tout le monde commençait à courir. Ils se dirigeaient tous vers la sortie. Martin enfila ses chaussures et descendit les escaliers à la suite des autres. Dans la cuisine il aperçut Dyonis qui téléphonait depuis le seul appareil qui existait. Il s'approcha de lui au moment où il raccrochait.

- « Dyonis qu'est-ce qui se passe ?
- Il se passe que quelqu'un à mit le feu, voilà ce qui se passe. Je viens d'appeler les pompiers. Ils ne devraient pas tarder mais en attendant il faut aller l'éteindre.
- Et on fait comment ?
- Tu vas voir. »

Dehors les membres s'étaient mit en file indienne. Deux files s'étendaient sur tout la longueur du terrain. Elles se dirigeaient chacune vers un des coins en contrebas. Martin put alors apercevoir de la fumée et quelques flammes se dégager de là-bas. Le feu était encore circonscrit mais cela ne durerait pas longtemps. La chaleur de ses derniers jours ajoutée à la végétation qu'il y avait autour, tout risquait de cramer. Les haies commençaient à être rongées par les flammes. Il fallait faire vite.

Le groupe était très organisé. La seule chose qu'eut à faire Martin ce fut de combler les trous. Il s'installa et attendit. Très vite les sauts commençèrent à passer de main en main. Ils formaient à présent deux chaînes qui s'attaquaient au bas des flammes. Tout cela s'éxécutait avec une grande précision et rapidité. Presque Martin les retardait. Ils faisaient passer les sauts plein d'eau du bas en haut très rapidement. D'une main ils donnaient le plein vers le bas, de l'autre ils reprenaient les vides.

Au loin la sirère des pompiers se fit entendre. Mais déjà ils avaient contenu le brasier. Les spécialistes n'eurent plus qu'à circonscrire le tout. À eux on leur ouvra bien grand le portail. Quand ce fut autour des pompiers d'attaquer les incendies Martin et tout les autres stoppèrent leur chaîne. Lui immédiatement descendit la propriété et s'approcha des foyers. Le camion était en plein milieu du chemin gravilloneux. Dyonis discutait avec un pompier. Il aperçut aussi Charon de l'autre côté mais n'y prêta pas attention.

Lorsque Dyonis laissa le pompier Martin alla le voir.

- « C'est grave ?
- Non rien de bien méchant au niveau des dégâts. Quelques plants ont souffert, on replantra le tout et ce sera reparti. »

Les pompiers en avaient terminer. Martin en bon agent alla voir de plus près. Un des membres du corps des soldats du feu était resté à proximité il tenta d'engager la conversation.

- « Cela arrive souvent ?
- Ici ? Quelque fois.
- Et comment se passe la lutte contre le feu dans ce cas ?
- Bien on intervient tout simplement. Pourquoi vous posez cette question ?
- Non rien je m'interrogeais c'est tout.
- Vous voulez savoir si on laisserait tout brûler ici c'est ça ? Bien que je viens s'il y a le feu. C'est mon métier, merde. »

L'homme était sur les nerfs. Martin n'insista pas et le laissa repartir avec les autres. Pendant ce temps il alla voir plus en avant de quoi il retournait. C'est là que dans les cendres du brasier encore fumant il aperçut un longue forme en verre. Il en était sûr c'était une bouteille. Dyonis était descendu lui aussi à ses côtés.

- « Un problème ?
- Non. Je crois juste apercevoir une bouteille.
- Une bouteillle ? Où ça ?
- Là mais fais gaffe c'est brulant. »

Il l'attrappa tout de même. Effectivement elle était encore brûlante, alors il l'enmitouffla dans un chiffon qu'il avait sûr lui.

Et puis il n'y avait pas que la bouteille il y avait aussi l'odeur. L'odeux âcre et intense, l'odeur d'essence. Cet incendie n'était en rien accidentel, il était criminel. Car dans ses mains Dyonis tenait les restes d'un cocktail molotov et de l'autre côté Fitzgerald en était sûr il y en avait un autre.

Sans même prêter attention à Martin Dyonis remonta au petit trot le terrain. Martin le suivait tant bien que mal. La plupart des membres étaient restés dehors. Ils semblaient interloqués. Quand soudain comme un apparition. Accompagnée de Galinéa la Mae sortit sur le porche. Tout ceux qui étaient entrés sortirent alors. Les autres se rassemblèrent. Martin lui arriva près des gens rassembler.

Et là il comprit pourquoi ils était tous tombés sur son charme. Rien qu'en la voyant il avait la chair de poule, elle avait un charisme foudroyant. Une personnalité hors du commun. Elle était belle, mais pas de la beauté comme on la voit dans les magazines. Elle était plus énigmatique, plus terrible encore. Ensorcelante et envoûtante. Dans une longue robe noire elle se tenait là devant eux qui se regroupaient et pas une fois son regard les quitta. Tellement que sans rien dire déjà elle passait des tas d'émotions.

Avant même de commencer Martin aperçut Dyonis qui toujours sa bouteille à la main alla voir Galinéa. Il lui parla à l'oreille et tranquillement elle écouta. Elle lui dit deux ou trois petites choses et ce l'homme se retira. Il alla continuer à refroidir la bouteille au robinet. Galinéa elle passa l'information à la Mae qui écouta sans rien dire et ne répondit pas.

Pendant que ce silence s'installait Martin vit Calliope à ses côtés. Il lui souria, sourire auquel elle répondit. Mais alors il s'aperçut qu'elle portait encore sa veste. Il lui désigna le vêtement et immédiatement elle le retira, rouge de confusion. Du plus discrètement qu'ils purent elle le lui passa.

C'est à ce moment là que la Mae pris la parole. Elle était ronde et forte. Sans micro ni artifice elle leur parla.

- « Mes enfants. Aujourd'hui est un triste jour pour notre communauté. Nous révions tous d'un havre de paix, d'un lieu de bonheur et de joie, pour nous mêmes pour nos enfants. Nous ne souhaitions qu'être ensemble et partager une vie faite de grandes joies et de profondes satisfactions. Nous espérions ce temps immémorial. Mais les nuages noirs du fléau guettait le moment où nous serions moins prudent plus vulnérable. Nous savions tous que ce jour arriverait mais nous le reculions le plus possible. Nous repoussions cette éventualité. Mais ce jour est arrivé mes enfants. Et ce jour est terrible. Il ne s'agit pas d'un accident qui a provoqué ces flammes mais bien d'une volonté de sinistres hommes de nous nuire. Mais que veulent-ils ? Visiblement ils n'ont que peu d'intérêt pour la vie humaine car ici il y a des gens qui y vivrent. Des enfants, des femmes, des malades. Notre vie à si peu d'importance pour eux ? Oui ! Ils sont venus pour nous nuire, ils ne cherchent que cela et ils feront tout pour nous éliminer. Mes enfants je crains que désormais nous ne pouvons compter que sur nous mêmes. Il faut que nous soyons solidaires face à l'adversité. Unis en pleine tempête car le soutien ne viendra jamais de l'extérieur. C'est eux qui l'ont voulu mais désormais nous sommes leurs ennemis et rien ne pourra y changer. Nous nous sommes capables de vivre sans eux, mais sont-ils capables de vivre sans nous ? Seul l'avenir nous le dira. Nous lutterons pied à pied comme les indiens l'ont fait contre les colons contre l'envahisseur. Ce n'est pas un simple incendie, c'est une déclaration de guerre. Nous n'avons plus qu'un seul et unique choix. Avec nous ou contre nous. »

Au bout d'un certain temps Martin avait perdu le fil des explications de la Mae mais il ne pouvait détourner son regard du sien. Elle vous transperçait à chaque fois qu'elle vous voyait, mais en même temps ce regard vous réconfortait plus qu'il ne vous agressait. À ses côtés Martin se sentait beaucoup mieux.

La foule se dispersa. Chacun serra la main de la Mae avant de regagner sa chambre. Seul un petit groupe restait encore. Martin était dans les derniers. Quand il arriva auprès de la Mae c'est elle qui lui tendit la main. Il se sentit le besoin d'y répondre pour ne pas la froisser. Et dès que sa peau toucha la sienne il reçut comme un décharge électrique, une sensation de bien être le parcouru alors. Il était bien.

- « Benjamin. J'ai beaucoup entendu parler de vous. En bien, bien sûr.
- C'est vrai ? J'en suis content.
- Vous semblez être actif dans la communauté, c'est bien. Il faudrait beaucoup de gens comme vous pour nous défendre, pour nous protéger. Le danger est imminent désormais.
- Je ne sais pas trop.
- Je comprends vous êtes encore indécis. Et en d'autres circonstances j'aurais compris mais là les choses sont différentes et il faut savoir où est sa place et surtout qui nous sommes. Notre avenir en dépend.
- Je ne me sens pas totalement prêt.
- Quand vous le saurez alors vous pourrez entrer pleinement dans notre communauté. La joie et l'alégresse que vous ressentirez alors vaudront mille fois les tourments qui nous traverse. »

Ils se quittèrent. Martin ne sut dire alors ce qui s'était passé mais alors qu'il faisait tout pour s'en aller il avait comme un besoin irrépressible de retourner la voir, de la côtoyer à nouveau. Il était attiré par elle, mais une attirance quasi magnétique. Il comprenait de plus en plus l'effet qu'elle pouvait produire sur des personnes faibles.
Hio-Tin-Vho
Hio-Tin-Vho
Directeur Adjoint

Masculin Nombre de messages : 3564
Age : 34
Localisation : Sous le saule pleureur
Date d'inscription : 12/04/2006

http://echo.levillage.org

Revenir en haut Aller en bas

La maison du bonheur - Page 9 Empty Re: La maison du bonheur

Message  sandy le Ven 16 Nov - 15:34

Mama Mia !!!! La première partie fut chaude !!! Très chaude !!!!!!! Mr.Red Mr.Red Mr.Red Mr.Red Mr.Red
Comment Calliope a réussi à toucher son torse sans se rentre compte qu'il avait un micro What the fuck ?!? ??? Il est vrai qu'elle avait d'autres chats à fouetter rolles rolles ptdr ptdr

Et Martin qui commence à faiblir devant la Mae ... rien de bon la-dedans pascontent

Mais vite une SUITEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEE !! respect respect respect respect
sandy
sandy
Elève à Quantico

Nombre de messages : 255
Age : 45
Date d'inscription : 09/09/2007

Revenir en haut Aller en bas

La maison du bonheur - Page 9 Empty Re: La maison du bonheur

Message  Hio-Tin-Vho le Ven 16 Nov - 15:36

sandy a écrit:Mama Mia !!!! La première partie fut chaude !!! Très chaude !!!!!!! Mr.Red Mr.Red Mr.Red Mr.Red Mr.Red
Comment Calliope a réussi à toucher son torse sans se rentre compte qu'il avait un micro What the fuck ?!? ??? Il est vrai qu'elle avait d'autres chats à fouetter rolles rolles ptdr ptdr

Désolé j'ai fait une boulette bon ben disons qu'à ce moment là il l'avait mis dans son dos. Ca va là ?
Hio-Tin-Vho
Hio-Tin-Vho
Directeur Adjoint

Masculin Nombre de messages : 3564
Age : 34
Localisation : Sous le saule pleureur
Date d'inscription : 12/04/2006

http://echo.levillage.org

Revenir en haut Aller en bas

La maison du bonheur - Page 9 Empty Re: La maison du bonheur

Message  Théana le Ven 16 Nov - 22:00

ptdr ptdr ptdr ptdr oh Hio, j'en suis choquée ptdr ptdr

mais elle est pas sympa la fille, elle aurait pu le finir au moins ptdr ptdr ptdr


Martin joue avec le feu quand même !!!

la suite !!!
Théana
Théana
Président des USA

Féminin Nombre de messages : 9841
Localisation : sous la couette, de préférence ...
Date d'inscription : 08/10/2006

Revenir en haut Aller en bas

La maison du bonheur - Page 9 Empty Re: La maison du bonheur

Message  Scully le Ven 16 Nov - 22:03

Je n'ai pas encore rattrapé tout mon retard ...
mais j'aime beaucoup

_________________
La maison du bonheur - Page 9 Ms_ban12 La maison du bonheur - Page 9 Alien-en-bocal
Scully
Scully
Président des USA

Féminin Nombre de messages : 9198
Age : 42
Localisation : Bretagne
Date d'inscription : 05/02/2006

Revenir en haut Aller en bas

La maison du bonheur - Page 9 Empty Re: La maison du bonheur

Message  nathaloche le Ven 16 Nov - 23:06

Mr.Red Mr.Red Mr.Red Mr.Red quelle suite mis c'est vrai que moi j'ai pensé tout de suite au icro et àcelui qui écoutait certainement alors j'ai pas pu m'empêcher de rire au fur et àmesure de la petite gaterie !!! ptdr ptdr ptdr ptdr ptdr ptdr ptdr

alors on part sur du rès chaud et ensuite danny qui lui remet els idées au clair ptdr ptdr ptdr

pour arriver sur du affraid affraid affraid affraid affraid t martin qui commence à être envouté par la miss mae !!! ah non allez marty t'es plus fort que cela !!! bravobom bravobom bravobom bravobom bravobom bravobom
nathaloche
nathaloche
Directeur Adjoint

Féminin Nombre de messages : 3996
Age : 45
Localisation : dans les bras d'enrique
Date d'inscription : 15/03/2007

http://enriquemurcianoandnath.com/cariboost1/index.html

Revenir en haut Aller en bas

La maison du bonheur - Page 9 Empty Re: La maison du bonheur

Message  sandy le Ven 16 Nov - 23:24

Hio-Tin-Vho a écrit: Désolé j'ai fait une boulette bon ben disons qu'à ce moment là il l'avait mis dans son dos. Ca va là ?

Pas de pb Wink et sincèrement je l'ai bien vite oublié aussi le micro Mr.Red ptdr ptdr
sandy
sandy
Elève à Quantico

Nombre de messages : 255
Age : 45
Date d'inscription : 09/09/2007

Revenir en haut Aller en bas

La maison du bonheur - Page 9 Empty Re: La maison du bonheur

Message  Hio-Tin-Vho le Sam 17 Nov - 15:19

sandy a écrit:
Hio-Tin-Vho a écrit: Désolé j'ai fait une boulette bon ben disons qu'à ce moment là il l'avait mis dans son dos. Ca va là ?

Pas de pb Wink et sincèrement je l'ai bien vite oublié aussi le micro Mr.Red ptdr ptdr

Mais en fait non je me suis pas trompé. J'avais oublié un élément. Vous verrez plus tard je vous expliquerais tout mais il n'y a aucune erreur. Sinon promis dès lundi je vous envoie une suite. Maintenant que je sais parfaitement où je vais. Je me suis fait un petit synopsis, cela ne devrait pas poser de problèmes...
Hio-Tin-Vho
Hio-Tin-Vho
Directeur Adjoint

Masculin Nombre de messages : 3564
Age : 34
Localisation : Sous le saule pleureur
Date d'inscription : 12/04/2006

http://echo.levillage.org

Revenir en haut Aller en bas

La maison du bonheur - Page 9 Empty Re: La maison du bonheur

Message  nathaloche le Sam 17 Nov - 15:24

tant que tu vas vers une fin heureuse moi ça me convient parfaitement !!! Mr. Green Mr. Green Mr. Green Mr. Green et puis il nous faut des répliques encore tordantes entre viking (alex) et dan !!! Mr. Green Mr. Green
nathaloche
nathaloche
Directeur Adjoint

Féminin Nombre de messages : 3996
Age : 45
Localisation : dans les bras d'enrique
Date d'inscription : 15/03/2007

http://enriquemurcianoandnath.com/cariboost1/index.html

Revenir en haut Aller en bas

La maison du bonheur - Page 9 Empty Re: La maison du bonheur

Message  Hio-Tin-Vho le Sam 17 Nov - 15:48

nathaloche a écrit:tant que tu vas vers une fin heureuse moi ça me convient parfaitement !!! Mr. Green Mr. Green Mr. Green Mr. Green et puis il nous faut des répliques encore tordantes entre viking (alex) et dan !!! Mr. Green Mr. Green

Ca ça peut venir. Mais la fin heureuse c'est vite dit. Chut ! J'en ai trop dit. En tout cas évidemment je vous réserves plein de surprises, des bonnes comme des moins bonnes...
Hio-Tin-Vho
Hio-Tin-Vho
Directeur Adjoint

Masculin Nombre de messages : 3564
Age : 34
Localisation : Sous le saule pleureur
Date d'inscription : 12/04/2006

http://echo.levillage.org

Revenir en haut Aller en bas

La maison du bonheur - Page 9 Empty Re: La maison du bonheur

Message  nathaloche le Sam 17 Nov - 15:50

hio , te fais pas prier , postes nous la suite !!! j'epsère que tu seras resté gentil avec marty et dan !!! Mr. Green Mr. Green Mr. Green Mr. Green
nathaloche
nathaloche
Directeur Adjoint

Féminin Nombre de messages : 3996
Age : 45
Localisation : dans les bras d'enrique
Date d'inscription : 15/03/2007

http://enriquemurcianoandnath.com/cariboost1/index.html

Revenir en haut Aller en bas

La maison du bonheur - Page 9 Empty Re: La maison du bonheur

Message  Hio-Tin-Vho le Sam 17 Nov - 16:00

nathaloche a écrit:hio , te fais pas prier , postes nous la suite !!! j'epsère que tu seras resté gentil avec marty et dan !!! Mr. Green Mr. Green Mr. Green Mr. Green

Désolé c'est que pour Lundi. Du rebondissements, des changements et du Danny ça te va ? Enfin pas dans les toutes premières suites tout de même...
Hio-Tin-Vho
Hio-Tin-Vho
Directeur Adjoint

Masculin Nombre de messages : 3564
Age : 34
Localisation : Sous le saule pleureur
Date d'inscription : 12/04/2006

http://echo.levillage.org

Revenir en haut Aller en bas

La maison du bonheur - Page 9 Empty Re: La maison du bonheur

Message  nathaloche le Sam 17 Nov - 16:12

Mr. Green Mr. Green Mr. Green Mr. Green
nathaloche
nathaloche
Directeur Adjoint

Féminin Nombre de messages : 3996
Age : 45
Localisation : dans les bras d'enrique
Date d'inscription : 15/03/2007

http://enriquemurcianoandnath.com/cariboost1/index.html

Revenir en haut Aller en bas

La maison du bonheur - Page 9 Empty Re: La maison du bonheur

Message  sandy le Sam 17 Nov - 20:07

Pas de suite avant Lundi affraid affraid
sandy
sandy
Elève à Quantico

Nombre de messages : 255
Age : 45
Date d'inscription : 09/09/2007

Revenir en haut Aller en bas

La maison du bonheur - Page 9 Empty Re: La maison du bonheur

Message  Scully le Sam 17 Nov - 21:08

ça va me laisser le temps de rattraper mon retard Mr. Green

_________________
La maison du bonheur - Page 9 Ms_ban12 La maison du bonheur - Page 9 Alien-en-bocal
Scully
Scully
Président des USA

Féminin Nombre de messages : 9198
Age : 42
Localisation : Bretagne
Date d'inscription : 05/02/2006

Revenir en haut Aller en bas

La maison du bonheur - Page 9 Empty Re: La maison du bonheur

Message  clara le Dim 18 Nov - 12:39

CA Y EST La maison du bonheur - Page 9 Grand-sourire-bond La maison du bonheur - Page 9 Grand-sourire-bond La maison du bonheur - Page 9 Grand-sourire-bond

J'ai tout ratrappé Mr.Red et qu'est ce que tu veux que je te dise: j'adore!!!!!!

C'est tout à fait ta plume, là tu nous embraque dans un monde...un monde...comment dire....particulier, je ne sais pas où tu veux en venir mais une chose est sur c'est supoer bien mené dako dako dako dako

J'ai lu tout ça comme un livre, bravobom bravobom bravobom bravobom bravobom bravobom bravobom bravobom bravobom bravobom bravobom

Alors je n'aurais qu'une chose à demandé: la suite, et j'ai vu que ce sera lundiLa maison du bonheur - Page 9 Emoticone-msn-sourire-respectLa maison du bonheur - Page 9 Emoticone-msn-sourire-respect

Vivement lundi et si en plus il y a du Danny... Mr.Red Mr.Red Mr.Red

HS

Spoiler:
Sinon j'espère que ça va désolée mais cette semaine était plus que chargée et le temps me manque...la preuve je ne t'ai pas croisé une seule fois La maison du bonheur - Page 9 Pleure-larmes

Alors avec du retard aussi, je t'envoie plein de bisous mon trésor:La maison du bonheur - Page 9 3d-souffle-coeur

FIN HS
clara
clara
Président des USA

Féminin Nombre de messages : 8775
Age : 39
Localisation : sous la douche!
Date d'inscription : 21/08/2006

Revenir en haut Aller en bas

La maison du bonheur - Page 9 Empty Re: La maison du bonheur

Message  Hio-Tin-Vho le Lun 19 Nov - 10:57

Mon ange et à tout le monde. Voici la suite. Alors pas de Danny au programme et je crains pas avant plusieurs suites. Mais quand même du tout bon. J'espère que vous allez aimer. Bon c'est un peu court par rapport à d'habitude mais promis je ferais plus long les fois prochaines.

Voilà, voilou...


Mercredi 19 Juin, Maison de Philippe Carver, Borough Park, Brooklyn

En plein coeur de Brooklyn à proximité de grands parcs de la ville vivait le couple Carver. Lui avocat fiscaliste gagnait très bien sa vie. Il menait grand train et cotoyait les grands de ce monde, il n'était pas rare de le voir dans les soirée mondaines du tout New-York. Elle qu'il avait croisé à la fac de droit c'était tournée vers le journaliste mais la sécurité de l'emploi n'était guère assurée dans ce domaine et rare était les occasions où elle pouvait espérer ramener un peu d'argent au foyer en vendant ses papiers. Les Carver vivaient comme tout les couples modernes, en dehors de chez eux. Mais cela ne les empêchaient pas de prêter beaucoup d'attention à leur chez eux, c'était l'image de marque du mari. Ainsi régulièrement un jardinier passait tondre la pelouse ou tailler la haie tandis que la femme de ménage s'occupait de l'intérieur. Ni monsieur ni madame Carver aurait pensé s'abaisser à ses tâches ingrates.

Alors le jardin avait tout des jardins impersonnels et froids. Il était beau mais parfaitement dans les normes, sans fantaisies, on de disait presque que les plans avaient été tracés à la règle.

Jack s'était dit que la présence de deux femmes auprès du mari ferait meilleur impression. Il allait certainement mettre un sacré souk à Roanoke et il ne fallait surtout pas le pousser à souffler à nouveau sur les braises. Ce fut donc Viviane et Elena qui se rendirent chez lui.

Le quartier n'était pas ce que l'on pouvait appeler un quartier chic mais ici le couple pouvait éviter la comparaison. Ils étaient les riches du coin et cela ça leur plaisait. Elena sonna. Derrière elle entendit « Attendez » porté par une homme à forte voix, puis au bout d'une minute le verrour fut enlevé et il ouvrit.

Un homme afroaméricain d'une trentaine d'années se tenait devant elles. Il avait les lèvres fines et la mâchoire prononcée. Il s'était rasé le crâne et avait dessinné son visage une très légère barbe qui le vieillissait. Visiblement c'était le but. Sans un mot à leur égard il les fit entrer. Il était resté au téléphone et dès qu'elles franchirent le pas de la porte, continua sa conversation dans la cuisine.

Les deux femmes en profitèrent pour faire un petit tour d'horizon de leur environnement. La table de salle à manger était celle art moderne d'un grand designer. Le sofa blanc cassé était posé à côté d'une table basse avec une plaque en marbre noir. D'ailleurs avec le rouge c'était les trois couleurs dominante au rez-de-chaussée. Blanc, noir et rouge. Au mur des tableaux, ou peut-être des posters encadrés pour faire comme de petits artistes contemporains qui débutaient. Elena souria en voyant qu'il n'y avait pas de cheminée. Danny aurait été déçu.

Elles ne se trouvaient pas dans le cliché des nouveaux riches qui étalaient leur argent mais plus dans celui de trentenaires adorant le cinéma bulgare et les yaourts sans sucre et vivant dans un loft pour faire genre. La sobriété à prix d'or.

Quand enfin Philippe Carver revint il éteignit son téléphone devant elles et le posa sur son socle.

- « Veuillez m'excuser ça n'a pas arrêté depuis ce matin. Principalement le journal d'Annette. Ils se réveillent enfin après toutes ses années. Que puis-je pour vous mesdames ? »

La dernière phrase sentait bon la formule de politesse savamment conçu pour activer les choses. Il fallait que ça se passe vite et bien.

- « Nous voudrions parler de votre femme.
- Vous aussi vous décoincer. Comme quoi j'avais raison. Ça va faire quoi ? Deux ans que j'ai déposé un dossier de disparition auprès du FBI. Et qu'est-ce qu'il en été ressorti ? Une enquête rapide, l'audition de deux ou trois personnes et la conclusion finale que ma femme était partie d'elle-même.
- Et bien maintenant nous sommes là.
- Que voulez vous savoir ?
- Tout d'abord pourquoi votre femme est-elle entrée dans ce mouvement ?
- Pour son travail. Elle souhaitait écrire un livre. Elle en avait marre de la rubrique des chats crevés ou des fêtes de quartier. Elle méritait bien mieux. Elle a donc chercher un sujet crédible et intéressant.
- Et pourquoi celui-ci monsieur Carver interrogea Viviane ?
- Pourquoi pas ? Ma femme voulait au départ dénoncer les réseaux terroristes infiltrés sur notre territoire. Mais aucun magazine ne voulait financer une enquête faite par une femme, jeune et noire de surcroît. »

Il pris bien le temps de regarder directement Viviane à ce moment là. Comme pour lui signifier que elle, elle devait comprendre. Viviane elle se demandait surtout où il voulait en venir.

- « Elle a donc rechercher des sujets moins onéreux pour un organe de presse. C'est là qu'elle est tombée sur des informations sur le net issues d'une ancienne adepte protégée par l'anonymat. »


- « Tu vois Philippe c'est pour ça que j'ai voulu faire ce métier pour empêcher de telles dérives.
- Quelles genres de dérives ?
- Et bien là la femme elle parle de choses terribles. De viols, d'agression d'enfants. Imagine que cela arrive à nos enfants.
- Mais on en a pas mon chou.
- Et alors si on en avait ce serait pareil. Je dois dénoncer cette organisation l'a montré sous son vrai visage. Les gens la voit comme une association d'aide au miséreux alors que c'est tout bonnement une organisation criminelle.
- Tu ne vas pas un peu vite en besogne ?
- Non pas du tout. Et puis je certaine que tout cette affaire peut faire bien plus qu'un article.
- Tu sais moi je suis d'accord sur tout ce qui fera ton bonheur.
- Tu es un amour. Il faut que j'infiltre cette secte.
- Ça peut-être dangereux ?
- Et alors Albert Londres s'est bien mis en danger lors de ses enquêtes, ce sont les risques du métier.
- Si tu le dis.

- « Lorsqu'elle a commencé cette enquête je n'étais pas vraiment partisant, trop de danger, trop de stress pour moi. Je me voyais mal rentrer à la maison et me faire annoncer par un policier ou un agent du FBI comme vous qu'elle avait été retrouvée morte. Mais je dois l'admettre ce livre la passionnait, cela la rendait heureuse.
- Depuis combien de temps a-telle commencé cette enquête ?
- Les toutes premières recherches ? trois ans. Et puis c'est vite devenu plus intense. Elle allait régulièrement aux réunions, lisait beaucoup d'ouvrages, rentrait tard le soir ou même pas du tout. À chaque fois qu'elle me croisait elle voulait m'en parler, me raconter tout ce qui se passait. Moi je dois dire qu'à cette époque j'avais beaucoup d'autres soucis. Mais j'écoutais malgré tout.
- Et sa disparition ?
- Il y a deux ans et deux mois. Elle s'est rendue à un stage à Roanoke. Elle devait y rester une semaine. Et puis elle m'a rappelé pour me dire qu'elle resterait plus longtemps. Et une autre fois encore et puis plus rien. Évidemment j'ai appelé la police et vos services, je me suis rendu sur place. Mais personne ne voulait m'écouter. Je savais très bien que ma femme était en danger et que c'était là-bas que les choses se passaient.
- Pourquoi sortir ce livre que maintenant ?
- Parce que j'ai été occupé voyez vous ! Je suis resté plusieurs journées sans relâche à faire ma propre enquête. J'ai rassemblé toutes les informations que je trouvais sur cette soi-disante maison du bonheur. C'est d'ailleurs pourquoi j'ai fouillé ses notes, ses emails, consulter son ordinateur. J'ai même rencontré ses amis, les gens qu'elle avait vu là-bas et qui voulaient bien parler. Et c'est ainsi que je suis tombé sur cette première ébauche de son ouvrage. Le temps de trouver un éditeur. »

À ce moment là le téléphone se remit à sonner et Philippe Carver se leva pour aller décrocher. Une nouvelle fois Viviane et Elena durent attendre qu'il finisse sa conversation. Quand il revint il reposa une nouvelle fois le combiné sur son socle.

- « Excusez moi. On en était où ? Ah oui le livre. Je l'ai écrit pour sensibiliser les gens à ce genre de mouvement, pour les éclairer sur leurs dangerosités.
- Vous reversez les droits à une organisation de protection contre les sectes ?
- Non pourquoi.
- Juste pour savoir.
- Toujours est-il que j'ai le droit de savoir ce qui s'est passé dans cette maison. Je veux que les choses bougent.
- Vous avez de la chance elles vont bouger acquiesça Viviane.
- Très bien.
- Voici un mandat de perquisition pour tout les éléments ayant appartenus à votre femme ainsi que tout les documents qui ont attrait à ce livre. Ne vous inquiétez pas votre éditeur aura le même.
- Mais vous n'avez pas le droit !
- Justement si. »

Viviane savait qu'elle aurait dû prendre des gants et le regard que lui envoya Elena signifiait bien son étonnement face à sa réaction. Mais ce type l'énervait le plus haut point. Le point culminant fut lorsqu'il utilisa le fait qu'il était afroaméricain pour justifier son comportement arrogant et sûr de lui. Tout ce qu'elle voyait elle c'était que Martin était désormais en danger et que Roanoke était en ébullition.
Hio-Tin-Vho
Hio-Tin-Vho
Directeur Adjoint

Masculin Nombre de messages : 3564
Age : 34
Localisation : Sous le saule pleureur
Date d'inscription : 12/04/2006

http://echo.levillage.org

Revenir en haut Aller en bas

La maison du bonheur - Page 9 Empty Re: La maison du bonheur

Message  sandy le Lun 19 Nov - 13:22

Cela devient chaud .... une petite suite encore ??? rolles
sandy
sandy
Elève à Quantico

Nombre de messages : 255
Age : 45
Date d'inscription : 09/09/2007

Revenir en haut Aller en bas

La maison du bonheur - Page 9 Empty Re: La maison du bonheur

Message  nathaloche le Lun 19 Nov - 15:36

respect respect respect respect respect respect respect respect respect respect respect respect

cette suite était prenante avec ce carver !!!et sa femme où est elle alors ? coincée dans cette secte ?? j'ai adoré ce style et vivi egale à elle m^me !!! bravobom bravobom bravobom bravobom bravobom bravobom bravobom bravobom bravobom je veux la suite ...et puis merci parce que y'avait un tit chouilla de danny (la cheminée !!! ptdr ptdr ptdr )

super , encore encore !!!
nathaloche
nathaloche
Directeur Adjoint

Féminin Nombre de messages : 3996
Age : 45
Localisation : dans les bras d'enrique
Date d'inscription : 15/03/2007

http://enriquemurcianoandnath.com/cariboost1/index.html

Revenir en haut Aller en bas

La maison du bonheur - Page 9 Empty Re: La maison du bonheur

Message  Hio-Tin-Vho le Lun 19 Nov - 15:53

nathaloche a écrit:ravobom: bravobom je veux la suite ...et puis merci parce que y'avait un tit chouilla de danny (la cheminée !!! ptdr ptdr ptdr )

super , encore encore !!!

Je savais que cela plaîrait cette histoire de cheminée. Bon n'empêches que ce n'est pas Danny qui sera le centre d'intérêt ces temps-ci. Sinon je n'envoie la suite que demain car je n'en ai plus de véritablement prêtes. Et puis je dois tout revoir un passage qui ne plaît pas...
Hio-Tin-Vho
Hio-Tin-Vho
Directeur Adjoint

Masculin Nombre de messages : 3564
Age : 34
Localisation : Sous le saule pleureur
Date d'inscription : 12/04/2006

http://echo.levillage.org

Revenir en haut Aller en bas

La maison du bonheur - Page 9 Empty Re: La maison du bonheur

Message  sandy le Lun 19 Nov - 16:38

Vivement demain Mr.Red Mr.Red Mr.Red
sandy
sandy
Elève à Quantico

Nombre de messages : 255
Age : 45
Date d'inscription : 09/09/2007

Revenir en haut Aller en bas

La maison du bonheur - Page 9 Empty Re: La maison du bonheur

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 8 sur 15 Précédent  1 ... 5 ... 7, 8, 9 ... 11 ... 15  Suivant

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ne ratez plus aucun deal !
Abonnez-vous pour recevoir par notification une sélection des meilleurs deals chaque jour.
IgnorerAutoriser