Eureka

Aller en bas

Eureka Empty Eureka

Message  Heather le Ven 4 Aoû - 12:51

Ecrit dans le Topic 'J'ai testé pour vous...' a écrit:Eureka est une petite ville au nord-ouest des Etats-Unis qui cache un mystérieux secret. En effet, depuis les années 50, le gouvernement y invite tous les grands génies scientifiques pour qu'ils y mènent sereinement leurs expériences. Chaos et innovation vont de paire.
Un marshall échoue par hasard dans cette ville après un accident de voiture pour découvrir une bien étrange ville.


1.01

Ce pilote a beau être assez long (c'est un double épisode), en définitive, j'ai eu un sentiment évolutif tout au long de l'épisode. La première demi-heure est longue à démarrer, on ne sait pas vraiment où on va et on découvre toute cette ville sans en comprendre à première vue les dessous. D'autant que le personnage du marshall m'a a priori rebuté, trop 'estampillé marshall jusqu'au bout de la cravate'.
J'étais donc très mitigée, puis le pilote prend un tournant. Le rythme semble s'accélerer, ou en tout cas, une fois qu'on est rentré dans cette ville, ça devient plus intéressant. Les traits d'humour sont très présents -la relation du marshall avec sa fille (qui est la délinquante qu'il ramène à Los Angeles Laughing ), les petits détails de la vie quotidienne à Eureka (la voiture solaire, les différentes activités, les gens qui y circulent).
Côté ambiance, Eureka prend toute sa forme lors du cours de rattrapage accéléré fait au marshall. J'aime bien ce côté petite ville déjantée, avec beaucoup de personnalités secondaires marquantes et attachantes : le garagiste à ses heures perdues, l'adjointe GI Jane ou encore le chef scientifique (ravie de retrouver Greg Germann d'Ally McBeal).
Ajouté à cela une part d'ombre avec les projets militaires et la fuite qui a permis à Walter de nous faire frôler la fin du monde. Ca donne vraiment envie de continuer. La chute finale avec le marshall à la place du shérif est sympathique et donne envie de revenir.

J'aurais cependant quelques réserves.
A commencer par le fameux marshall, central dans l'épisode. Il ressemble comme deux gouttes d'eau quasiment à Joel Gretsch (Tom, dans les 4400), et j'ai eu la désagréable impression d'avoir à faire à un clone. Ne supportant pas en plus son personnage dans Les 4400, j'ai vraiment eu du mal à me faire au marshall. Je l'ai trouvé peu intéressant et le courant n'est pas passé entre nous. Ce qui évidemment, comme c'est le personnage principal de la série, peut poser problème. Cependant, vers la fin, ça allait mieux. Mais je ne suis pas certaine du bienfondé du choix de cet acteur.
Deuxième petit hic, mais qui est plus une interrogation, c'est le fait qu'on découvre directement dès la fin de l'épisode qui est derrière l'expérience ratée et a mis Walter en possession de ces matériaux de la section militaire : la psychothérapeute. Je ne sais pas, j'aurais sans doute préféré qu'on ne lève pas directement le voile et entretienne plus de mystère. Mais il faut voir ensuite quel sera le parti des scénaristes quant au traitement de cela et vers quoi on s'achemine.

Bilan : En fin de compte, j'ai passé un bon moment et l'épisode m'a convaincu de continuer l'aventure, après quelques minutes de perplexité. La série est sans prétention, les personnages sont caricaturaux mais c'est le but assumé, et finalement toutes ces personnalités variées font passer un bon moment (sauf le marshall, pour lui, je maintiens ma réserve pour le moment). L'humour et le côté très décalé des lieux et des habitants apportent un véritable plus.
Le décor de la ville est bien soigné, rien à redire sur les effets spéciaux, la réalisation est très classique et conventionnelle.



1.02 - Many Happy Returns

Finalement, un peu la même impression qu'après le pilote. L'ensemble reste agréable, honnête, mais sans peut-être un petit plus qui rendrait la série vraiment attractive.
Cependant l'humour continue d'être présent dans beaucoup de scènes et la spécialité et l'originalité des lieux y trouvent un bon écho. Le décalage toujours existant même s'il est moindre entre Jack et le reste de la ville continue d'être exploité.
J'ai bien aimé 'Sara' et les pseudos scènes de ménage que Jack réussit à avoir avec sa maison -notamment quand il rentre tard pour le dîner ou qu'il veut un peu de privacy. Contente aussi du retour de la fille à la fin de l'épisode -leur duo avec son père était plutôt pas mal dans le pilote.
Par contre, l'arrivée du mari à la tête du labo, un peu moins sympa. Surtout pour venir remplacer Greg Germann. Pas trop accroché à l'acteur non plus.

Ils ont l'air de vouloir poser une trame centrale car on ne voit quasiment pas la psy, et vu que Walter ne se souvient de rien, elle n'est pas prêt d'être inquiété.
L'arrivée de la vraie Susan à Eureka rentre parfaitement dans le ton de cette série où on repousse les limites de la science en jouant aux géo-trouvetout à toute heure du jour et de la nuit.

Bilan : Ca se laisse suivre, les moments comiques et l'auto-dérision omni-présente dans l'épisode permettent de bien exploiter l'ensemble du concept.
Et j'aime bien la petite musique très soft qu'on entend constamment et qui est aussi au générique. C'est dans la même lignée et reflète cette petite ambiance particulière d'Eureka.


1.03 - Before I Forget

J'ai lu que c'était en réalité le sixième épisode de l'ordre de production. Je ne sais pas trop pourquoi ils ont changé l'ordre... Neutral

Sinon, concernant l'épisode en lui-même, je l'ai trouvé un brin en dessous des précédents. Plus lent et plus prévisible avec un peu moins d'humour sans doute. Ca reste distrayant et frais, mais c'est un stand-alone. On se pose simplement la question de savoir ce que Jason faisait avec la psychotérapeute qu'on regarde désormais d'un air très suspicieux à chacune de ses apparitions : est-ce que voler les mémoires n'étaient pas la seule chose répréhensible qu'il faisait ?

Par contre, j'ai bien apprécié de voir le personnage d'Henry plus approfondi. Il est affecté par l'arrivée de Kim, on en apprend un peu plus sur lui. Et j'aime bien son personnage.
Zoey est désormais installée. Les ados dans cette ville sont tous plus weird les uns que les autres, mais le metteur en scène de 11 ans était marrant. Tout comme la pièce de théâtre, et le courage qu'il faut pour appuyer sur la machine à s'envoler Laughing
Jack ne s'étonne plus de rien désormais à Eureka et ce sont les autres qui ont désormais une longueur de retard : un engin pour effacer les mémoires ? Mais vous êtes fou Laughing Marrant de voir les rôles inversés, mais où est passé leur 'je ne m'étonne de rien, c'est Eureka' du pilote ? rolles
J'aime beaucoup le personnage de Jo aussi. La dynamique de son personnage avec le shérif est sympathique.

Bilan : Un épisode moyen un peu en dessous des deux précédents, mais qui reste divertissant. La particularité d'Eureka continue d'être bien mise en avant jusque dans les petits détails.

_________________
"All right, we don’t understand the R2-D2 crap. We’re gonna use the Star Trek system. One blink for yes, two blinks for no."
"This is John Crichton paging the head Cylon. Pick up the phone, Imperious Leader !"
(John Crichton, Farscape)
Heather
Heather
Rang: Administrateur

Féminin Nombre de messages : 5797
Age : 35
Date d'inscription : 08/09/2004

Revenir en haut Aller en bas

Eureka Empty Re: Eureka

Message  Heather le Ven 11 Aoû - 13:34

1.04 - Alienated

Un épisode meilleur que la semaine dernière, avec plus d'humour, le petit côté déjanté d'Eureka qui revient plus fort. Même si on a l'impression de revenir un brin en arrière avec les problèmes de confiance et le ressentiment de Jo qui était inexistant dans le précédent, mais c'est sans doute une conséquence des inversions entre l'ordre de production et de diffusion.

Le Home Cinema chez Spencer, ça en jette, y a pas de doute. ptdr Donc, voilà que soudain ceux qui étaient à cette soirée s'imagine être face à une invasion extraterrestre, avec pour leader, le député qui arrive pour inspecter Eureka et voir si le budget si élevé qui lui est adjoint est justifié.
C'est drôle parce que l'épisode joue avec les schémas classiques des 'invasions extraterrestres', avec les ronds dans le champ, la lumière venue du ciel, l'apparence humaine prise par les aliens... Or, tout s'avère provoqué par une paranoïa artificielle induite par un (nouveau) projet qui n'a pas tourné comme s'était prévu. Cela donne un côté quasi parodique sympathique, et fait très 'Eureka' donc.

La série utilise des genres et des ficelles déjà bien connues, mais détourne l'aspect drama originel pour donner un épisode léger, ponctué de petites piques assez drôles. Le côté plus comique de Carter prend toute son ampleur que ce soit face à Jo et ses armes ptdr ou dans ses confrontations avec Allison ou celui qui dirige le centre maintenant.

Bilan : C'est assez décalé et ça reste rafraichissant. Il faut que la série continue sur cette voie plus légère et comique, plutôt que vers du pur drama sérieux, à mon avis.

_________________
"All right, we don’t understand the R2-D2 crap. We’re gonna use the Star Trek system. One blink for yes, two blinks for no."
"This is John Crichton paging the head Cylon. Pick up the phone, Imperious Leader !"
(John Crichton, Farscape)
Heather
Heather
Rang: Administrateur

Féminin Nombre de messages : 5797
Age : 35
Date d'inscription : 08/09/2004

Revenir en haut Aller en bas

Eureka Empty Re: Eureka

Message  Heather le Dim 3 Sep - 0:40

Trilogie Eureka ce soir par chez moi TVR

1.05 - Invincible

Un scientifique un peu étrange, une expérience qui tourne mal, Carter au milieu pour essayer de recoller les morceaux, du classique et léger qui se laisse suivre. J'ai surtout aimé l'approche un peu plus concrète de la toujours mystérieuse Section 5 et de ce qui s'y cache -surtout cette fameuse pièce avec cette lumière, qui obsède Stark. Les paroles cryptiques du scientifiques aiguisent notre curiosité autant que celle de Stark Laughing

Le triangle Stark/Allison/Carter fonctionne toujours aussi bien, surtout les piques constantes entre les deux hommes, sorte de guerre froide constante, une rivalité sur tous les plans -professionnel, sentimental...


1.06 - Dr Nobel

Un épisode très drôle, même si on frôle la fin du monde Laughing , qui nous replonge dans l'atmosphère de la guerre froide.
Cela nous permet de retrouver Carter et sa fille, qui doit effectuer des heures de travaux d'intérêt général dans une maison de retraite, avec leurs échanges toujours très fun comme relation :
Carter : And you wouldn't be doing it if you didn't pull the fire alarm during your I.Q. Test.
Zoe : I wouldn't be doing it if you hadn't arrested me. Sometimes it sucks having a dad
who's the town smokey.
Carter : Sometimes it sucks having a daughter who's the town delinquent.
Laughing

Un humour omni-présent dans cet épisode j'ai trouvé, le fameux bureau de Fargo 'qu'est-ce que tu as fait pour arriver là ?', l'échange 'trouble' Allison/Carter lorsque le missile sort de nulle part en plein milieu d'Eureka, puis chacun qui essaye de trouver un moyen d'arrêter le compte à rebours.
La rivalité Stark/Carter est particulièrement exacerbée, mais souvent très drôle voire parodique. Il y a un ton léger très bénéfique qui demeure.

Stark (Allison l'appelant pour lui demander d'utiliser un appareil dangereux) : Hey,Allison. [...] Absolutely not. [...] That technology is highlyexperimental and far too dangerous for anyone to... [...] Carter? Really? [...] That's just a risk we may have to take. ptdr

Puis :
Allison : Bad news, good news. We didn't get anything from Thatcher. But Carter wasn't hurt in the process.
Stark : And the good news?
ptdr

Le 'qui a coupé le fil bleu' ou toute l'histoire avec le prix nobel de Stark que Carter 'emprunte'... Bref, beaucoup de moments légers et fun qui font qu'on ne s'ennuie pas durant l'épisode Mr.Red


1.07 - Blink

Zoe découvre les horreurs d'un lycée 'Eureka-ien', où les geeks règnent en maître et où les pompom girls ont des conversations effrayantes surprised2
Carter découvre les réunions municipales d'Eureka et les horreurs d'un speech improvisé Laughing (speech mentionné d'ailleurs dans le 1.05 quand le scientifique lui reproche de ne pas être le shérif Cob Arrow )... Ok, il faut un temps pour se rappeler pourquoi ils 'découvrent' des choses qu'ils fréquentent depuis maintenant quelques temps. Une question d'ordre de diffusion de Sci-Fi qui mixe un peu tout hein
On voit sans doute que les scénaristes cherchaient encore à l'époque le bon ton et le bon rythme, notamment pour le triangle Stark/Allison/Carter, avec quelques scènes Stark/Allison qui prennent un peu à contre-courant l'évolution des précédents épisodes et très (trop?) sérieuses sur son fils notamment.
Mais le début et le finale sont vraiment une sorte de baptême 'Eureka-ien' pour Carter, donc, cela donne quand même droit à quelques sympathiques scènes.

Bilan :
Dr Nobel est mon épisode préféré de la soirée, de l'humour et du rythme. Très fun et léger, ça se laisse suivre agréablement, sans révolutionner les genres, les scenarii sont efficaces. Les personnages fonctionnent surtout bien dans un ton humouristique et tant que les scénaristes éviteront des obstacles trop 'drama', la sauce devrait prendre. On reste très superficiel les concernant, mais tant que les scénaristes joueront sur les non-dits et les sous-entendus dans le triangle Stark/Allison/Carter, c'est efficace Smile

_________________
"All right, we don’t understand the R2-D2 crap. We’re gonna use the Star Trek system. One blink for yes, two blinks for no."
"This is John Crichton paging the head Cylon. Pick up the phone, Imperious Leader !"
(John Crichton, Farscape)
Heather
Heather
Rang: Administrateur

Féminin Nombre de messages : 5797
Age : 35
Date d'inscription : 08/09/2004

Revenir en haut Aller en bas

Eureka Empty Re: Eureka

Message  Heather le Lun 11 Sep - 16:16

1.08 - Right as Raynes

Voilà un bon épisode qui réunit tous les ingrédients qui font le charme de la série, comme un jeune homme, ancien assistant de Stark, revient à Eureka, avec lui un passé trouble.

Dans la relation Carter/Zoe, ça bataille toujours, avec en guise d'ouverture la nouvelle teinture de Zoe façon 'Le 5ème élément' ou 'Alias' Laughing
Zoe : Let me guess.You don't like it.
Carter : No,I didn't say that.
Zoe : So you do like it.
Carter : I didn't say that either.
Zoe : Figures.

Encore une fois, Zoe se lie avec la source des problèmes de l'épisode, mais ce n'est pas vraiment ce qui compte. Entre crises et piques, on conclut l'épisode avec toujours cette petite dose d'humour :
Carter (essayant de faire un geste envers sa fille, à propos de ses cheveux ) : I like it.
Zoe : Really? Because I think I'm going back to blonde.
Elle sort.
Carter (regardant le ciel) : Oh,thank god.
ptdr

Dans la 'vie façon Eureka', l'extinction des incendies ou le dérèglement du café version glaçon de Noël entretient ce petit décalage qui nous rappelle bien où l'on est. Petites touches souvent sympathiques.

Côté vie amoureuse de Carter,il continue sa valse d'hésitation avec Allison, le coup de la barrière qui les attire l'un sur l'autre pour un dialogue très drôle est excellent. Laughing
Carter : I'm just trying to-- stop it.
Allison (coincé contre lui) : But I can-- let me just-- oh.
Carter : I'm trying to shut it off. Uh-- jo,jo,the-- is trying to shut off the fence.
Allsion : Oh,okay. ptdr

Ils forment une bonne équipe, toujours en train de s'envoyer quelques piques, pas trop sérieux, une sorte de flirt constant mais sans sauter le pas.

Concernant l'intrigue principale, elle donne pour une fois l'occasion de voir un nouvel aspect de Stark qui n'est donc pas entièrement dévoué à sa carrière, en témoignent les évènements passés et son attachement manifeste à Callister. La scène de fin à l'arrêt d'autobus provoque un petit pincement de coeur.
On découvre donc un différent Stark, mais également par conséquent, un nouvel aspect des joutes Carter vs Stark, qui au fond, ne se détestent pas tant que ça. Ou du moins ont quand même un bon fond chacun. Pour une fois, il ne s'agit pas d'Allison et l'affaire est trop sérieuse pour des piques de récréation. Carter fait donc un geste envers Stark puisqu'il sauve sa carrière en ne faisant pas de rapport.
C'était donc sympa de ne pas voir non plus toutes les relations figées (même si ce n'était qu'une interlude, les joutes verbales entre ces deux-là, on les aime bien aussi rolles ).

Dans la catégorie 'nouvel aperçu d'un personnage', petit projecteur sur Jo : elle sortait avec Callister ! Comme elle le résume : All the good ones are either gay,married,or robots.

Bilan : Un bon épisode, complet, où on retrouve un condensé de tout ce qui fonctionne dans la série, de l'humour, le décalage de la vie dans l'univers 'Eureka', et un brin d'émotion. Ca me va thumleft

_________________
"All right, we don’t understand the R2-D2 crap. We’re gonna use the Star Trek system. One blink for yes, two blinks for no."
"This is John Crichton paging the head Cylon. Pick up the phone, Imperious Leader !"
(John Crichton, Farscape)
Heather
Heather
Rang: Administrateur

Féminin Nombre de messages : 5797
Age : 35
Date d'inscription : 08/09/2004

Revenir en haut Aller en bas

Eureka Empty Re: Eureka

Message  Heather le Sam 16 Sep - 8:47

1.09 - Primal

Taggart laisse s'échapper ses petites nanoïdes qui, évidemment, s'avèrent plus dangereuses que prévu. L'information circulant tellement bien dans le centre de recherche, il est évident que les intéractions entre deux expériences en cours finissent forcément par arriver.

Ce qui donne au final un épisode peut-être un peu mou, du moins dans l'ensemble assez moyen.
Il y a quelques moments bien drôles, notamment le duo Carter/Taggart à la recherche des nanoïdes dans les bouches d'aération du centre Laughing
Taggart : We can split up there.
Carter : Whoa, hang on.
Taggart : Fine, you baby. We'll stick together. But it's far more efficient if we split up.
Carter : Taggart, shut up.
Taggart : You shut up.
Carter : Just listen. What is that?
Taggart : Sounds insectoid.
Carter : Is that even a word?
Taggart : Yeah, I think so.
Laughing

Quelques rares intéractions avec Zoe, mais toujours avec un lien avec la future intrigue.
Surtout, beaucoup d'évolution -du moins a priori- dans le triangle Stark/Allison/Carter. Allison donne (enfin -depuis le temps qu'on nous l'annonçait) les papiers du divorce à Stark qui à l'évidence est toujours plus ou moins accro. Reste qu'alors qu'on pensait qu'Allison allait se décider vers le shérif, accentué par le très long baiser échangé 'pour la sécurité de tous', finalement... Allison semble en réalité avoir un faible pour celui des deux le plus martyrisé durant l'épisode. Laughing Au début de la série, c'était invariablement Carter. Mais voilà que ça fait deux épisodes que Stark se retrouve au centre des problèmes de l'épisode... Cela mérite bien une danse.

Pour une fois, ce n'est même pas la faute de Fargo si les fréquences de contrôle des nanoïdes et celle de sa nouvelle invention connectant directement le cerveau de l'utilisateur avec l'ordinateur. Le seul hic, c'est qu'avec la personnalité de Stark, ça ne pouvait évidemment que déraper. Ce qui donne des moments assez drôles.
Carter : No, I mean, why replicate Stark? Why not Larry or the IT worker, or Lowjack?
Taggart : They found the perfect specimen. You're not going back to dogs after that.
Carter : But he's not perfect.
Taggart : Have you seen his abs? Damn close.
ptdr
Totalement irréaliste ces conversations.

Et ensuite, tous les dialogues pour tenter de régler le problème sont assez tordants, et Carter tient bien sa revanche :rolleyes:
Stark : W-well, there was some wish fulfillment, fantasies in there.
Carter : Like?
Stark : Allie. And some other stuff.
Carter : I need specifics.
Stark : The usual. Power, success, control over...everything.
ptdr

Bilan : Un épisode manquant un peu de densité, mais avec tout de même une série de scènes très drôles. Les scénaristes continuent à bien s'amuser et à s'en donner à coeur joie autour du triangle Stark/Allison/Carter. Taggart et Fargo sont toujours très bien en scientifiques très décalés.
Un épisode correct, relativement moyen, dans l'ensemble, mais quelques rires 'Only in Eureka' comme on dit là-bas.

_________________
"All right, we don’t understand the R2-D2 crap. We’re gonna use the Star Trek system. One blink for yes, two blinks for no."
"This is John Crichton paging the head Cylon. Pick up the phone, Imperious Leader !"
(John Crichton, Farscape)
Heather
Heather
Rang: Administrateur

Féminin Nombre de messages : 5797
Age : 35
Date d'inscription : 08/09/2004

Revenir en haut Aller en bas

Eureka Empty Re: Eureka

Message  marli le Sam 16 Sep - 11:10

pas lire les spoilers, pas lire les spoilers.... je ne surlignerais pas !!!! j'ai déjà vu les 5 premiers et sans être une révolution la série est sympa !
marli
marli
Agent spécial

Féminin Nombre de messages : 1138
Age : 52
Date d'inscription : 10/03/2006

http://fanarts-de-series.forumactif.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Eureka Empty Re: Eureka

Message  Heather le Sam 7 Oct - 15:49

La série a été renouvelée pour une seconde saison de 13 épisodes à nouveau par Sci-fi thumleft

1.10 - Purple Haze

Un stand-alone un peu faible. On reste dans le classique, on retrouve quelques dialogues très drôles (notamment pour le triangle habituel).
L'obsession de Stark pour la chose dans la section 5 continue de se révéler quelque chose (à force de frôler la catastrophe à chaque fois ces derniers temps, il faudrait que quelqu'un fasse quelque chose ). Allison entretient avec un certain sadisme leur triangle, girouette assumée, totalement ingénue sur ce thème...
Ca m'a également étonné que la psy ne lâche rien sur certains de ses propres secrets, alors que ça aurait été un des meilleurs moments. Une occasion a été ratée pour le coup, là...

Bilan : Enfin, un épisode trop classique, manquant un peu de répondant et de dynamisme... Se dire ses quatre vérités, c'est sympa, mais il manquait quelque chose. Un épisode donc juste moyen.


1.11 - H.O.U.S.E. Rules

Encore un stand-alone, mais c'est moins gênant que le précédent.

Depuis l'introduction de Sara, la maison à intelligence artificielle, on attendait cet épisode. Parce que c'est le classique du classicisme de voir la machine se retourner contre ses créateurs, et qu'on se doutait bien qu'on y couperait pas. Il aura donc fallu attendre l'avant-dernier épisode de la saison pour découvrir une Sara possessive et inquiète, et son pendant schyzophrène, ce cher Brad et ses lasers foudroyants
Cependant, la série, comme d'habitude, ne fait pas les choses à moitié, elle décide carrément de réunir vraiment tous les personnages pour une scéance de thérapie de groupe -sauf Jo et Taggart, mais c'est pour mieux développer un petit ship du côté de ces deux accro du revolver. C'est sans doute cet aspect qui est le plus appréciable dans Eureka, la série n'hésite pas à enchaîner des dialogues irréalistes, des situations tordantes, devant lesquels on lève les yeux au ciel et on sourit/rigole.
La série joue à fond la carte du divertissement dans une tradition très vaudevillesque. Les tensions entre les différents personnages donnent droit à différents dialogues toujours aussi inspirés, que ce soit les impayables joutes verbales entre Stark et Carter, avec un Carter très inspiré en robe de chambre ou les remarques acerbes de Henri.

Bilan : Une mise à plat sympathique que j'ai bien aimé. Certes, c'est convenu, peut-être un peu trop figé par moment, mais l'ambiance du vaudeville est bien présente dans cet épisode qui permet de mobiliser tout le monde, et de faire une sorte de bilan de la saison avant le dernier épisode.

_________________
"All right, we don’t understand the R2-D2 crap. We’re gonna use the Star Trek system. One blink for yes, two blinks for no."
"This is John Crichton paging the head Cylon. Pick up the phone, Imperious Leader !"
(John Crichton, Farscape)
Heather
Heather
Rang: Administrateur

Féminin Nombre de messages : 5797
Age : 35
Date d'inscription : 08/09/2004

Revenir en haut Aller en bas

Eureka Empty Re: Eureka

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ne ratez plus aucun deal !
Abonnez-vous pour recevoir par notification une sélection des meilleurs deals chaque jour.
IgnorerAutoriser