La proie du destin (compléte)

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Aller en bas

La proie du destin (compléte) - Page 2 Empty Re: La proie du destin (compléte)

Message  loupiote le Mer 21 Juin - 15:56

C'est pas parce que je demande pas de suite que je ne veux pas de suitte.
Lol la suiiiiiiiiite
loupiote
loupiote
Enquêtes internes

Féminin Nombre de messages : 2439
Age : 30
Localisation : partage sa vie entre Lille 3 (Villeneuve d'asq) et Charleville Mézières
Date d'inscription : 30/10/2005

http://roots0812.skyrock.com

Revenir en haut Aller en bas

La proie du destin (compléte) - Page 2 Empty Re: La proie du destin (compléte)

Message  MissTaylor le Mer 21 Juin - 16:08

Je demande une suite aussi , cette fic est géniale..!! bravobom
MissTaylor
MissTaylor
Nouvelle recrue

Féminin Nombre de messages : 40
Age : 30
Localisation : A New-York
Date d'inscription : 07/06/2006

Revenir en haut Aller en bas

La proie du destin (compléte) - Page 2 Empty Re: La proie du destin (compléte)

Message  Cool life le Jeu 22 Juin - 13:28

- Elle m’a laissé un numéro de téléphone. Cela vient du Hilton, dit Joan dans un souffle.
- Je m’en occupe, dit Danny. Sortez du loft et attendez les agents.
Il raccrocha sans attendre la réponse.
- Qu’est-ce qui se passe ? demanda Martin.
- Il faut prévenir Jack dit Danny en se précipitant vers la sortie. Monsieur Latimer a retrouvé sa femme. Elle est au Hilton. L’appartement de Joan Kesselring a été saccagé.
- Qu’est-ce que…
- Vite dépêche-toi, dit Danny.
Il démarrait déjà quand Martin bondit dans la voiture.



Hôpital :

On frappa à sa porte.
- Madame Johnson, dit une voix d’homme.
Elle essaya de s’asseoir, mais les perfusions dans ses mains résistèrent, provoquant des douleurs dans son bras. Lorsqu’elle fut enfin à peu près redressée, elle était à bout de souffle, elle avait l’impression qu’elle allait vomir. La chambre tournoya. Son cœur ne la faisait plus souffrir, mais elle savait que ce n’était qu’une illusion.
- Entrez, dit Viviane.
- Je suis le docteur Manning, le directeur de l’hôpital Saint Joseph.
- Bonjour docteur, dit Viviane à bout de souffle.
- J’ai discuté avec les docteur Marsh et Benthon. Ils me disent vous avoir averti de votre état. Nous sommes tous d’accord sur le pronostic.
- Le docteur Benthon m’a dit qu’un simple pontage n’était pas envisageable. Est-ce…
- Je pourrais me perdre en explication sur votre cas, mais vous les avez déjà toutes entendues. Vous avez contracté un virus primaire du myocarde, héréditaire, qui a endommagé votre cœur. En termes techniques, vous êtes désormais en phase finale de cardiomyopathie. Autrement dit, votre cœur est à bout. Il est usé. Si vous ne subissez pas l’intervention que nous vous proposons, vous mourrez. Bientôt.
- Je veux bien subir cette opération docteur. J’ai une question qui me vient à l’esprit. Comment se déroule cette opération ?
- Je comprends votre question madame Johnson. Il y a quelques années, une greffe de cœur était une aventure risquée et la plupart des patients mouraient. Les progrès accomplis ont été spectaculaires. Les médicaments antirejet, les immunosuppresseurs ont une grande partie contribuée à la multiplication des succès. 90% des malades mènent une existence relativement normale.
- Relativement normale ? demanda Viviane.
- Vous serez contraint de suivre un traitement et un régime drastique. Si l’UNOS, le réseau organisé du partage des organes, vous reconnaît comme une candidate acceptable, vous figurez en haut de la liste. Le premier cœur conforme sera le votre. Mais, je ne peux rien vous garantir.
- Je pourrais mourir en l’attendant.
- Oui, je suis vraiment désolé.
- Ce n’est pas votre faute docteur.
- Je vous envoie une assistante sociale pour régler quelques détails d’ordre administratifs. Le docteur Benthon repassera vous voir. Le docteur Marsh et lui vérifieront les résultats de vos tests. Ensuite, nous aviserons.


Hôtel Hilton :
Il était près de 16 heures lorsque Dana entra dans l’aire de réception du Hilton. Elle venait de prendre une décision. Elle allait téléphoner à son père. Il avait dû apprendre la mort de Jeanne et avait sans doute chercher à la joindre. Le moment était venu de lui dire qu’elle avait quitté Barry. Et puis, pour une fois, c’était elle qui allait se servir de la presse ; quand la séparation serait rendue publique, elle parviendrait à s’arracher à cet état d’hébétude dans lequel elle était plongée depuis plusieurs mois. Elle cesserait peut-être d’avoir peur.
Ayant longé le couloir en direction de sa chambre, elle fourragea dans son sac, à la recherche de sa clé. Ses doigts effleurèrent le métal du revolver. Il fallait également qu’elle cesse de l’emporter partout avec elle ; qu’elle perde l’habitude de regarder constamment par-dessus son épaule.
Elle ouvrit la porte de la suite et fronça aussitôt les sourcils. Les rideaux étaient tirés et la pièce plongée dans l’obscurité. Dana maudit silencieusement la femme de ménage. Elle avait horreur du noir. Se forçant à avancer, elle laissa la porte se refermer derrière elle et marcha vers la lampe.
Alors, la musique commença. Cette mélodie familière qui hantait ses rêves. Dana se figea, les doigts sur l’interrupteur. Quand la voix de Paul McCartney s’éleva, de l’autre côté de la pièce, une lumière s’alluma. Poussant un gémissement, Dana recula d’un pas. L’espace d’un instant, un visage flotta dans son esprit, flou, mais presque reconnaissable… Puis, elle vit Barry.
- Bonjour, ma petite Dana. Je t’ai manqué ?
Elle émergea de sa transe et courut vers la porte. Il fut plus rapide. Comme toujours. D’un revers de main, il l’envoya valser sur le côté et le sac vola à travers la chambre. Souriant toujours, il poussa le verrou et mit la chaîne.
- Nous ne voudrions pas être dérangés, n’est-ce pas ?
Sa voix plaisante, douce, fit frissonner la jeune femme.
- Comment m’as-tu trouvée ?
- Oh ! Disons simplement que nous sommes attachés, toi et moi, par un lien indestructible. Ne t’avais-je pas dit que je te retrouverais, où que tu ailles ?
McCartney chantait toujours. Le cauchemar recommençait. Du moins voulait-elle croire à un cauchemar. Elle allait se réveiller, en sueur, et ce serait terminé.
- Devine ce que j’ai reçu, Dana ? Une demande de divorce. Vraiment, ce n’est pas très gentil. Moi qui me ronge les sangs à ton sujet, depuis deux semaines. Tu aurais pu être kidnappée.
Il sourit.
- Ou tuée, comme ton petit frère. Mais tu n’aimes pas que je parle de lui, n’est-ce pas ? La musique te bouleverse, aussi. Tu veux que je l’arrête ?
- Oui.
Cette chanson l’empêchait de réfléchir. Si le silence revenait, elle saurait mieux quoi faire.
- D’accord, dit Barry.
Il fit un pas vers le magnétophone, puis se ravisa.
- Non, je crois que nous allons garder la musique. Tu dois apprendre à affronter tes problèmes, Dana. Je te l’ai dit, n’est-ce pas ?
- C’est ce que je fais, répondit-elle en claquant des dents.
- Bien. C’est très bien. Maintenant, tu vas commencer par appeler ton avocat et lui annoncer que tu as changé d’avis.
- Non. Je ne retournerai pas avec toi, murmura-t-elle à voix basse, de plus en plus tétanisée.
- Bien sûr que si. Tu m’appartiens, Dana. Tu as eu ta petite escapade et maintenant il est temps de rentrer à la maison. N’aggrave pas encore ta situation.
Comme elle secouait la tête, il poussa un long soupir et sa main cingla l’air, avant de s’écraser sur le visage de Dana. La jeune femme alla cogner une table, faisant voler une lampe, qui tomba sur le sol dans un fracas de verre brisé. Quand, la bouche en sang, Dana le vit approcher, elle se mit à hurler, mais il lui donna un coup de pied dans l’estomac, lui coupant le souffle. Puis, il la frappa, lentement, méthodiquement.
Cette fois, elle se défendit, lui envoya un uppercut qui le surprit suffisamment pour donner à Dana le temps de se dégager. Elle entendit cogner à la porte et parvint à se relever ; mais il la rattrapa de nouveau.
- Ah, tu veux la bagarre ?
Il enfonça ses ongles dans la chair de Dana, lui déchirant ses vêtements. Plus elle se débattait, plus il devenait enragé.
Dana entendit une voix plaider, supplier et promettre, sans réaliser que c’était la sienne. Elle sentait à peine les coups, cependant qu’il continuait à frapper. Il avait tout oublié, sinon son besoin de la faire payer.
- Tu croyais pouvoir me laisser tomber, espèce de salope ? Tu croyais que je te laisserais détruire tout ce pourquoi j’ai travaillé ? Je te tuerai d’abord.
Barry n’était jamais allé aussi loin dans l’horreur. Elle sut alors qu’il avait franchi une ligne quelconque. Cette fois, il allait cogner jusqu’à ce qu’elle soit morte.
Avec un gémissement, elle agrippa un pied de chaise, essayant de se redresser ; mais ses doigts ensanglantés glissèrent sur le bois. C’est alors que la ceinture siffla dans l’air et lui mordit la chair. Les sanglots de Dana devinrent des hurlements, tandis qu’il la traînait à travers le sol. Et il continuait de frapper, encore et encore.
Soudain, elle entendit des voix l’appeler, crier son nom. Puis, il y eut un bruit de bois qui craque, son corps qui se brisait en deux ? Elle était sur le ventre, maintenant, et, lorsque la ceinture lui déchira le dos, elle jeta les bras en avant, dans un geste aveugle. Sa main toucha le métal froid. Sans rien voir, Dana referma les doigts sur l’arme, avant de se retourner. Barry levait encore la ceinture.
Le revolver tressaillit dans la main de Dana.
Danny abattit la porte juste à temps pour voir Barry Latimer tituber en arrière, une expression de surprise sur le visage. Chancelant, celui-ci leva de nouveau la ceinture. Mais Dana tirait déjà, encore et encore. Elle continua à presser la détente, longtemps après qu’elle eut usé toutes ses balles, longtemps après que Barry fut tombé à ses pieds. Elle continuait à tirer en l’air.
- Seigneur, dit Martin.
- Veille à ce que personne n’entre dit Danny.
Il se dirigea vers Dana, ôtant sa veste pour l’en envelopper. Les vêtements de la jeune femme étaient déchirés et imbibés de sang. Elle ne bougea pas, persistant seulement à appuyer sur la détente. Quand il essaya de lui prendre le revolver, il s’aperçut que sa main était crispée dessus.
- Dana, je suis l’agent Danny Taylor. Tout va bien, maintenant. C’est fini.
Doucement, il caressa ses cheveux. Elle avait le visage en sang, les paupières enflées, un œil à demi fermé.
- Donnez-moi le revolver, maintenant, murmura-t-il la gorge serrée. Vous n’en avez plus besoin.
Il se déplaça un peu, afin qu’elle pût le voir et, ramassant un morceau de son chemisier déchiré, il épongea le sang.
- C’est Joan Kesselring qui nous envoie. Vous m’entendez, Dana ? Tout va bien, maintenant.
Elle fut soudain prise de hoquets nerveux, tandis que son corps tremblait de manière incontrôlable. Il l’entoura de ses bras et se mit à la bercer. La main de la jeune femme était inerte, quand il lui prit son arme. Elle laissait échapper de longs gémissements rauques, comme ceux d’un animal blessé.
- L’ambulance arrive, déclara Martin. Jack, Sam et Joan Kesselring sont en route pour l’hôpital.
Après un examen superficiel du corps de Barry, il vint s’accroupir près de son coéquipier et ami.
- Il l’a bien arrangé.
Sans cesser de bercer la jeune femme, Danny tourna la tête et regarda longuement Barry Latimer.
- Dommage qu’on ne puisse mourir qu’une fois.
- Ouais.
Martin secoua la tête en se redressant.
- Ce salopard tient encore la ceinture.
Cool life
Cool life
Nouvelle recrue

Féminin Nombre de messages : 52
Age : 35
Date d'inscription : 21/05/2006

Revenir en haut Aller en bas

La proie du destin (compléte) - Page 2 Empty Re: La proie du destin (compléte)

Message  Cool life le Jeu 22 Juin - 13:30

Hôpital,
Chambre de Viviane :

Couché dans son lit inconfortable, Viviane étudiait le plafond.
Elle ne se sentait pas bien. Pas bien du tout. Elle avait mal partout, et quand elle ne souffrait pas, elle était trop faible pour bouger. Le bout de ses doigts lui semblait froid. Au début, elle ne s’en inquiéta pas, mais bientôt, ses orteils se mirent à devenir bleues.
« Diminution de la circulation sanguine ».
Tels étaient les termes employés par les infirmières mais Tara savait ce qu’elle signifiait en réalité. C’était la fin. Elle était au bout de sa vie. Hier encore, elle avait eu envie de se battre, mais aujourd’hui, elle était trop fatiguée.
Elle se demanda ce qui la retenait sur terre. Elle avait passé une partie de sa vie à retrouver des personnes disparues. Et puis, elle se mit à penser à Marcus, à Régie, à ses collègues et amis et cela lui donna envie de se battre.
Elle était en train de penser à cela quand on frappa à sa porte.
- Entre, dit Viviane à bout de souffle.
- Hey Viv, dit Danny.
- Salut Danny, qu’est-ce que tu fais là ? Pourquoi tu as du sang sur ta chemise ? Tu es blessé ? demanda Viviane visiblement inquiète.
- Non, non, l’ambulance vient juste de déposer Dana Palmer. Son mari l’a battu sévèrement avant que Dana ne l’abatte et que Martin et moi on n’arrive sur les lieux.
Viviane n’arrivait plus à suivre la conversation.
Le front ruisselant de transpiration, elle était parcourue de frissons. Elle essaya de dire quelque chose à Danny et d’appuyer sur le bouton d’appel, mais n’en eut pas la force. Elle n’arrivait plus à soulever son bras.
L’alarme hurla. « Arrêt cardiaque ».
Viviane essaya de continuer à respirer. Elle sentait son cœur la lâcher envahi par la douleur.
Elle eut vaguement conscience d’un brouhaha… une porte qui s’ouvrait, des voix qui s’élevaient paniquées. On l’appelait, elle était si loin, si loin et fatigué, si fatigué.
- Viviane ? dit Danny.
Elle voulut tendre la main à Danny. L’espace d’un instant, elle se revit sur le parking discutant de l’affaire Palmer.
- Danny, dit Viviane en murmurant d’une voix faible.
- Ne meurs pas maintenant, Viviane Johnson. Je t’interdis de mourir !
Benthon donna quelques ordres. Danny continuait à caresser son front.
- Tu vas t’en sortir, Viviane. Nous allons te trouver un cœur. N’abandonne pas… Viviane ? Reste éveillée.
Tout semblait lourd. Elle avait quelque chose à dire, mais quoi ? Elle ne sentit plus les doigts sur son front. Une infirmière venait de le pousser.
- Œdème pulmonaire, dit Benthon. Vite ! Le chariot, nom de nom ! Dépêchez-vous !
Viviane n’avait même plus peur.

Cool life
Cool life
Nouvelle recrue

Féminin Nombre de messages : 52
Age : 35
Date d'inscription : 21/05/2006

Revenir en haut Aller en bas

La proie du destin (compléte) - Page 2 Empty Re: La proie du destin (compléte)

Message  Jenny le Jeu 22 Juin - 14:52

ouhlalala !!!!! géniale ! je vais devoir attendre pour une suite ! Sad


Dernière édition par le Jeu 22 Juin - 22:28, édité 1 fois
Jenny
Jenny
Attorney General

Féminin Nombre de messages : 5957
Age : 38
Localisation : En prison...
Date d'inscription : 19/05/2006

http://jenny2802.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

La proie du destin (compléte) - Page 2 Empty Re: La proie du destin (compléte)

Message  loupiote le Jeu 22 Juin - 21:20

vite la suite, je suis impatiente
loupiote
loupiote
Enquêtes internes

Féminin Nombre de messages : 2439
Age : 30
Localisation : partage sa vie entre Lille 3 (Villeneuve d'asq) et Charleville Mézières
Date d'inscription : 30/10/2005

http://roots0812.skyrock.com

Revenir en haut Aller en bas

La proie du destin (compléte) - Page 2 Empty Re: La proie du destin (compléte)

Message  Cool life le Ven 23 Juin - 15:59

Salle d’attente :


Martin était dans la salle d’attente en train d’attendre que Dana se réveille, lorsque Sam, Jack et Joan arrivèrent.
- Que s’est-il passé ? demanda Jack.
- Latimer. Il a réussi à s’introduire dans la chambre de Dana, à l’hôtel.
- Mon dieu, murmura Joan. C’est grave ?
- Assez. Il lui a brisé trois côtes et disloqué une épaule. Elle a de multiples lésions internes et des contusions. Son visage… Les médecins pensent qu’il faudra peut être avoir recours à la chirurgie.
Les mâchoires crispées, Joan regardait fixement la porte fermée de la chambre de Dana.
- Où est ce salopard ? demanda Joan.
- Mort.
- Bien. Je veux la voir ?
- Allez-y, dit Jack. On s’occupe des infirmières.
Joan se rendit dans la chambre de Dana.
- C’est toi qui a tiré sur Barry Latimer ? demanda Jack.
- Non, dit Martin.
- Qui l’a tué alors ? demanda Sam.
- Dana Palmer.
A ce moment-là, Danny fit irruption dans la salle d’attente. Il avait l’air complètement paniqué.
- Danny, qu’est-ce qui t’arrive ? demanda Martin.
- C’est… C’est Viviane… Elle a fait un arrêt cardiaque, dit Danny visiblement sous le choc.
- Quoi ? dirent Sam, Martin et Jack.
- Viviane, je suis allée la voir dans sa chambre pour prendre de ses nouvelles, quand elle a fait son attaque. Les infirmières m’ont jeté hors de sa chambre.
- Oh mon Dieu ! dit Sam. Elle, elle ne peut pas mourir.
Jack était complètement sous le choc. Pendant une fraction de seconde, il sentit que son cœur allait arrêter de battre mais il se ressaisit rapidement.
- Quelqu’un a appelé le mari de Viviane ? demanda Jack.
- Oui, il ne devrait pas tarder à arriver.
Cool life
Cool life
Nouvelle recrue

Féminin Nombre de messages : 52
Age : 35
Date d'inscription : 21/05/2006

Revenir en haut Aller en bas

La proie du destin (compléte) - Page 2 Empty Re: La proie du destin (compléte)

Message  milaya le Ven 23 Juin - 16:42

Je viens de lire ta fic depuis le début et c'est vraiment bien , en plus tu as une très belle écriture salut thumright
milaya
milaya
Enquêtes internes

Féminin Nombre de messages : 2111
Age : 43
Localisation : le mans
Date d'inscription : 21/01/2006

Revenir en haut Aller en bas

La proie du destin (compléte) - Page 2 Empty Re: La proie du destin (compléte)

Message  Cool life le Sam 24 Juin - 20:20

Cela me fait très plaisir que ça te plaise Embarassed

Je vais essayer de poster la suite dès que possible!!
Cool life
Cool life
Nouvelle recrue

Féminin Nombre de messages : 52
Age : 35
Date d'inscription : 21/05/2006

Revenir en haut Aller en bas

La proie du destin (compléte) - Page 2 Empty Re: La proie du destin (compléte)

Message  Chtite Sqwé le Dim 25 Juin - 3:40

loupiote a écrit:C'est pas parce que je demande pas de suite que je ne veux pas de suitte.
Lol la suiiiiiiiiite

bah, chez certaines personnes, de mettre des com's, ça peut être un coup de pouce ou un encouragement pour continuer à écrire.


Sinon, je veux bien une suite! ^^ lol Very Happy Wink
Chtite Sqwé
Chtite Sqwé
Nouvelle recrue

Nombre de messages : 150
Date d'inscription : 01/04/2006

Revenir en haut Aller en bas

La proie du destin (compléte) - Page 2 Empty Re: La proie du destin (compléte)

Message  larissa le Dim 25 Juin - 18:27

ouh la viite la suiiite!!!!!
larissa
larissa
Agent spécial

Féminin Nombre de messages : 1169
Age : 31
Localisation : FBI, service des personnes disparus
Date d'inscription : 18/03/2006

Revenir en haut Aller en bas

La proie du destin (compléte) - Page 2 Empty Re: La proie du destin (compléte)

Message  Cool life le Dim 25 Juin - 20:19

Quelque part :

Très tard, le téléphone de Brian Palmer sonna.
- Allô, répondit Brian.
- Brian Palmer ?
- Oui.
- Agent Jack Malone, à l’appareil. Je vous ai cherché partout.
- Agent Malone ? Que se passe-t-il ?
Brian sentit Emma se crisper à côté de lui et regretta aussitôt d’avoir prononcer le mot agent.
- C’est au sujet de votre fille Dana, répondit celui-ci.
- Dana ? s’exclama-t-il en se redressant dans le lit, la bouche sèche comme la cendre. Il lui est arrivé quelque chose ?
- Elle est à l’hôpital,ici, à Manhattan. Elle…
- Elle a eu un accident ?
- Non. Elle a été battue assez grièvement. Je vous expliquerai quand vous serez là.
- Battue ? Dana a été battue ? Je ne comprends pas.
- Les médecins s’occupent d’elle. Ils m’ont assuré qu’elle allait se remettre, mais elle va avoir besoin de vous.
- Nous arrivons aussi tôt que possible ;
Emma, déjà debout, enfilait ses vêtements.
- Que se passe-t-il ?
- Je ne sais pas. Elle est à l’hôpital, à Manhattan. L’agent Malone nous attend là-bas.
Il poussa un juron, tandis qu’il essayait nerveusement de boutonner sa chemise.
- Attends, dit Emma en finissant à sa place. Ça va aller, Brian. Dana est beaucoup plus forte qu’elle n’en a l’air.



Chambre de Viviane :


Elle paraissait morte.
Marcus regardait l’appareil. La ligne verte dessinait des pics ce qui était bon signe. Marcus poussa un profond soupir et passa une main dans ses cheveux en se penchant sur Viviane pour y déposer un baiser sur son front.
Elle avait émergé de temps en temps de son coma, entrouvrant les yeux, remué les doigts, tenté de s’exprimer. Chaque fois, très vite, elle avait sombré dans l’inconscience. Chaque jour, après son travail, Marcus venait de s’asseoir près d’elle pour l’encourager à se battre, à croire au succès de l’intervention.
Plus le temps passait, plus les chances de trouver un cœur se faisait rare mais Marcus refusait de croire que sa femme allait mourir.
Distraitement, il lui caressa la joue, le regard fixé sur la fenêtre. Le temps y était exécrable. Le vent secouait les carreaux, il pleuvait et un brouillard épais s’était levé sur la ville.
Marcus continua de parler, espérant qu’elle l’entendait, qu’elle se raccrochait à sa voix pour remonter à la surface.
- Je ne sais plus quoi faire. Régie et moi on se serre les coudes. Il est devenu calme et silencieux depuis que tu es à l’hôpital. Il aimerait venir te voir mais les docteurs refusent qu’il entre dans ta chambre. Si tu savais comme on a besoin de ton aide. J’ai vraiment besoin de toi. Jack, Martin, Danny et Samantha sont derrière la porte de ta chambre, Viviane. Ils sont tous très inquiets pour toi et prennent régulièrement de tes nouvelles.
Cool life
Cool life
Nouvelle recrue

Féminin Nombre de messages : 52
Age : 35
Date d'inscription : 21/05/2006

Revenir en haut Aller en bas

La proie du destin (compléte) - Page 2 Empty Re: La proie du destin (compléte)

Message  Jenny le Dim 25 Juin - 20:35

oh non ! ma pauvre petite vivalina !!!

une suite please !
Jenny
Jenny
Attorney General

Féminin Nombre de messages : 5957
Age : 38
Localisation : En prison...
Date d'inscription : 19/05/2006

http://jenny2802.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

La proie du destin (compléte) - Page 2 Empty Re: La proie du destin (compléte)

Message  Cool life le Mer 28 Juin - 21:04

Salle d’attente :

Peter Page, un des membres du groupe de Brian Palmer et meilleur ami de celui-ci, entra précipitamment dans la salle d’attente. Quand Joan le vit, elle se leva d’un bond.
- Joan, qu’est-ce qui s’est passé ? demanda Peter.
- Barry a battu sévèrement Dana. Elle est dans un sale état, dit Joan.
- Mais comment est ce possible ? Mais qui êtes-vous ? demanda Peter en regardant Jack, Danny, Martin et Sam.
- Nous sommes les agents Malone, Taylor, Fitzgerald et Spade, dit Jack en montrant sa carte du FBI. Dana Palmer était portés disparus. C’est Joan Kesselring qui nous a signalé sa disparition hier.
Et Jack lui parla de ce qui était arrivé. Peter ne savait plus quoi dire et il entra dans la chambre de Dana.
Quand il réapparut, au bout d’un moment, il avait les yeux rouges et s’effondra sur une chaise.
- La première fois que j’ai vu Dana, elle avait à peine 3 ans, dit Peter. Elle se cachait sous l’évier de la cuisine, dans l’appartement dégoûtant de Jeanne. Elle avait déjà pris bien des coups. Elle s’en est sortie. Cette fois aussi, elle va s’en sortir même si ça me fait mal de la voir comme ça.
- Vous avez besoin de manger un morceau, dit Jack.
Trop fatigué pour discuter, Peter se laissa entraîner. Ils arrivaient devant l’ascenseur, lorsque les portes d’acier s’ouvrirent sur Brian et Emma.
- Où est-elle ? demanda Brian.
- La chambre au bout du couloir. Attends, dit Peter en lui prenant le bras. Joan est avec elle. Tu as besoin de te calmer, d’abord. Elle a eu assez d’émotion comme ça.
- Peter a raison, Brian, intervint Emma. Vous pouvez nous expliquer ? ajouta-t-elle à l’adresse de Jack. Vous devez être l’agent Malone. Nous voyageons depuis votre coup de téléphone.
- Barry Latimer a trouvé Dana à son hôtel hier.
- Comment ça « trouvée » ? demanda Brian. Ils n’étaient pas ensemble ?
Cool life
Cool life
Nouvelle recrue

Féminin Nombre de messages : 52
Age : 35
Date d'inscription : 21/05/2006

Revenir en haut Aller en bas

La proie du destin (compléte) - Page 2 Empty Re: La proie du destin (compléte)

Message  Cool life le Mer 28 Juin - 21:07

- Votre fille était portés disparus, dit Jack. C’est Joan Kesselring qui nous a déclaré sa disparition. C’est après qu’on a découvert qu’elle avait pris la fuite et se cachait pendant qu’elle déclenchait la procédure de divorce.
- Le divorce ?
Brian secoua la tête, comme pour chasser la fatigue et l’angoisse qui le tenaillaient depuis des heures.
- J’ai parlé avec elle, il y a quelques semaines à peine. Elle n’a fait aucune allusion à un divorce.
- Elle ne pouvait rien dire, dit Jack. Elle avait peur. Latimer la battait. C’était ainsi depuis le début de leur mariage.
- Mais, c’est complètement dingue. Il est fou d’elle. Je l’ai vu.
- C’était un vrai prince charmant, dit Jack ironiquement. C’est pourquoi votre fille était terrifiée. C’est pourquoi elle est allongée dans un lit d’hôpital, le visage défoncé et les côtes brisées. Ce malade l’aimait tant qu’il a bien failli la tuer.
Brian demeura bouche bée.
- C’est lui qui l’a mise là ?
- Oui, dit Jack.
- Où est-il ? gronda Brian en attrapant Jack par sa veste.
- Il est mort.
- Du calme, Brian, intervint Peter. Ce n’est pas en perdant la boule que tu vas aider Dana.
- Je veux la voir.
Il attira Emma contre lui.
- Nous voulons la voir ; tout de suite.
Ils arrivèrent devant la porte de la chambre à l’instant où Joan l’ouvrait.
- Mon Dieu, mon bébé, murmura Brian en marchant vers le lit, sans lâcher la main d’Emma.
Dana les regarda. Elle leva une main vers sa joue meurtrie, puis l’autre. Elle ne voulait pas qu’il la voie comme ça. Doucement, Brian lui écarta les doigts.
- Dana.
Il se pencha et déposa un baiser sur son front.
- Je suis désolée. Tellement désolée.
Elle laissa jaillir ses larmes, alors, bredouillant ses propres excuses et ses explications.
- Je ne comprends pas comment c’est arrivé, conclut-elle finalement, épuisée. Ni pourquoi. Je voulais avoir quelqu’un qui m’aime, juste moi. Je voulais une famille, et je pensais…
Un long soupir lui échappa.
- Je pensais qu’il était comme toi.
Brian du faire un effort surhumain pour ne pas poser la tête sur la poitrine de sa fille et sangloter. La gorge douloureuse, il porta la main de Dana à ses lèvres.
- Tu ne dois plus t’inquiéter à ce sujet. Tu ne dois même plus y penser. Personne ne te fera plus jamais de mal. Je le jure.
- Tu es en sécurité, à présent, et c’est le plus important, renchérit Emma. C’est tout ce qui compte pour nous.
- Je l’ai tué, murmura Dana. Ils vous ont dit que je l’ai tué ?
Brian et Emme échangèrent un regard choqué.
- C’est… C’est fini, maintenant, dit ce dernier d’une voix rauque.
- Je n’ai pas voulu t’écouter, reprit Dana. J’étais fâchée, blessée que tu puisses penser qu’il visait la gloire à travers moi.
- Tais-toi, je t’en prie.
- Mais tu avais raison. Il n’a jamais voulu de moi. Il ne m’a jamais aimée. Et quand, il a compris que je ne lui servirais à rien pour obtenir ce qu’il voulait, il a commencé à me haïr.
- Je ne veux plus que tu y penses, insista Brian. Tu dois te reposer et guérir.
Il avait raison se dit la jeune femme. Elle était beaucoup trop fatiguée pour réfléchir.
- Je suis contente que tu sois là, papa. Je regrette tellement de t’avoir repoussé, pendant tout ce temps.
- Nous avions tous les deux tort.
Il lui sourit.
- Mais nous avons la vie devant nous.
- Nous voudrions que tu reviennes à la maison, quand tu iras mieux, dit Emma en touchant doucement la joue de Brian. Avec nous.
- Avec vous deux ?
- Oui, répondit Brian. Nous avons beaucoup de temps à rattraper. Tous les trois.
Dana les contempla avec émotion.
- Je ne pensais pas, en me réveillant ce matin, que j’aurais un jour une nouvelle raison d’être heureuse. Mais je le suis pour vous, Quant au reste, il faudra que je réfléchisse.
- Rien ne presse.
Emma se pencha et l’embrassa sur la joue.
- Et maintenant, nous allons te laisser dormir.
Cool life
Cool life
Nouvelle recrue

Féminin Nombre de messages : 52
Age : 35
Date d'inscription : 21/05/2006

Revenir en haut Aller en bas

La proie du destin (compléte) - Page 2 Empty Re: La proie du destin (compléte)

Message  Cool life le Mer 28 Juin - 21:08

Voilà la fin....


Salle de réveil :

Viviane venait de subir une greffe du cœur. Elle était en salle de réveil et ne bougeait pas.
- Viviane ? dit Marcus.
Elle entendit sa voix de très loin. Elle avait soudain terriblement besoin de lui. Elle tenta d’ouvrir les yeux.
- Allez, Viviane, réveille-toi, dit Marcus.
Elle était allongée, au pied de son lit se trouvait Marcus. Elle se demandait ce qu’elle faisait-là. Puis, elle remarqua les battements réguliers de son cœur. Elle referma les yeux et voulait arracher les tubes, les aiguilles. Elle avait l’impression d’être un monstre. Où était son cœur ?
- Mon Dieu… Qui ? dit Viviane les larmes aux yeux.
- Ce n’est pas le moment de penser à cela. L’intervention s’est très bien passée. Tu te portes le mieux possible.
Marcus lui caressait la joue, et c’était agréable, tout doux.
- Viviane, tout va bien. Les infirmières m’ont dit que tu ne sais pas très bien où tu en es : c’est normal. Ne t’inquiètes pas.
- J’aurais du mourir.
- Repose-toi, Viviane. Nous discuterons plus tard.
Il lui serra la main, frôla sa joue trempée. Elle voulait se laisser, rassurer, mais elle savait que c’était impossible. Quelqu’un d’autre vivait en elle.
Cool life
Cool life
Nouvelle recrue

Féminin Nombre de messages : 52
Age : 35
Date d'inscription : 21/05/2006

Revenir en haut Aller en bas

La proie du destin (compléte) - Page 2 Empty Re: La proie du destin (compléte)

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum